[01T] Politix, fonctionnaire et Cie

Messagepar fernando » 20 Sep 2020, 19:47

Ce type de sortie est quelque peu hors-sol en effet.
Despé : "Y a des limites au rugueux"
Avatar de l’utilisateur

fernando
 
Retour

Messagepar Xylophène » 20 Sep 2020, 21:04

ursulet a écrit:Ils font quand meme un peu bobos, condescendants, et pour des gauchistes assumés, ils sont pas très pres du peuple.


Le vote écolo n'a jamais été autre chose qu'un vote urbain et bourgeois de bonne conscience. Celui qui vote écolo l'exhibe souvent pour culpabiliser le voisin qui ne l'a pas fait. C'est d'ailleurs la seule utilité de ce vote : l'obtention d'un magistère moral et de ses bénéfices.
La vie en pull jacquard.
Avatar de l’utilisateur

Xylophène
 
Retour

Messagepar krouw2 » 20 Sep 2020, 22:46

t'es un sociologix!
Balkany 2022
Avatar de l’utilisateur

krouw2
 
Retour

Messagepar fernando » 08 Oct 2020, 14:09

Ca va bientôt ruisseler, à 99,9%



Après la suppression de l’ISF, les revenus des très aisés et la distribution de dividendes ont explosé en France

Le nouveau rapport sur les effets des réformes Macron sur le capital a été publié jeudi, alors que le gouvernement cherche à convaincre de l’intérêt des mesures proentreprises de son plan de relance.


C’est un rapport hautement inflammable, à l’heure où l’épidémie de Covid-19 fait basculer de plus en plus de ménages modestes dans la pauvreté et où l’exécutif assume de donner la priorité à des mesures proentreprises dans son plan de relance pour doper l’économie et l’emploi. La suppression de l’impôt sur la fortune (ISF) et l’instauration de la « flat tax » au début du quinquennat ont eu pour effet de faire fortement augmenter les revenus des 0,1 % de Français les plus aisés, tandis que la distribution de dividendes, de plus en plus concentrée, a explosé.

Ce sont les conclusions qui ressortent du deuxième rapport du comité d’évaluation des réformes de la fiscalité, publié jeudi 8 octobre. Réalisé sous l’égide de France Stratégie, l’organisme d’évaluation et de prospective rattaché à Matignon, ce travail est la suite d’un premier document, il y a un an, qui peinait à conclure sur l’efficacité des réformes-phares du quinquennat en matière de fiscalité du capital : la suppression depuis le 1er janvier 2018 de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF), transformé en impôt sur la fortune immobilière (IFI) et la création d’un prélèvement forfaitaire unique (PFU, « flat tax ») de 30 % sur les revenus du capital. Deux mesures visant initialement à « favoriser la croissance de notre tissu d’entreprises, stimuler l’investissement et l’innovation », selon la lettre de mission de Matignon au comité, en décembre 2018.

Les dividendes : plus de 60 % distribués en 2018

Si ce deuxième rapport précise de nouveau qu’une évaluation complète des deux réformes reste impossible – il s’est appuyé principalement sur des données de l’année 2018 –, les informations qu’il fournit sont plus précises. « Les dividendes distribués ont fortement augmenté en 2018 et la hausse se poursuit en 2019 », ont expliqué les auteurs de l’étude lors d’une conférence de presse. Ils ont augmenté de plus de 60 %, passant de 14,3 milliards d’euros en 2017 à 23,2 milliards un an plus tard.

De plus, « la hausse des dividendes est de plus en plus concentrée dans la population », relèvent les auteurs : en 2018, 0,1 % des foyers fiscaux (38 000 personnes environ) ont perçu les deux tiers du total, alors qu’ils n’en recevaient que la moitié en 2017. Et les ultrariches (0,01 % des foyers fiscaux, 3 800 personnes environ) qui en captaient un cinquième, en ont reçu le tiers.

Si l’on s’intéresse aux revenus, « les 0,1 % de Français les plus aisés sont un quart de fois plus riches que les 0,1 % de 2017 » (bien que ce ne soit pas nécessairement les mêmes personnes d’une année sur l’autre), souligne France Stratégie. La hausse de leurs revenus est beaucoup plus rapide que celle du revenu médian, en raison de ces hausses de dividendes notamment. « Plusieurs éléments laissent clairement penser que la forte hausse des dividendes reçus par les ménages en 2018 est en partie causée par la réforme du PFU », insiste le rapport.

« Incapable » de mesurer l’impact sur l’économie

Au-delà de ces chiffres frappants, toute la question est de savoir ce que ces Français très aisés ont fait et feront de cet argent : l’épargner, le dépenser, l’investir dans l’économie ? Là encore, les données actuellement à la disposition du comité ne leur permettent pas de répondre à cette question. Mais ils ont, en parallèle, étudié une autre réforme, plus ancienne et « inverse » : celle de 2013.

A l’époque, le gouvernement Hollande avait impulsé le mouvement contraire : les revenus du capital avaient été alignés sur le barème de l’impôt sur le revenu, donc globalement, davantage taxés. « Pour l’heure, le comité est incapable de répondre par oui ou par non à la question de savoir si la réforme de 2018 a eu un impact positif sur l’économie. Mais en étudiant la réforme symétrique de 2013, on ne voit pas d’impact sur l’investissement des entreprises », assène Fabrice Lenglart, le président du ­comité d’évaluation.

« Ces réformes ont permis de rapprocher la taxation des revenus du capital des standards internationaux », martèle Bercy

Une sacrée pierre dans le jardin de Bercy et des tenants de la politique de l’offre, selon laquelle soutenir massivement les entreprises permet de doper la croissance et l’emploi. Or, c’est précisément la ligne de conduite actuelle du gouvernement, qui a prévu dans son plan de relance de 100 milliards d’euros de baisser de 20 milliards les impôts de production des entreprises, des taxes sur le chiffre d’affaires. « Ces réformes ont permis de rapprocher la taxation des revenus du capital des standards internationaux. Elles s’inscrivent bien dans l’action du gouvernement pour améliorer la compétitivité française et l’investissement », soutient Bercy. « L’effet sur l’emploi prendra du temps à se matérialiser mais à moyen terme, il bénéficiera à l’ensemble de la population en créant de l’investissement et de l’emploi », assure le ministère des finances.

Au ministère de l’économie, on met aussi en avant le gain pour les finances publiques, également mis en lumière par le rapport. « Les foyers les plus riches ont été concernés par la plus grande partie de la hausse des dividendes, mais auparavant ces derniers n’étaient tout simplement plus versés [car trop taxés]. Donc soit ils étaient thésaurisés dans des sociétés holding, soit ils induisaient des comportements d’optimisation », argue Bercy. Le rapport note en effet une hausse des consommations intermédiaires des entreprises, « ce qui correspond probablement à des frais des dirigeants échappant à tout impôt », explique le ministère.
Lire aussi Les dividendes versés dans le monde atteignent un montant record

La hausse des dividendes a effectivement permis davantage de recettes fiscales, si bien que sur un coût budgétaire estimé initial 1,1 milliard d’euros, ce sont 600 millions qui sont finalement rentrés par ricochet dans les caisses de l’Etat. Quelques mois après l’instauration de ce comité d’évaluation, lors de sa conférence de presse post-grand débat national, le 25 avril 2019, Emmanuel Macron avait déclaré : « Cette réforme (…) sera évaluée en 2020 et, (…) si elle n’est pas efficace, nous la corrigerons. »

Un an et demi et deux rapports d’évaluation plus tard, la porte semble fermée. « Il n’est pas question dans le contexte de crise actuelle de revenir à une instabilité fiscale nuisible ni d’augmenter les impôts, qui ont baissé de 45 milliards d’euros pour les ménages et les entreprises depuis le début du quinquennat », répond Bercy.
Despé : "Y a des limites au rugueux"
Avatar de l’utilisateur

fernando
 
Retour

Messagepar Baratte » 09 Oct 2020, 09:58

Le ruissellement peut attendre .
Les salariés sont les êtres les plus vulnérables du monde capitaliste : ce sont des chômeurs en puissance.
Avatar de l’utilisateur

Baratte
 
Retour

Messagepar ursulet » 09 Oct 2020, 10:28

Baratte a écrit:Le ruissellement peut attendre .


Ils nous pissent quand meme bien dessus.
Toi qui entre au grand Stade, abandonne tout espoir...
Avatar de l’utilisateur

ursulet
 
Retour

Messagepar Baratte » 09 Oct 2020, 10:51

Il parait que non .
Les salariés sont les êtres les plus vulnérables du monde capitaliste : ce sont des chômeurs en puissance.
Avatar de l’utilisateur

Baratte
 
Retour

Messagepar pepito_banzaï » 09 Oct 2020, 11:44

Bah si quand même un peu. Y'a même un peu d'éclaboussures de chiasse aussi.
La vie est une pute qui te veut pas que du bien.
Avatar de l’utilisateur

pepito_banzaï
 
Retour

Messagepar Dageek » 09 Oct 2020, 11:48

Golden shower crew
Avatar de l’utilisateur

Dageek
 
Retour

Messagepar fernando » 09 Oct 2020, 11:49

C'est pas la crise pour tout le monde, vous devriez vous en réjouir les rageux.
Despé : "Y a des limites au rugueux"
Avatar de l’utilisateur

fernando
 
Retour

Messagepar fernando » 16 Oct 2020, 13:49

Association de malfaiteurs, c'est une belle formule pour désigner l'UMP.


Financement libyen de la campagne de 2007 : Nicolas Sarkozy mis en examen pour « association de malfaiteurs »

Dans ce dossier, l’ancien président de la République est déjà mis en examen pour « corruption », « recel de détournements de fonds publics [libyens] » et « financement illicite de campagne électorale ».


L’ancien président de la République Nicolas Sarkozy a été mis en examen pour « association de malfaiteurs » dans le cadre de l’enquête sur le financement de sa campagne électorale de 2007, a annoncé vendredi 16 octobre le Parquet national financier (PNF), confirmant une information de Mediapart. Dans ce dossier, M. Sarkozy a déjà été mis en examen, en mars 2018, pour « corruption », « recel de détournements de fonds publics [libyens] » et « financement illicite de campagne électorale » et placé sous contrôle judiciaire.

Mais le PNF a signé fin janvier un réquisitoire supplétif élargissant les investigations à des faits d’« association de malfaiteurs », ouvrant la voie à la mise en examen de nouveaux suspects et à une aggravation des poursuites contre les protagonistes déjà impliqués, dont M. Sarkozy.

Pourvoi en cassation

Le 31 janvier, les magistrats ont mis en examen pour « association de malfaiteurs » l’un des ex-collaborateurs de M. Sarkozy, Thierry Gaubert, soupçonné d’avoir touché des fonds provenant du régime libyen qui auraient pu alimenter la campagne pour la présidentielle de 2007. Lors de sa dernière audition, en juin 2019, M. Sarkozy avait dit être « totalement innocent dans cette affaire », dénoncé un « complot », puis refusé de répondre aux questions des magistrats instructeurs, le temps de l’examen de recours visant à faire annuler l’enquête.

Mais un arrêt de la cour d’appel de Paris du 24 septembre a permis de relancer l’enquête : la chambre de l’instruction, chargée d’étudier les recours contre les actes d’instruction, a rejeté l’essentiel des arguments du camp Sarkozy qui invoquait des nullités contre ces investigations. Elle a ainsi presque entièrement validé les investigations lancées il y a huit ans dans cette affaire aux multiples ramifications.

M. Sarkozy s’est pourvu en cassation contre cette décision, tout comme Eric Woerth, Claude Guéant et Alexandre Djouhri, a fait savoir une source judiciaire.

« Innocence à nouveau bafouée »

L’ancien chef de l’Etat a exprimé vendredi sa « stupéfaction » et estimé son « innocence à nouveau bafouée » : « J’ai appris cette nouvelle mise en examen avec la plus grande stupéfaction (…). Mon innocence est à nouveau bafouée par une décision qui ne rapporte pas la moindre preuve d’un quelconque financement illicite », a-t-il déclaré dans un message publié sur Facebook.

« Chacun voit bien qu’il s’agit d’une décision sans précédent en cohérence avec les investigation réalisées. La procédure suit son cours », a pour sa part réagi Vincent Brengarth, l’avocat de l’association anticorruption Sherpa, partie civile dans ce dossier.
Despé : "Y a des limites au rugueux"
Avatar de l’utilisateur

fernando
 
Retour

Messagepar rodolfo » 16 Oct 2020, 15:44

C’est toujours grâce aux écoutes illégales de Paul Bismuth tout ça ?

Si de ms moyens dignes d’une république bananière ont été utilisés dans notre pays, je suppute que la gauche Française va s’indigner et défendre Nicolas.
Avatar de l’utilisateur

rodolfo
 
Retour

Messagepar bijams » 16 Oct 2020, 16:02

Mon innocence à nouveau bafouée.


C'est drôle.
DubbyDumb a écrit:
Ce midi au Casino Barrière, un mec connu dont j'ai jamais réussi à remettre qui c'était. Je l'ai vu, il a vu que je l'avais vu, j'lai regardé, il m'a regardé, j'lai regardé, il m'a regardé, j'lai snobé! Et ouais, batèèèère!
Avatar de l’utilisateur

bijams
 
Retour

Messagepar fernando » 16 Oct 2020, 16:39

rodolfo a écrit:C’est toujours grâce aux écoutes illégales de Paul Bismuth tout ça ?

Si de ms moyens dignes d’une république bananière ont été utilisés dans notre pays, je suppute que la gauche Française va s’indigner et défendre Nicolas.


Plusieurs années d'enquête, tu le saurais si tu lisais autre chose que le Figaro.

Si Sarkozy est cité dans autant de procédures judiciaires, c'est sans doute le fruit de l'acharnement des juges rouges.
Despé : "Y a des limites au rugueux"
Avatar de l’utilisateur

fernando
 
Retour


Messagepar rodolfo » 16 Oct 2020, 17:32

fernando a écrit:
Plusieurs années d'enquête, tu le saurais si tu lisais autre chose que le Figaro.

Si Sarkozy est cité dans autant de procédures judiciaires, c'est sans doute le fruit de l'acharnement des juges rouges.


Il ne fait aucun doute que ce financement est illégal. Mais à priori aucune preuve.

C’est plus propre à Gauche et chez Macron, sinon ? D’ailleurs Macron avait ses casseroles à ce sujet , mais plus de nouvelles depuis....
Avatar de l’utilisateur

rodolfo
 
Retour

Messagepar John Holmes » 16 Oct 2020, 18:33

loul ça me fait penser à ça...

"Une pute qui prend la place d'un fils de pute, quel concentré de putes dans le stades du roi des putes."
Matcheu - Novembre 2015 tjrs la phrase juste
Avatar de l’utilisateur

John Holmes
 
Retour

Précédent

Retour vers Forum



Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Deub, fernando, Google [Bot], laurentlille1, Nougets, ursulet, vieuxsage, Xylophène et 27 invité(s)