[01T] Politix, fonctionnaire et Cie

Messagepar laurentlille1 » 02 Nov 2018, 09:32

J'ai plus de respect pour la princesse Fiona.
Avatar de l’utilisateur

laurentlille1
 
Retour

Messagepar krouw2 » 02 Nov 2018, 09:37

sinon les diversions des Macronistes du forum ça va un moment, Macron 21% de cote de popularité, moins que ses électeurs du 1er tour , prend ça laurentlilloas!
Macron est libéral et social, quand il t'encule les points de suture sont remboursés par la sécu
Avatar de l’utilisateur

krouw2
 
Retour

Messagepar krouw2 » 02 Nov 2018, 09:43

https://www.mediacites.fr/lille/enquete ... 5-76822883

laurentlilloas en procès publique sur la grand place de Lille?
Macron est libéral et social, quand il t'encule les points de suture sont remboursés par la sécu
Avatar de l’utilisateur

krouw2
 
Retour

Messagepar laurentlille1 » 02 Nov 2018, 10:16

Nan mais ne crois pas que je ne suis pas déçu de ce que fait Macron... qui au final n'a pas changé grand chose à la vie politique française et surtout n'a rien fait pour les indépendants/PME sur ce qu'il avait promis... Là où je l'attendais le plus (remarque c'était le seul qui en parlait dans son programme, ça ne touche que 6M de personnes en France).

Mais jamais de la vie je ne voterai pour la FI et son chef taré. Une énième politique "sociale" (càd balancer des aides et des subventions), on a vu ce que ça a donné, surtout au niveau local, suffit d'aller à Roubaix, Fives, le bassin minier, Ivry ou Vitry-sur-Seine...
Avatar de l’utilisateur

laurentlille1
 
Retour

Messagepar Baratte » 02 Nov 2018, 10:25

fernando a écrit:
pfff... a écrit:Si j ai bien compris, seul Fernando n est pas nazi.


J'ai comême Baratte avec moi pour représenter le camp progressiste face à vous tous sur ce forum de nazis hoolz du net.

As-tu remarqué que ces sociaux-traîtres économiquement libéraux , soit souverainistes-macronistes ou sarhozistes honteux , avaient tous le même raisonnement binaire comme le grand eljano , à savoir, si t'es pas dans mon camp , t'es qu'une pourriture stalinienne ?

On va bien se marrer quand les premiers sondages d'intentions de votes au premier tour des prochaines présidentielles tomberont et ne manqueront pas d'indiquer que 60 à 70 % des français ont l'intention de voter RN / FI et divers gauche au premier tour .
Les salariés sont les êtres les plus vulnérables du monde capitaliste : ce sont des chômeurs en puissance.
Avatar de l’utilisateur

Baratte
 
Retour

Messagepar fernando » 02 Nov 2018, 10:25

laurentlille1 a écrit:J'ai plus de respect pour la princesse Fiona.


Je suis choqué!
Despé : "Y a des limites au rugueux"
Avatar de l’utilisateur

fernando
 
Retour

Messagepar fernando » 02 Nov 2018, 16:40

Pense-t-il vraiment que cette ficelle plus grosse qu'une corde fonctionne encore?
L'europe c'est la paix, les méchants c'est la guerre, votez pour les forces du bien et du progrès?



Emmanuel Macron met en garde contre un retour à l’Europe des années 1930

Dans un entretien à « Ouest France », le chef de l’Etat plaide pour une Union européenne « plus souveraine et plus multilatérale ».


« Dans une Europe qui est divisée par les peurs, le repli nationaliste, les conséquences de la crise économique, on voit presque méthodiquement se réarticuler tout ce qui a rythmé la vie de l’Europe de l’après-première guerre mondiale à la crise de 1929, déclare le président de la République. Il faut l’avoir en tête, être lucide, savoir comment on y résiste », en « portant la vigueur démocratique et républicaine. »

Le chef de l’Etat s’apprête à célébrer le centenaire de la fin de la première guerre mondiale, en visitant les lieux de bataille dans le Grand Est et les Hauts-de-France durant une semaine à partir de dimanche. Suivront la cérémonie du 11-Novembre à l’arc de Triomphe en présence d’une centaine de dirigeants du monde entier, puis le premier Forum de la paix à La Villette.

Comprendre les leçons de l’histoire

Au cours de ces rendez-vous, Emmanuel Macron assure qu’il ne « veut pas simplement regarder l’histoire ». « Je veux rendre hommage et essayer de comprendre les leçons de cette histoire. C’est un message de célébration, de mémoire et d’avenir ». En promouvant, à cette occasion, une Europe « plus souveraine et plus multilatérale ».


« L’Europe est face à un risque : celui de se démembrer par la lèpre nationaliste et d’être bousculée par des puissances extérieures. Et donc de perdre sa souveraineté. C’est-à-dire d’avoir sa sécurité qui dépende des choix américains et de ses changements, d’avoir une Chine de plus en plus présente sur les infrastructures essentielles, une Russie qui parfois est tentée par la manipulation, des grands intérêts financiers et des marchés qui dépassent parfois la place que les Etats peuvent prendre », prévient M. Macron.
Despé : "Y a des limites au rugueux"
Avatar de l’utilisateur

fernando
 
Retour

Messagepar krouw2 » 02 Nov 2018, 16:46

Bah c'est ce ce qu'on va se taper pendant la campagne Europèenne, les méchants nationalistes contre les gentils Fédéralistes, entre les 2 pas de débat , il faut faire barrage. Ca a déjà marché il y a un an
Macron est libéral et social, quand il t'encule les points de suture sont remboursés par la sécu
Avatar de l’utilisateur

krouw2
 
Retour

Messagepar fernando » 02 Nov 2018, 16:52

Dans un scrutin de liste proportionnel à un tour, ça va moins bien marcher.
Despé : "Y a des limites au rugueux"
Avatar de l’utilisateur

fernando
 
Retour

Messagepar Baratte » 02 Nov 2018, 17:04

Donc , quand l'Europe fait un recul politique de 80 ans , ça le dérange , mais quand il mène une politique sociale qui fait faire à la France , un retour à la même époque ça le dérange pas ?
Ils n'étudient pas l'histoire à l'ENA ?
Les salariés sont les êtres les plus vulnérables du monde capitaliste : ce sont des chômeurs en puissance.
Avatar de l’utilisateur

Baratte
 
Retour

Messagepar Baratte » 02 Nov 2018, 17:08

Encore un troubadour qui aime pas le roi .

https://www.facebook.com/les.as.en.deli ... 661793294/
Les salariés sont les êtres les plus vulnérables du monde capitaliste : ce sont des chômeurs en puissance.
Avatar de l’utilisateur

Baratte
 
Retour

Messagepar fernando » 03 Nov 2018, 11:42

Image
Despé : "Y a des limites au rugueux"
Avatar de l’utilisateur

fernando
 
Retour

Messagepar guinness » 03 Nov 2018, 13:17

:-D
Avatar de l’utilisateur

guinness
 
Retour

Messagepar krouw2 » 03 Nov 2018, 23:47

N'empêche qu'avec le mouvement de contestations des automobilistes Macron à eu un coup de pompe

MDRRRRRR
Macron est libéral et social, quand il t'encule les points de suture sont remboursés par la sécu
Avatar de l’utilisateur

krouw2
 
Retour

Messagepar laurentlille1 » 04 Nov 2018, 12:53

Ca manque vraiment le Bebete show et les Guignols.
Avatar de l’utilisateur

laurentlille1
 
Retour

Messagepar krouw2 » 04 Nov 2018, 12:59

Jean Roucas, repose en paix petit ange
Macron est libéral et social, quand il t'encule les points de suture sont remboursés par la sécu
Avatar de l’utilisateur

krouw2
 
Retour

Messagepar manulosc » 04 Nov 2018, 13:08

en nouvelle calédonie le non l emporte
Avatar de l’utilisateur

manulosc
 
Retour

Messagepar krouw2 » 04 Nov 2018, 14:37

sont moins cons que les corses
Macron est libéral et social, quand il t'encule les points de suture sont remboursés par la sécu
Avatar de l’utilisateur

krouw2
 
Retour

Messagepar fernando » 04 Nov 2018, 14:58

En Corse aussi ça ferait non
Despé : "Y a des limites au rugueux"
Avatar de l’utilisateur

fernando
 
Retour

Messagepar pfff... » 04 Nov 2018, 17:21

se queda?
"Ce sont souvent de grands enfants un peu timides, qui ont juste besoin de quelqu'un pour leur enfoncer un gros gode dans le fondement de temps en temps."
Avatar de l’utilisateur

pfff...
 
Retour

Messagepar krouw2 » 04 Nov 2018, 23:15

https://www.alternatives-economiques.fr ... r3yJEv1bC4

Budget Pouvoir d’achat : les gagnants et les perdants


A qui profite la politique économique du gouvernement ? Il y a un an, Emmanuel Macron s’était vu accoler l’étiquette de « président des riches », suite notamment à la réforme de la fiscalité du capital. Mais si l’on en croit les résultats d’une récente étude de l’Institut des politiques publiques (IPP), qui évalue l’impact des budgets 2018 et 2019 sur le pouvoir d’achat des ménages, c’est plutôt de « président des très riches » dont il faut désormais parler



Le 1 % des Français les plus aisés est le grand gagnant de la politique fiscale : en 2019, ses revenus grimperont de 6 %, grâce notamment aux effets cumulés de la réforme de l’impôt sur la fortune et du prélèvement forfaitaire unique sur les revenus du capital. De manière plus précise encore, les gains se concentrent dans le top 0,4 % des niveaux de vie, qui verra son pouvoir d’achat gonflé de plus de 28 300 euros en 2019. Pour le top 0,1 %, le cadeau s’élève même à 86 290 euros !
Des pertes nettes pour les bas revenus

A l’autre bout de l’échelle sociale, les bas revenus sont les grands perdants. Les 20 % de Français les moins bien lotis verront leurs ressources s’amoindrir. En cause, la très faible revalorisation des prestations sociales et la réforme des allocations logement, qui amputeront le pouvoir d’achat des Français les plus modestes de 3,5 milliards d’euros, dans un contexte où les prix repartent à la hausse.

Ils seront également pénalisés par la hausse de la fiscalité sur le tabac et sur l’énergie. Sans oublier la baisse programmée des dépenses publiques – dont les effets n’ont pas été modélisés dans cette étude – qui pénalisera indirectement le pouvoir d’achat des plus modestes. Seuls les bénéficiaires de l’allocation aux adultes handicapés et du minimum vieillesse seront épargnés. Certes, la prime d’activité, destinée aux travailleurs à bas revenus, a été revalorisée de 20 euros en 2018. Pas de revalorisation générale en 2019 en revanche, mais une « bonification » ciblée sur le Smic, de façon à en limiter le coût. Couplée à la baisse des cotisations, cette mesure fera gagner 32 euros aux Smicards. « Un effet modeste à l’incitation à l’emploi », juge l’IPP.

Entre les deux bouts de l’échelle sociale, la classe moyenne ne s’en sort pas trop mal. Les Français qui se situent au centre de la distribution des revenus, c’est-à-dire entre le 3e et le 8e déciles, verront leurs revenus légèrement augmenter, grâce à la baisse de la taxe d’habitation. Ceux d’entre eux qui sont actifs profiteront également de la baisse des cotisations salariales.

Les retraités, en revanche, subiront une double peine : la sous-indexation des pensions et la hausse de la CSG. Les pensions de retraite ne seront en effet revalorisées que de 0,3 % en 2019 et 2020, un quasi-gel, alors que l’inflation devrait être de 1,6 %. Et ce tour de vis intervient après une hausse de 1,7 point de la CSG en 2018. Les retraités ont donc du souci à se faire pour leur pouvoir d’achat. Ce que confirme l’évaluation de l’Institut des politiques publiques (IPP).
Les retraités pénalisés


Mais tous ne sont pas logés à la même enseigne. Les plus modestes d’entre eux bénéficieront de la revalorisation du minimum vieillesse et seront épargnés par la hausse de la CSG. D’autres sortiront en partie gagnants de l’exonération de la taxe d’habitation. Ce sont finalement les retraités les plus aisés qui seront le plus mis à contribution. A l’exception notable des très fortunés...
Macron est libéral et social, quand il t'encule les points de suture sont remboursés par la sécu
Avatar de l’utilisateur

krouw2
 
Retour

Messagepar SAV » 05 Nov 2018, 12:14

fernando a écrit:En Corse aussi ça ferait non

Exact.
Pas par amour de la patrie, on s’en doute bien.
c est pas moi sur les photo
Avatar de l’utilisateur

SAV
 
Retour

Messagepar krouw2 » 05 Nov 2018, 19:21

Sinon pour financer la transition énergétique plutôt que de taxer l'essence on pourrait mettre en place une taxe sur les fils de pute de camions étrangers, on appellerait ça l ' ecotaxe et c'est pas 5 branleurs en bonnets rouges qui empêcheraient ça.
Macron est libéral et social, quand il t'encule les points de suture sont remboursés par la sécu
Avatar de l’utilisateur

krouw2
 
Retour

Messagepar laurentlille1 » 05 Nov 2018, 19:37

Non, ça ferait trop comme nos voisins allemands, anglais ou belges. Continuons à cultiver notre singularité française.
Avatar de l’utilisateur

laurentlille1
 
Retour

Messagepar fernando » 05 Nov 2018, 20:30

krouw2 a écrit:https://www.alternatives-economiques.fr/pouvoir-dachat-gagnants-perdants/00086653?fbclid=IwAR2jN_qV_i2XEzla2rUgCov174ZSi-W10O9C7NxEGj8dEfBb3r3yJEv1bC4

Budget Pouvoir d’achat : les gagnants et les perdants


A qui profite la politique économique du gouvernement ? Il y a un an, Emmanuel Macron s’était vu accoler l’étiquette de « président des riches », suite notamment à la réforme de la fiscalité du capital. Mais si l’on en croit les résultats d’une récente étude de l’Institut des politiques publiques (IPP), qui évalue l’impact des budgets 2018 et 2019 sur le pouvoir d’achat des ménages, c’est plutôt de « président des très riches » dont il faut désormais parler



Le 1 % des Français les plus aisés est le grand gagnant de la politique fiscale : en 2019, ses revenus grimperont de 6 %, grâce notamment aux effets cumulés de la réforme de l’impôt sur la fortune et du prélèvement forfaitaire unique sur les revenus du capital. De manière plus précise encore, les gains se concentrent dans le top 0,4 % des niveaux de vie, qui verra son pouvoir d’achat gonflé de plus de 28 300 euros en 2019. Pour le top 0,1 %, le cadeau s’élève même à 86 290 euros !
Des pertes nettes pour les bas revenus

A l’autre bout de l’échelle sociale, les bas revenus sont les grands perdants. Les 20 % de Français les moins bien lotis verront leurs ressources s’amoindrir. En cause, la très faible revalorisation des prestations sociales et la réforme des allocations logement, qui amputeront le pouvoir d’achat des Français les plus modestes de 3,5 milliards d’euros, dans un contexte où les prix repartent à la hausse.

Ils seront également pénalisés par la hausse de la fiscalité sur le tabac et sur l’énergie. Sans oublier la baisse programmée des dépenses publiques – dont les effets n’ont pas été modélisés dans cette étude – qui pénalisera indirectement le pouvoir d’achat des plus modestes. Seuls les bénéficiaires de l’allocation aux adultes handicapés et du minimum vieillesse seront épargnés. Certes, la prime d’activité, destinée aux travailleurs à bas revenus, a été revalorisée de 20 euros en 2018. Pas de revalorisation générale en 2019 en revanche, mais une « bonification » ciblée sur le Smic, de façon à en limiter le coût. Couplée à la baisse des cotisations, cette mesure fera gagner 32 euros aux Smicards. « Un effet modeste à l’incitation à l’emploi », juge l’IPP.

Entre les deux bouts de l’échelle sociale, la classe moyenne ne s’en sort pas trop mal. Les Français qui se situent au centre de la distribution des revenus, c’est-à-dire entre le 3e et le 8e déciles, verront leurs revenus légèrement augmenter, grâce à la baisse de la taxe d’habitation. Ceux d’entre eux qui sont actifs profiteront également de la baisse des cotisations salariales.

Les retraités, en revanche, subiront une double peine : la sous-indexation des pensions et la hausse de la CSG. Les pensions de retraite ne seront en effet revalorisées que de 0,3 % en 2019 et 2020, un quasi-gel, alors que l’inflation devrait être de 1,6 %. Et ce tour de vis intervient après une hausse de 1,7 point de la CSG en 2018. Les retraités ont donc du souci à se faire pour leur pouvoir d’achat. Ce que confirme l’évaluation de l’Institut des politiques publiques (IPP).
Les retraités pénalisés


Mais tous ne sont pas logés à la même enseigne. Les plus modestes d’entre eux bénéficieront de la revalorisation du minimum vieillesse et seront épargnés par la hausse de la CSG. D’autres sortiront en partie gagnants de l’exonération de la taxe d’habitation. Ce sont finalement les retraités les plus aisés qui seront le plus mis à contribution. A l’exception notable des très fortunés...


On incite les pauvres à se sortir les doigts du cul et à essayer de devenir riches. Ca me semble sain et cohérent.
Despé : "Y a des limites au rugueux"
Avatar de l’utilisateur

fernando
 
Retour

Messagepar fernando » 06 Nov 2018, 13:40

Taxation des GAFAs et des émissions de carbone: inspirons-nous des Anglais !

5 nov. 2018 Par Jean-Michel NAULOT Blog : Le blog de Jean-Michel NAULOT

Le gouvernement britannique vient de faire deux annonces importantes, exemplaires, qui doivent faire réfléchir les dirigeants européens sur leur manière de conduire l’Union européenne. Les sujets concernés sont en effet d’une importance capitale pour nos concitoyens. Ces annonces concernent les profits des géants américains du numérique et la manière de lutter contre le réchauffement climatique.


Le gouvernement britannique vient d’abord d’annoncer que, dès sa sortie de l’Union européenne, il allait taxer les géants du numérique, tels Google, Amazon et Facebook, à hauteur de 2% des revenus réalisés sur le territoire britannique. Cette taxe (Digital Services Tax) devrait rapporter 500 millions de dollars par an dès 2019. Le Chancelier de l’Echiquier a affirmé qu’il est temps que les Etats cessent d’agir comme si les multinationales étaient trop grosses pour que l’on puisse les contrôler…

Cette initiative ne peut passer inaperçue en pleine négociation du Brexit alors même que les négociations tenues à Bruxelles sur la taxe GAFA semblent dans l’impasse. Au sein de l’Union, une fois encore, les divisions l’emportent sur la volonté politique. Personne n’ose taper du poing sur la table pour dire clairement les choses, comme la France l’a fait par exemple en 1965 pour obtenir la création du marché commun agricole. Face aux paradis fiscaux, comme l’Irlande, qui hébergent les géants du numérique, face à l’Allemagne qui ne veut pas déplaire à Donald Trump car cela pourrait nuire aux exportations automobiles allemandes, personne n’ose élever la voix. Si Bruno Le Maire est aussi déterminé qu’il le dit pour mettre en place la taxe GAFA, pourquoi n’annonce-t-il pas dès maintenant que la France prendra des mesures à l’échelon national en fin d’année en cas d’absence d’accord européen ?

Ce scénario de la taxe GAFA n’est pas sans rappeler les négociations sur la taxe sur les transactions financières. Pendant près d’une dizaine d’années, on a voulu faire croire aux citoyens que l’on allait taxer les excès de la finance. Les Etats membres disaient, comme l’Allemagne aujourd’hui pour la taxe GAFA, qu’ils étaient favorables à une telle taxe… à condition que tous les pays dans le monde en fassent autant ! Le plus sûr moyen de ne pas avoir d’accord. Le problème était celui du double discours, l’un pour les citoyens, l’autre pour les réunions à Bruxelles. En janvier 2013, Pierre Moscovici alors Ministre des finances, avait ainsi déclaré que la TTF était une étape historique, que la taxe allait rapporter plusieurs dizaines de milliards d’euros et, quelques mois plus tard, nous apprenions par une dépêche de l’agence Reuters que la France exigeait dans le secret des négociations bruxelloises une division par dix de la taxe ! Plus personne ne parle aujourd’hui de la TTF. La taxe GAFA pourrait avoir le même destin si aucun pays n’a le courage de prendre d’initiative au plan national.

Le gouvernement britannique vient de faire une autre annonce très courageuse. En cas d’échec des négociations sur la sortie du Brexit, le gouvernement anglais déclare que le Royaume Uni quittera aussitôt le marché européen des quotas de carbone et remplacera ce marché financier par une taxe sur les émissions de dioxyde de carbone (CET, Carbon Emissions Tax) afin de continuer à réduire la part des centrales à charbon dans la production d’électricité.

Dès avril 2013, le Royaume Uni avait instauré une taxe carbone (CPF, Carbon Price Floor) en complément du prix du carbone affiché par le marché des quotas afin d’avoir un prix plancher. Les Britanniques considéraient que le prix du marché était dérisoire, de l’ordre de 4 ou 5 euros, si peu dissuasif que l’Allemagne avait décidé de relancer ses centrales à charbon. L’Union européenne a certes fait récemment une réforme du marché des quotas mais cette réforme est bien timide. Le prix sur le marché européen affiche désormais 15 à 20 euros, un prix très inférieur au prix que recommandent les experts (30 à 40 euros).

La réforme britannique, qui propose de remplacer le marché financier par une taxe, est donc frappée au coin du bon sens. Qu’attend l’Europe pour s’en inspirer ? Faut-il que les lobbies soient puissants à Bruxelles pour que la leçon en matière de lutte contre le réchauffement climatique nous vienne du Royaume Uni, pays de la libre entreprise !

De ces deux annonces britanniques, les citoyens de l’Union européenne pourraient être tentés de tirer la conclusion qu’un supplément de souveraineté dans la prise de décision est parfois utile. Il n’y a pas d’un côté des « progressistes » et de l’autre des « souverainistes » comme le discours officiel tente désormais de le faire croire pour des raisons électorales. Il y a d’un côté ceux qui restent attachés à une conception désormais archaïque de l’Europe, celle de la marche forcée vers le fédéralisme, et de l’autre ceux qui veulent réformer l’Union, laisser respirer les Etats et affronter plus efficacement la mondialisation.
Despé : "Y a des limites au rugueux"
Avatar de l’utilisateur

fernando
 
Retour

Messagepar SAV » 06 Nov 2018, 17:13

fernando a écrit:On incite les pauvres à se sortir les doigts du cul et à essayer de devenir riches. Ca me semble sain et cohérent.

Pourquoi, c’est une mauvaise idée ?
Ceux qui trouvent incongru de s’enrichir sont les mêmes qui vont aller brailler le 17 pour 10 centimes sur leur putain de gasoil.
Pays de brun.
c est pas moi sur les photo
Avatar de l’utilisateur

SAV
 
Retour

Messagepar fernando » 06 Nov 2018, 17:48

SAV a écrit:
fernando a écrit:On incite les pauvres à se sortir les doigts du cul et à essayer de devenir riches. Ca me semble sain et cohérent.

Pourquoi, c’est une mauvaise idée ?


Non, c'est la quintessence du rêve américain.
Despé : "Y a des limites au rugueux"
Avatar de l’utilisateur

fernando
 
Retour

Messagepar SAV » 06 Nov 2018, 17:55

fernando a écrit:
SAV a écrit:
fernando a écrit:On incite les pauvres à se sortir les doigts du cul et à essayer de devenir riches. Ca me semble sain et cohérent.

Pourquoi, c’est une mauvaise idée ?


Non, c'est la quintessence du rêve américain.

C'est vrai que nous en France, on sait tout faire mieux que tout le monde.
On a 10% de chômage structurel mais c'est pas grave.
c est pas moi sur les photo
Avatar de l’utilisateur

SAV
 
Retour

Messagepar fernando » 06 Nov 2018, 21:03

Ceci dit baisser les impôts des plus riches, ça n'a jamais créé de l'emploi ni aidé les plus pauvres à aller mieux, nulle part. Ca creuse juste les inégalités un peu plus.
Despé : "Y a des limites au rugueux"
Avatar de l’utilisateur

fernando
 
Retour

PrécédentSuivant

Retour vers Forum



Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Baratte, celentano, despe, Dogue-son, manulosc, pfff... et 7 invité(s)