[01T] Politix, fonctionnaire et Cie

Messagepar pfff... » 28 Mai 2018, 15:02

krouw2 a écrit:tu as mal compris le mot d'ordre de la manif:manif contre Macron, je combat la droite libérale de Macron, je manifeste, je m'en bas les youk des autres
Il n'y avait que la FSU pour les enseignants et évidemment cgt cheminots, mais aussi beaucoup d'assos et de collectifs, encore une fois tu dis nimp.
Tu dois être chauffeur de taxi ou stadier pour être aussi frustré mais nous ne le saurons jamais.


En effet, beaucoup de gens du prive:

Parmi les organisateurs de cette journée figuraient des formations politiques de gauche (La France insoumise mais aussi PCF, EELV, Générations de Benoît Hamon, NPA...), des syndicats (CGT, Solidaires, Syndicat de la magistrature, Sud PTT, Unef...), des associations (Les Amis de la terre, Mouvement de la paix, La santé n'est pas une marchandise...) ou l'organisation alter-mondialiste Attac.
source JDD

C est assez paradoxal de combattre une droite soi disant libérale en disant " je manifeste, je m'en bas les youk des autres".
Perso, que Macron rétablisse "l’égalité vraie" (invention sublime de Hollande je crois) en essayant d a ligner toutes les caisses/régimes pour les retraites, je ne trouve pas ça de droite mais de bon sens.
"Ce sont souvent de grands enfants un peu timides, qui ont juste besoin de quelqu'un pour leur enfoncer un gros gode dans le fondement de temps en temps."
Avatar de l’utilisateur

pfff...
 
Retour

Messagepar krouw2 » 28 Mai 2018, 15:11

Bonne aprèm à toi aussi
Macron est libéral et social, quand il t'encule les points de suture sont remboursés par la sécu
Avatar de l’utilisateur

krouw2
 
Retour

Messagepar rodolfo » 28 Mai 2018, 15:39

Génération Benoît Hamon ??

C'est une blague ?
Avatar de l’utilisateur

rodolfo
 
Retour

Messagepar Dageek » 28 Mai 2018, 15:57

Oui mais il paraît qu' ils ont du mal à trouver une 4ème pour la belote
Avatar de l’utilisateur

Dageek
 
Retour

Messagepar rodolfo » 28 Mai 2018, 16:00

M'eeeeeeen!!!!!!! bah nan, en fait :

https://www.generation-s.fr/

Tain, la déprime.......
Avatar de l’utilisateur

rodolfo
 
Retour

Messagepar krouw2 » 28 Mai 2018, 17:42

C'est generation-s tout court, bande de rmalls, il est sympa Benoît Hamon je l'ai doublé au semi-marathon de Paris, c'est un mec bien
Macron est libéral et social, quand il t'encule les points de suture sont remboursés par la sécu
Avatar de l’utilisateur

krouw2
 
Retour

Messagepar fernando » 29 Mai 2018, 12:40

lawl


Mais la négociation bute aujourd’hui sur deux conceptions différentes du Brexit. Pour les Européens, qui regrettent toujours le choix des Britanniques, il signifie que le Royaume-Uni va devenir un pays tiers. Il ne sera plus membre du club, n’aura plus à respecter la tutelle de la Cour de justice de l’Union, les quatre libertés de circulation liées au marché intérieur (personnes, biens, capitaux et services). Mais il n’aura plus non plus le droit d’intervenir dans les prises de décision de l’UE. Logique, du point de vue européen.

Au contraire, Londres continue d’exiger d’être traité de manière spéciale après sa sortie, quasiment comme un Etat membre. A Bruxelles, cette position est assimilée à du déni pur et simple : les Britanniques s’aperçoivent, dossier par dossier, qu’ils seront moins bien hors de l’UE que dedans, et du coup posent des conditions jugées inacceptables.


https://www.lemonde.fr/referendum-sur-le-brexit/article/2018/05/29/brexit-les-europeens-exasperes-par-les-revirements-de-londres_5306264_4872498.html#VQHvhuYaLQvAJYPE.99
Despé : "Y a des limites au rugueux"
Avatar de l’utilisateur

fernando
 
Retour

Messagepar pfff... » 29 Mai 2018, 13:29

La question con: que se passe t il si " no deal" . Le Royaume Uni demeure europeen?...
"Ce sont souvent de grands enfants un peu timides, qui ont juste besoin de quelqu'un pour leur enfoncer un gros gode dans le fondement de temps en temps."
Avatar de l’utilisateur

pfff...
 
Retour

Messagepar pfff... » 29 Mai 2018, 13:30

La polémique autour de Galileo est parlante : les Britanniques réclament le maintien de l’accès à ce programme communautaire de radionavigation, destiné à rendre l’Europe indépendante du système américain GPS. Ils réclament même l’accès aux signaux satellites, ce qui leur donnerait le pouvoir exorbitant de les couper en cas d’urgence. Impossible pour Bruxelles : « Londres disposerait d’informations que même les Etats membres n’ont pas ! », s’insurge un officiel européen. D’accord pour aménager un accès futur à Galileo, ajoute-t-on, mais dans un cadre légal spécifique, encore à construire avec Londres, celui des Etats tiers.

La en revanche, je trouve qu ils ne sont pas sérieux. Ils nous menacent d un réseau satellite concurrent. Comme si le Royaume-Uni seul pouvait le financer....
"Ce sont souvent de grands enfants un peu timides, qui ont juste besoin de quelqu'un pour leur enfoncer un gros gode dans le fondement de temps en temps."
Avatar de l’utilisateur

pfff...
 
Retour

Messagepar fernando » 29 Mai 2018, 14:09

pfff... a écrit:La question con: que se passe t il si " no deal" . Le Royaume Uni demeure europeen?...


Hard Brexit. Sortie brutale et non négociée de tous les traités et programmes européens. Le RU deviendrait du jour au lendemain un état tiers. Ca fera mal au cul des 2 côtés de la Manche, mais surtout chez eux.
Despé : "Y a des limites au rugueux"
Avatar de l’utilisateur

fernando
 
Retour

Messagepar pfff... » 29 Mai 2018, 15:39

fernando a écrit:
pfff... a écrit:La question con: que se passe t il si " no deal" . Le Royaume Uni demeure europeen?...


Hard Brexit. Sortie brutale et non négociée de tous les traités et programmes européens. Le RU deviendrait du jour au lendemain un état tiers. Ca fera mal au cul des 2 côtés de la Manche, mais surtout chez eux.


Tant mieux, même si l'Union Europeenne doit beaucoup aux anglais. Tant que le Royaume Uni sera européen, il n y aura aucun progrès au niveau regalien (armée européenne digne de ce nom, diplomatie européenne digne de ce nom...).
"Ce sont souvent de grands enfants un peu timides, qui ont juste besoin de quelqu'un pour leur enfoncer un gros gode dans le fondement de temps en temps."
Avatar de l’utilisateur

pfff...
 
Retour

Messagepar krouw2 » 30 Mai 2018, 22:24

les gars j'y comprend rien à la pensée complexe du président,


La prime d'activité, versée aux travailleurs modestes, dans le viseur du gouvernement
Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des comptes publics / © GERARD JULIEN / AFP


Coup de pouce aux travailleurs modestes, la prime d'activité connaît un succès grandissant depuis sa création début 2016. Cette prestation sociale touchée par 2,6 millions de foyers semble être une des cibles du gouvernement, à la recherche d'économies.

Par AFP Publié le 30/05/2018 à 07:09
Mesure phare d'un plan de lutte contre la pauvreté lancé sous le quinquennat de François Hollande, la prime d'activité est issue de la fusion de la prime pour l'emploi (PPE) et du RSA activité, des dispositifs jugés à l'époque "mal ciblés" et "peu efficaces".

Complément de salaire pour les travailleurs à revenus modestes, elle peut être perçue par toute personne de plus de 18 ans ayant moins de 1.500 euros net de revenu mensuel (environ 1,3 smic), dans le cas d'une personne célibataire sans enfant.

Elle a connu depuis son instauration le 1er janvier 2016 une montée en charge très rapide, dépassant les estimations du gouvernement précédent qui avait tablé sur 2 millions de ménages bénéficiaires, soit un taux de recours de 50% des foyers estimés éligibles.

Selon les derniers chiffres de la Caisse nationale d'allocations familiales, elle a été versée en décembre 2017 à 2,67 millions de foyers, dont près de 500.000 où le bénéficiaire était âgé de 18 à 24 ans, soit un taux de recours de 70%. Son montant moyen était de 158 euros, variable selon la composition et les ressources du foyer.

Revalorisation de 20 euros en octobre

Initialement estimé à 4 milliards d'euros, son coût a atteint les 4,57 milliards d'euros en 2016 puis 5,06 milliards en 2017. "En 2016 quand la prime d'activité a été créée, c'était quatre milliards d'euros. Aujourd'hui, c'est six, alors qu'on a une croissance économique et des créations d'emplois", a critiqué mardi le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin.

A la recherche de pistes d'économies, le gouvernement regarde de près les aides sociales. "On a un système social qui malheureusement n'a pas réglé le problème de la grande pauvreté en France et qui n'a pas réglé non plus le problème de l'activation vers le travail", a complété M. Darmanin.

Suppression de la prime d'activité ? Modification de certains critères d'attribution ? Aucune piste de réforme n'a pour l'heure été précisée.Le chantier s'annonce d'autant plus compliqué que sa revalorisation de 50% était l'une des mesures sociales du programme du candidat Macron.

Une première revalorisation de 20 euros mensuels, votée dans la loi de Finances 2018, doit intervenir en octobre. Le gouvernement s'était alors engagé à poursuivre cette hausse "chaque année jusqu'à atteindre 80 euros par mois en plus".
Macron est libéral et social, quand il t'encule les points de suture sont remboursés par la sécu
Avatar de l’utilisateur

krouw2
 
Retour

Messagepar Dageek » 31 Mai 2018, 05:36

#ruissellement
Avatar de l’utilisateur

Dageek
 
Retour

Messagepar krouw2 » 31 Mai 2018, 17:23

analyz just
Image
Macron est libéral et social, quand il t'encule les points de suture sont remboursés par la sécu
Avatar de l’utilisateur

krouw2
 
Retour

Messagepar pfff... » 31 Mai 2018, 17:39

loul
"Ce sont souvent de grands enfants un peu timides, qui ont juste besoin de quelqu'un pour leur enfoncer un gros gode dans le fondement de temps en temps."
Avatar de l’utilisateur

pfff...
 
Retour

Messagepar ChevalierBlanc » 06 Juin 2018, 19:27

Pour ceux qui se plaignent de Macron et de son gourvernement….

Clandestins, homosexuels, nazis : les premières déclarations-chocs des ministres italiens

À peine entrés en fonctions, plusieurs ministres italiens se sont fait remarquer par des déclarations polémiques. Un danger pour l'unité du gouvernement?

ATourner le dos à l'austérité, mais pas à l'Europe, rassurer ses partenaires sans transiger sur ses promesses de campagne : le nouveau chef du gouvernement italien Giuseppe Conte demandait mercredi la confiance des députés après avoir obtenu mardi celle des sénateurs. "Si populisme signifie être capable d'écouter les besoins des personnes, alors nous le revendiquons", a-t-il indiqué au Sénat, avant d'évoquer une mesure phare de son programme : "Nous mettrons fin au 'business' de l'immigration, qui a augmenté de manière démesurée à l'ombre d'une fausse solidarité". Une phrase-choc qui a suivi des déclarations encore plus polémiques de plusieurs de ses ministres.

"Le bon temps pour les clandestins est fini"

Quelques jours auparavant, son ministre de l’Intérieur Matteo Salvini avait posé les bases. "Le bon temps pour les clandestins est fini : préparez-vous à faire les valises", avait-il déclaré samedi, à peine après avoir prêté serment. "L’Italie ne sera plus le camp de réfugiés de l’Union européenne", avait-il aussi promis. Pour expulser les clandestins qui continuent d’arriver, le ministre de l'Intérieur prévoit un "bon coup de ciseau dans les cinq milliards d’euros du budget italien consacré à l’accueil des réfugiés".

"Les homosexuels veulent nous dominer"

Le nouveau ministre de la Famille, Lorenzo Fontana, s'est lui aussi fait remarquer peu après son entrée en fonctions. Ce proche de Matteo Salvini, qui le considère comme son conseiller politique, a déclaré vendredi dernier que "les familles sont celles qui sont naturelles, où un enfant doit avoir un père et une mère". Car selon lui, "la famille naturelle est attaquée. [Les homosexuels] veulent nous dominer et effacer notre peuple." Il a aussi fait savoir qu'en tant que fervent catholique, il renforcerait les organismes qui "tentent de dissuader les femmes d’avorter", estimant que "l’avortement est la première cause de féminicide au monde".

"L'Allemagne n'a pas changé de point de vue sur son rôle en Europe après la fin du nazisme"

Quelques jours avant, Paolo Savona, désormais ministre aux Affaires européennes, avait lui aussi créé la polémique. "L'Allemagne n'a pas changé de point de vue sur son rôle en Europe après la fin du nazisme, tout en ayant abandonné l'idée de l'imposer militairement", a-t-il écrit dans un livre dont des extraits ont été révélés fin mai par La Stampa. "Taper du poing sur la table ne sert maintenant à rien. Il faut préparer un plan B pour sortir de l'euro si on y est contraint, de gré ou de force. L'autre alternative est de finir comme la Grèce". Selon la presse italienne, c'est ce livre qui avait convaincu dans un premier temps le président Sergio Mattarella de s'opposer à sa nomination comme ministre de l'Économie, obligeant la Ligue et le M5S à revoir leur copie.

Un risque pour le gouvernement?

Ces trois sorties ont été très critiquées en Italie. Vincenzo Visco, ancien ministre des Finances, avait estimé que les propos tenus dans son livre par Paolo Savona "[étaient] de manière radicale et suicidaire anti-allemands". "Cela peut lui créer et nous créer des problèmes", avait-il estimé. De son côté, Matteo Salvini avait été obligé de rassurer après ses propos sur les immigrés. "Concernant l'immigration, nous n'aurons pas une ligne dure, mais une ligne de bon sens", a-t-il promis lors d'un déplacement dimanche en Sicile.

Les propos de Lorenzo Fontana sur les personnes homosexuelles n'ont pas été mieux accueillis. Le Mouvement 5 étoiles avait rapidement pris ses distances, estimant par la voix de Maria Edera Spadoni que les déclarations du ministre de la Famille étaient "inopportunes". "La question n’est pas à l’agenda du gouvernement", a dû ajouter Matteo Salvini dans la foulée. Un rétropédalage qui rappelle qu'entre la Ligue et le M5S, les désaccords sont nombreux. Plusieurs sujets clivants ont été délibérément écartés du contrat de gouvernement pour respecter les sensibilités de chacun, mais ils pourraient resurgir au fil des mois.
"les gens du nord ont dans leurs cœur le soleil qui non pas dehors" Manu le 4 avril 2016
Avatar de l’utilisateur

ChevalierBlanc
 
Retour

Messagepar John Holmes » 06 Juin 2018, 19:59

Huuummm je vais ressortir mes chemises noires et me payer un aller retour à Rome.
"Une pute qui prend la place d'un fils de pute, quel concentré de putes dans le stades du roi des putes."
Matcheu - Novembre 2015 tjrs la phrase juste
Avatar de l’utilisateur

John Holmes
 
Retour

Messagepar Dageek » 06 Juin 2018, 20:08

Miam. Russie, Hongrie, Italie, on se RE-GALE!
Je me demande quand est ce qu'on va les rejoindre...
Avatar de l’utilisateur

Dageek
 
Retour

Messagepar krouw2 » 06 Juin 2018, 20:44

je pensais impossible l'arrivée du FN ou de la FI au pouvoir il y a peu, mais quand on voit les doukisor partout en Europe je me dis que le roi Macron et ses gens devrait arrêter la provoc un ptit peu. Concernant les clandestins la situation de l 'Italie est catastrophique et l'Europe les laisse se démerder
Macron est libéral et social, quand il t'encule les points de suture sont remboursés par la sécu
Avatar de l’utilisateur

krouw2
 
Retour

Messagepar gblosc » 06 Juin 2018, 20:49

Faut surtout mettre Gégé et Luis Campos à la tête de l'Italie, y'a moyen de se faire de sacrés MUSD en revendant tous ces migrants !
#Unlimited
Avatar de l’utilisateur

gblosc
 
Retour

Messagepar krouw2 » 10 Juin 2018, 16:17

sale nouvelle pour Gérard Collomb

La fin du remboursement des médicaments anti-Alzheimer va "déstabiliser profondément les familles"

Le président de la Fondation pour la recherche sur la maladie d'Alzheimer a déploré vendredi sur franceinfo ces "économies de bouts de chandelle" au détriment des patients.

A partir du 1er août, les médicaments permettant de lutter contre la maladie d'Alzheimer ne seront plus remboursés. Ils sont jugés peu efficaces par la Haute Autorité de santé. "Lorsque ces médicaments sont prescrits à bon escient, c’est-à-dire avec un suivi régulier, ils sont utiles", a contesté, vendredi 1er juin sur franceinfo, Olivier De Ladoucette, psychiatre et gériatre à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris et président de la Fondation pour la recherche sur la maladie d'Alzheimer. "En tirant le tapis comme le fait la ministre de la Santé, je crois qu'on est en train de déstabiliser complètement une filière de soins" et de "déstabiliser profondément les familles", a-t-il déploré.


Olivier De Ladoucette : On peut toujours regretter qu'ils n'aient pas été davantage efficaces mais je pense que la mesure qu'on nous propose aujourd'hui est très dommageable pour les patients, pour leurs familles et pour la filière.

On soumet une triple peine aux malades d'Alzheimer, qui est non seulement d'avoir une maladie terrible, mais en plus on leur dit que le traitement qu'on leur propose est dangereux et inefficace, et pour ceux qui voudraient quand même persister, ils vont devoir payer la note de leur traitementOlivier Deladoucettefranceinfo

L'efficacité de ces médicaments existait dans quelques cas et cela méritait qu'on propose un traitement à ces patients. Je trouve cela fâcheux.

Sur quoi ces médicaments sont-ils censés agir, justement ?

Ils freinent le déclin cognitif et permettent de retarder la dépendance. Mais ce qui est important de comprendre, c'est que la prise en charge de la maladie d'Alzheimer n'est pas uniquement médicamenteuse, elle est médico-psycho-sociale. Et ces traitements avaient une certaine efficacité. Je peux vous dire, pour être prescripteur depuis très nombreuses années, qu'il m'est arrivé plus d'une fois chez un patient où on avait dû arrêter le traitement de voir un déclin accéléré dans le mois qui suit. Ce qui prouve rétroactivement qu'il y avait un certain intérêt. Si on le prescrit en suivant régulièrement le patient, en éliminant les contre-indications, cela permet un ancrage de ce patient dans une filière de soins, de le voir régulièrement, de parler avec sa famille.

La ministre avait posé comme préalable à un éventuel déremboursement la mise en place d'un "protocole de soins élaboré par les scientifiques en lien avec les associations de patients". Ce protocole a été dévoilé le 25 mai par la Haute Autorité, via un guide et des fiches pratiques. Ce n'est pas suffisant ?

On va voir, j'en doute un peu. On est dans un pays où quand il n'y a pas de médicament il n'y a pas de médicalisation ou de suivi. On est en train de faire des économies de bouts de chandelle, et on est en train de déstabiliser profondément les familles. Je reçois plein d'appels de mes familles qui me disent : "Mais que se passe-t-il ? Que doit-on penser de ces traitements ?" Encore une fois, je pense qu'il y a certainement des patients qui prennent ces médicaments de manière disproportionnée et erronée, mais pour beaucoup, dès lors que le suivi se fait régulièrement, ces traitements sont intéressants.
Macron est libéral et social, quand il t'encule les points de suture sont remboursés par la sécu
Avatar de l’utilisateur

krouw2
 
Retour

Messagepar Baratte » 10 Juin 2018, 16:50

+1 krouw , sale nouvelle pour Collomb , mais tu verras que le roi changera d'envie quand sa mère voudra commencer à le re-coiffer avant d'aller au bureau ou qu'elle répondra au téléphone et dira à Trump qu'il ne peut pas sortir parce qu'il a des devoirs à faire .
Les salariés sont les êtres les plus vulnérables du monde capitaliste : ce sont des chômeurs en puissance.
Avatar de l’utilisateur

Baratte
 
Retour

Messagepar krouw2 » 10 Juin 2018, 17:17

Lol Macron qui fait le tour de la planète avec Brigitte Nedved et qui se prend des quenelles de 180 dés qu'il est dans l'avion
Macron est libéral et social, quand il t'encule les points de suture sont remboursés par la sécu
Avatar de l’utilisateur

krouw2
 
Retour

Messagepar rodolfo » 10 Juin 2018, 20:05

C'est pas avec François Hollande qu'on verrait ça.
Avatar de l’utilisateur

rodolfo
 
Retour

Messagepar Baratte » 11 Juin 2018, 06:32

rodolfo a écrit:C'est pas avec François Hollande qu'on verrait ça.

Tu te trompes ! Je pense que Marisol Tourraine était une sale pute du même acabit qu'Agnès Buzyn .
Les salariés sont les êtres les plus vulnérables du monde capitaliste : ce sont des chômeurs en puissance.
Avatar de l’utilisateur

Baratte
 
Retour

Messagepar pfff... » 13 Juin 2018, 12:21

Un tiers du PIB en aides sociales. Des avis?
"Ce sont souvent de grands enfants un peu timides, qui ont juste besoin de quelqu'un pour leur enfoncer un gros gode dans le fondement de temps en temps."
Avatar de l’utilisateur

pfff...
 
Retour

Messagepar krouw2 » 13 Juin 2018, 12:59

Ecoute RMC tu en aura plein
Macron est libéral et social, quand il t'encule les points de suture sont remboursés par la sécu
Avatar de l’utilisateur

krouw2
 
Retour

Messagepar Dageek » 13 Juin 2018, 13:06

pfff... a écrit:Un tiers du PIB en aides sociales. Des avis?


Pas en aides , mais en prestations.
Donc santé , retraites , famille, chômage.... C est pas , en gros , un tiers du PIB a aider des feignants d assistés.
Avatar de l’utilisateur

Dageek
 
Retour

Messagepar pfff... » 13 Juin 2018, 14:26

Dageek a écrit:
pfff... a écrit:Un tiers du PIB en aides sociales. Des avis?


Pas en aides , mais en prestations.
Donc santé , retraites , famille, chômage.... C est pas , en gros , un tiers du PIB a aider des feignants d assistés.


Mode Baratte on:
Ouais fin bon, t es un enfoire communiste, t as bien compris le probleme.
Mode baratte off

Oui, autant pour moi.
"Ce sont souvent de grands enfants un peu timides, qui ont juste besoin de quelqu'un pour leur enfoncer un gros gode dans le fondement de temps en temps."
Avatar de l’utilisateur

pfff...
 
Retour

Messagepar krouw2 » 13 Juin 2018, 14:42

il parait que les prestation sociales ça coute un pognon de dingue

Image
Macron est libéral et social, quand il t'encule les points de suture sont remboursés par la sécu
Avatar de l’utilisateur

krouw2
 
Retour

PrécédentSuivant

Retour vers Forum



Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Google [Bot], Majestic-12 [Bot] et 1 invité

cron