[01T] Politix, fonctionnaire et Cie

Messagepar rodolfo » 16 Déc 2021, 11:51

nicobungy a écrit:Mon point de vue sur les "désistements" qui ne veulent par dire leurs noms: les banques frileuses à l'idée d'accorder des prêts à des partis en dessous du seuil de 5% dans les sondages.
Don't money back.

Des bras cassés.




Il n'y avait quand même pas besoin d'attendre la primaire pour découvrir que la gauche Française est une vaste mascarade depuis Mitterrand, quand même ?

si ?
Avatar de l’utilisateur

rodolfo
 
Retour

Messagepar fernando » 16 Déc 2021, 12:05

dodger a écrit:La Gauche ? Perso je ne m'en lasse pas.

Image


Ca alors un post de dodger! Salut!
Despé : "Y a des limites au rugueux"
Avatar de l’utilisateur

fernando
 
Retour

Messagepar fernando » 16 Déc 2021, 12:06

fernando a écrit:Le bilan des années Sarko : un ex président et son premier ministre bientôt tous deux sous bracelet électronique. Quelle belle équipe c'était.


Bon ok la gauche c'est drôle, mais la droite c'est bien aussi.

Sarko et Fillon seront bientôt sous bracelet électronique, quant à Guéant lui il est déjà en zonzon. C'était une sacrée Dream Team comême.
Despé : "Y a des limites au rugueux"
Avatar de l’utilisateur

fernando
 
Retour

Messagepar dodger » 16 Déc 2021, 21:04

fernando a écrit:Ca alors un post de dodger! Salut!

Je demande l'asile politique ! ;0)
La logique permet d'arriver systématiquement à une mauvaise conclusion avec confiance
Avatar de l’utilisateur

dodger
 
Retour

Messagepar nicobungy » 17 Déc 2021, 10:08

Avatar de l’utilisateur

nicobungy
 
Retour

Messagepar Giallo » 17 Déc 2021, 12:33

Taubira envisage officiellement de se présenter et donne rdv mi-janvier

je vais prendre un peu de ton pop corn Dodger
ce message ne vient pas de moi
Avatar de l’utilisateur

Giallo
 
Retour

Messagepar rodolfo » 17 Déc 2021, 21:28

C’est un peu comme si Christine Boutin débarquait pour proposer sa candidature et faire l’Union de la droite.
Avatar de l’utilisateur

rodolfo
 
Retour

Messagepar Giallo » 17 Déc 2021, 23:06

Image
ce message ne vient pas de moi
Avatar de l’utilisateur

Giallo
 
Retour

Messagepar guinness » 18 Déc 2021, 12:14

François m'a tué
Avatar de l’utilisateur

guinness
 
Retour

Messagepar Dageek » 18 Déc 2021, 14:00

guinness a écrit:François m'a tuer
Avatar de l’utilisateur

Dageek
 
Retour

Messagepar guinness » 18 Déc 2021, 15:18

oui pluto
;-)
Avatar de l’utilisateur

guinness
 
Retour

Messagepar dodger » 19 Déc 2021, 19:56

Giallo a écrit:Taubira envisage officiellement de se présenter et donne rdv mi-janvier

je vais prendre un peu de ton pop corn Dodger

Avec tous ces gaucho-comiques, on va finir par manquer de maïs.
La logique permet d'arriver systématiquement à une mauvaise conclusion avec confiance
Avatar de l’utilisateur

dodger
 
Retour

Messagepar krouw2 » 19 Déc 2021, 21:23

calmez vous svp
Bigard 2022
Avatar de l’utilisateur

krouw2
 
Retour

Messagepar fernando » 05 Jan 2022, 18:40

Il craque le sac Macron. Ca va être quoi sa prochaine interview? "Les non-vaccinés moi je les encule"?
Despé : "Y a des limites au rugueux"
Avatar de l’utilisateur

fernando
 
Retour

Messagepar John Holmes » 05 Jan 2022, 19:53

fernando a écrit:Il craque le sac Macron. Ca va être quoi sa prochaine interview? "Les non-vaccinés moi je les encule"?

Sytlé. Le fist est aussi une option.
"Connard =)"
ChevalierBlanc - janvier 2021
Avatar de l’utilisateur

John Holmes
 
Retour

Messagepar Dageek » 05 Jan 2022, 19:53

Baratte en jubilation
Avatar de l’utilisateur

Dageek
 
Retour

Messagepar Baratte » 05 Jan 2022, 20:36

Souviens-toi que dès le départ j'avais dit qu'il finirait par rendre sarko sympathique !
Les salariés sont les êtres les plus vulnérables du monde capitaliste : ce sont des chômeurs en puissance.
Avatar de l’utilisateur

Baratte
 
Retour

Messagepar krouw2 » 06 Jan 2022, 02:27

John Holmes a écrit:
fernando a écrit:Il craque le sac Macron. Ca va être quoi sa prochaine interview? "Les non-vaccinés moi je les encule"?

Sytlé. Le fist est aussi une option.


ça y est je regrette mon pfizer, zaraf!
Bigard 2022
Avatar de l’utilisateur

krouw2
 
Retour

Messagepar Giallo » 06 Jan 2022, 09:22

ce qui rend fou c'est que sa décla soit visiblement une stratégie assumée puisque son équipe a relu l'interview

WTF
ce message ne vient pas de moi
Avatar de l’utilisateur

Giallo
 
Retour

Messagepar gblosc » 06 Jan 2022, 09:40

Après l'hommage à Pompidou avec cette phrase, vivement l'hommage à Hollande où Macron se tape une minette.
Avatar de l’utilisateur

gblosc
 
Retour

Messagepar Xylophène » 06 Jan 2022, 10:53

Giallo a écrit:ce qui rend fou c'est que sa décla soit visiblement une stratégie assumée puisque son équipe a relu l'interview

WTF


Volonté de cliver, d'attiser les tensions et de mettre en porte-à-faux la droite valochienne.
Son but étant d'arriver au 2ème tour face à un candidat d'extrême-droite pour se présenter comme le candidat "républicain", "humaniste" et autres billevesées.
"Il est bien difficile de ne pas se dire qu’il y a, entre soi et le monde, une espèce de vieux malentendu."

Alexandre Vialatte
Avatar de l’utilisateur

Xylophène
 
Retour

Messagepar Giallo » 06 Jan 2022, 11:11

el famoso humaniste qui veut emmerder les récalcitrants
ce message ne vient pas de moi
Avatar de l’utilisateur

Giallo
 
Retour

Messagepar fernando » 06 Jan 2022, 12:21

Xylophène a écrit:
Giallo a écrit:ce qui rend fou c'est que sa décla soit visiblement une stratégie assumée puisque son équipe a relu l'interview

WTF


Volonté de cliver, d'attiser les tensions et de mettre en porte-à-faux la droite valochienne.
Son but étant d'arriver au 2ème tour face à un candidat d'extrême-droite pour se présenter comme le candidat "républicain", "humaniste" et autres billevesées.


Le pire c'est que tu as raison.

Belle attitude pour un chef d'état.
Despé : "Y a des limites au rugueux"
Avatar de l’utilisateur

fernando
 
Retour

Messagepar Baratte » 06 Jan 2022, 13:11

Un énarque gérontophile qui a bossé chez Rotschild puis avec Hollande ... et en plus supporter de l'omerde . Comment ne pas haïr ce sale type ?
Les salariés sont les êtres les plus vulnérables du monde capitaliste : ce sont des chômeurs en puissance.
Avatar de l’utilisateur

Baratte
 
Retour

Messagepar SAV » 06 Jan 2022, 13:20

Relax, Baratte, la vie est courte, tu vas nous faire un ulcère.
c est pas moi sur les photo
Avatar de l’utilisateur

SAV
 
Retour

Messagepar krouw2 » 06 Jan 2022, 13:49

je vous invite à vous calmer rapidement sinon vous ne serez plus trop calme

Merci
Bigard 2022
Avatar de l’utilisateur

krouw2
 
Retour

Messagepar Baratte » 06 Jan 2022, 13:54

No souci pour un ulcère . Certes je vomis quand je vois , entends ou lis maqueron .

Je me dis juste que les français sont tellement cons qu'on va encore devoir le supporter jusqu'en 2027 et qu'il va continuer à enrichir les plus nantis , à appauvrir davantage les classes moyennes et à mépriser 95% des français .

Oui , je vais aller me relaxer après avoir vomi .
Les salariés sont les êtres les plus vulnérables du monde capitaliste : ce sont des chômeurs en puissance.
Avatar de l’utilisateur

Baratte
 
Retour

Messagepar fernando » 06 Jan 2022, 14:20

Election présidentielle 2022 : « Emmerder les non-vaccinés », l’opération calculée du quasi-candidat Macron

Les déclarations polémiques du chef de l’Etat au « Parisien » n’ont rien d’un dérapage. En petit comité, il a lui-même théorisé la nécessité de cliver, avec deux objectifs principaux : mettre en lumière les incohérences de LR et installer la confrontation avec l’extrême droite.

Par Alexandre Lemarié


Depuis plusieurs mois, un débat interne s’était installé chez ses partisans : Emmanuel Macron avait-il intérêt à mener campagne en conservant sa posture de « président rassembleur » ou devait-il jouer la carte de la radicalité et du clivage, comme en 2017 ? A trois mois de l’élection présidentielle, le locataire de l’Elysée a tranché, en optant pour une entrée en campagne fracassante.

« Les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder. Et donc on va continuer de le faire, jusqu’au bout », a-t-il clamé dans un entretien au Parisien, publié mardi 4 janvier au soir. « Quand ma liberté vient menacer celle des autres, je deviens un irresponsable. Un irresponsable n’est plus un citoyen », a-t-il ajouté, confirmant au passage « avoir envie » de briguer un second mandat, lors du scrutin des 10 et 24 avril.

Un langage cru et un ton radicalement offensif, totalement à rebours de la posture que M. Macron avait jusque-là endossée, dans la période de précampagne. « Restons unis, bienveillants, solidaires », avait-il déclaré lors de ses vœux aux Français, le 31 décembre, en se posant comme le garant de « l’unité » du pays. Quatre jours plus tard, changement total de registre. Le président rassembleur s’est subitement transformé en candidat diviseur. Plus question « d’apaisement » ni de reprendre son slogan de la « France unie ». Place au clivage, avec une attaque frontale contre une partie de la population.

Accents provocateurs

« J’ai appris », avait-il pourtant déclaré le 15 décembre, sur TF1, en disant regretter les « petites phrases » polémiques qu’il a prononcées depuis son entrée à l’Elysée. « Dans certains de mes propos, j’ai blessé des gens », avait-il admis, en s’engageant à « ne pas le refaire ». Et à faire davantage preuve « d’indulgence » et « de respect pour chacun » à l’avenir. Le même a pourtant renoué avec ses accents provocateurs, ce qui a eu pour effet de déclencher un tollé dans l’opposition.

De Marine Le Pen à Jean-Luc Mélenchon, en passant par Yannick Jadot, tous ses adversaires à la présidentielle ont sauté sur l’occasion pour condamner avec la plus grande force une « faute politique » et des propos « d’une violence inouïe », « indignes » de la fonction, de nature à « insulter » les non-vaccinés. « Emmanuel Macron dit avoir appris à aimer les Français, il aime surtout les mépriser », a cinglé le patron des sénateurs Les Républicains (LR), Bruno Retailleau.


Les macronistes, eux, ont défendu la « franchise » du chef de l’Etat, en le présentant comme le porte-parole de « la majorité silencieuse ». « Ce qu’a dit le président de la République, je l’entends partout », a notamment déclaré le premier ministre, Jean Castex, mercredi, au Sénat, en faisant part de « l’exaspération des citoyens de se voir imposer des contraintes quand d’autres font le choix de s’en affranchir ». « La démocratie, ce n’est pas la tyrannie d’une minorité bruyante, qui dicterait nos politiques publiques ! », abonde la porte-parole de La République en marche (LRM), Aurore Bergé.

Assumée par sa garde rapprochée, la sortie polémique de M. Macron n’a rien d’un dérapage. Loin d’être des propos qui auraient échappé à son auteur, ils s’inscrivent plutôt dans une opération tactique totalement calculée, orchestrée directement par le « président-candidat », afin de déstabiliser ses principaux adversaires. En petit comité, le chef de l’Etat a lui-même théorisé la nécessité de cliver, avec deux objectifs principaux : mettre en lumière les incohérences de LR, qui oscille entre soutien et opposition au passe vaccinal ; installer la confrontation avec l’extrême droite, qui défend les antivax. Avec l’objectif de fragiliser les positions de Valérie Pécresse d’un côté, de Marine Le Pen et Eric Zemmour de l’autre.

Stratégie risquée

Convaincu que la campagne se fera essentiellement sur le thème de la gestion de la crise liée au Covid-19, M. Macron cherche à se présenter comme le chef de file des provaccins pour faire apparaître ses opposants comme davantage ambigus sur le sujet. « A la différence de Pécresse, lui a une ligne claire », répètent ses fidèles, qui applaudissent la manœuvre présidentielle visant autant à « radicaliser » le débat qu’à le « clarifier ». Les macronistes font le pari que la plupart des Français partagent sa ligne provaccination. Et que capitaliser sur le ras-le-bol ambiant contre les antivax lui permettra de solidifier son socle électoral, tout en étant le seul à pouvoir revendiquer le totem de la « responsabilité » dans le domaine sanitaire.

Une stratégie risquée, qui a déjà eu une première conséquence : retarder un peu plus l’examen, déjà mal engagé, du projet de loi sur le passe vaccinal à l’Assemblée nationale – les débats ayant été suspendus mardi soir à cause de l’ambiance électrique causée dans l’Hémicycle par les propos polémiques de M. Macron. Si le ton employé peut réactiver l’image d’arrogance, qui lui colle à la peau depuis le début du quinquennat, M. Macron fait grincer des dents dans son propre camp, en donnant l’impression d’utiliser une manœuvre « populiste », lorsqu’il montre du doigt une catégorie de la population à l’approche de la présidentielle.

Dans la majorité, des députés ne cachent pas leur malaise, sous couvert d’anonymat, en se disant « très préoccupés » par « les mots » et « la stratégie du clivage » choisis, qui sont de nature à alimenter « l’hystérisation du débat ». Pile au moment où la nation a, au contraire, « besoin d’apaisement et de responsabilité », déplore un député LRM. Chez les macronistes, la phrase « un irresponsable n’est plus un citoyen » est considérée comme « la plus problématique », étant perçue comme « une déchéance de citoyenneté » à l’encontre de ceux qui ne sont pas vaccinés.

D’autant que ces propos surviennent dans un climat délétère, à la suite des menaces de mort et des violences, qui se sont multipliées, ces dernières semaines, contre les députés de la majorité de la part d’opposants au passe vaccinal. Sans parler de l’atmosphère également très tendue aux Antilles, où la contestation contre la vaccination s’envenime – le directeur du CHU de Guadeloupe a été frappé par des manifestants, mardi. M. Macron semble pourtant être conscient de la nécessité de ne pas aggraver la situation. Dans son entretien au Parisien, avant de lâcher ses phrases controversées, lui-même en convient : « Ma responsabilité, c’est que le pays ne se désunisse pas. »
Despé : "Y a des limites au rugueux"
Avatar de l’utilisateur

fernando
 
Retour

Messagepar Baratte » 06 Jan 2022, 18:48

Image
Les salariés sont les êtres les plus vulnérables du monde capitaliste : ce sont des chômeurs en puissance.
Avatar de l’utilisateur

Baratte
 
Retour

Messagepar nicobungy » 06 Jan 2022, 20:41

fernando a écrit:Election présidentielle 2022 : « Emmerder les non-vaccinés », l’opération calculée du quasi-candidat Macron

« Ma responsabilité, c’est que le pays ne se désanusse pas. »

Faut voir !
Avatar de l’utilisateur

nicobungy
 
Retour

PrécédentSuivant

Retour vers Forum



Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : dodger, Google [Bot], guinness, rodolfo, vieuxsage et 12 invité(s)