[01T] Politix, fonctionnaire et Cie

Messagepar fernando » 15 Jan 2017, 20:06

rodolfo a écrit:Sa loi, c'est toujours de la belle merde à appliquer d'ailleurs.....


T'es chauffeur de bus?
Despé : "Y a des limites au rugueux"
Avatar de l’utilisateur

fernando
 
Retour

Messagepar rodolfo » 15 Jan 2017, 20:26

Pire que ça....
Avatar de l’utilisateur

rodolfo
 
Retour

Messagepar pfff... » 15 Jan 2017, 22:36

Chauffeur poids lourds?
"Ce sont souvent de grands enfants un peu timides, qui ont juste besoin de quelqu'un pour leur enfoncer un gros gode dans le fondement de temps en temps."
Avatar de l’utilisateur

pfff...
 
Retour

Messagepar fernando » 15 Jan 2017, 22:44

T'es dans l'informatique nan? En quoi t'es concerné par la loi Macron?
Despé : "Y a des limites au rugueux"
Avatar de l’utilisateur

fernando
 
Retour

Messagepar rhazelle » 15 Jan 2017, 23:26

Tin mais le Givrais toujours là, toujours bien placé au cas où, un sacré homme de réseau celui-là.
Et la photo de ta collection de godes que John Holmes a posté l'autre jour , ça vient du Journal de Mickey ?
rhazelle
 
Retour

Messagepar Baratte » 16 Jan 2017, 08:07

rhazelle a écrit:Tin mais le Givrais toujours là, toujours bien placé au cas où, un sacré homme de réseau celui-là.

Laquelle de ces propositions te paraît crédible ?
1 / Il ne savait pas qui était le mec assis à côté de lui .
2 / Il était trop bourré pour le reconnaître .
3 / Il était surpris qu'on le photographie assis à une table au cours d'un repas politique .
Les salariés sont les êtres les plus vulnérables du monde capitaliste : ce sont des chômeurs en puissance.
Avatar de l’utilisateur

Baratte
 
Retour

Messagepar rodolfo » 16 Jan 2017, 09:18

fernando a écrit:T'es dans l'informatique nan? En quoi t'es concerné par la loi Macron?



Open data. Conflit avec le fonctionnement des greffes, leurs salaires..... conflit qui s'étend jusqu'à l'INPI (dommage collatéral).

Du coup, on arrive dans un process où tu payes des avocats pour constater que rien ne marche et que l'état ne tient pas ses engagements.

MAis bon, ça n'aboutira jamais car les greffes font appels sur appel et tout est bloqué.

Fin le gros bordel administratif Français est en marche.

Merci Manu.....
Avatar de l’utilisateur

rodolfo
 
Retour

Messagepar Giallo » 16 Jan 2017, 09:23

rodolfo a écrit:
Merci Manu.....


"j'ai rien à voir là dedans"

Image
ce message ne vient pas de moi
Avatar de l’utilisateur

Giallo
 
Retour

Messagepar fernando » 16 Jan 2017, 11:58

rodolfo a écrit:
fernando a écrit:T'es dans l'informatique nan? En quoi t'es concerné par la loi Macron?



Open data. Conflit avec le fonctionnement des greffes, leurs salaires..... conflit qui s'étend jusqu'à l'INPI (dommage collatéral).

Du coup, on arrive dans un process où tu payes des avocats pour constater que rien ne marche et que l'état ne tient pas ses engagements.

MAis bon, ça n'aboutira jamais car les greffes font appels sur appel et tout est bloqué.

Fin le gros bordel administratif Français est en marche.

Merci Manu.....


La capacité de résistance au changement à tous les niveaux dans ce pays est tout de même assez prodigieuse. Et là pour le coup c'est pas la CGT.
Despé : "Y a des limites au rugueux"
Avatar de l’utilisateur

fernando
 
Retour

Messagepar pfff... » 16 Jan 2017, 12:01

Non mais la CGT a déjà annonce qu elle bloquerait toute tentative de reforme sous Fillon.
"Ce sont souvent de grands enfants un peu timides, qui ont juste besoin de quelqu'un pour leur enfoncer un gros gode dans le fondement de temps en temps."
Avatar de l’utilisateur

pfff...
 
Retour

Messagepar SAV » 16 Jan 2017, 12:55

pfff... a écrit:Non mais la CGT a déjà annonce qu elle bloquerait toute tentative de reforme sous Fillon.

Yeah, ça sent le Juppé 1995 reloaded.
c est pas moi sur les photo
Avatar de l’utilisateur

SAV
 
Retour

Messagepar pfff... » 16 Jan 2017, 13:00

En 95, la France sortait de 2 septennats clientélistes.
"Ce sont souvent de grands enfants un peu timides, qui ont juste besoin de quelqu'un pour leur enfoncer un gros gode dans le fondement de temps en temps."
Avatar de l’utilisateur

pfff...
 
Retour

Messagepar Nougets » 16 Jan 2017, 13:27

JUSTICE
Jawad promet de ne plus rien faire "d'illégal", quitte "à manger des conserves"
Par LEXPRESS.fr
publié le 16/01/2017 à 13:10
Dans une nouvelle lettre adressée à un juge d'instruction, le "logeur" présumé des terroristes du 13 novembre réaffirme son innocence et conteste son maintien en détention. "Vous cherchez quoi au juste qu'a force de craquer je comette l'irréparable", écrit-il, selon des extraits diffusés par TF1.
Dans sa dernière missive enflammée, il refusait d'être "le bouquet missaire". Jawad Bendaoud, l'imprévisible délinquant de 29 ans soupçonné d'avoir logé à Saint-Denis une partie des terroristes du 13 novembre, a repris le stylo pour écrire à l'un des juges d'instruction chargés de l'enquête, rapporte ce lundi TF1.

Dans une lettre envoyée le 1er octobre dernier depuis sa cellule de Villepinte, le jeune homme, avec son style très familier, exprime sa frustration et martèle son innocence.

"Vous cherchez quoi au juste qu'a force de craquer je commette l'irréparable je suis quelqu'un de violent depuis tout jeune [...] si je commets un acte violent on va dire c'est un terroriste Jawad mais mort de rire", écrit maladroitement le détenu, incarcéré depuis les attentats. Selon la chaîne de télévision, le suspect vit très mal son placement à l'isolement et demande à être transféré dans un autre établissement. "Vous attendez quoi je pète une durite", répète-t-il à l'adresse du juge.

Une promesse au juge
Lors d'une réunion en mai dernier avec les victimes des tueries, l'un des magistrats instructeurs avait indiqué qu'il envisageait de requalifier la mise en examen de Jawad Bendaoud et d'abandonner les poursuites pour terrorisme au profit du simple "recel". Ce qui aurait pour conséquence d'alléger la peine encourue et d'accélérer sa libération. L'ancien marchand de sommeil a toujours assuré n'avoir pas eu connaissance de l'identité des personnes qu'il a logées - Abdelhamid Abaaoud et son complice Chakib Akrouh - et avoir simplement voulu "rendre service". Un service, en contrepartie, rémunéré.

Plus d'un an après les faits, les juges n'ont toujours pas pris leur décision concernant l'avenir judiciaire de Jawad Bendaoud. Ce que ne comprend visiblement pas l'intéressé. "J'ai senti un truc louche mais jamais j'aurais pu imaginer une seule seconde que je venais de serrer la main et offert un toit du Coca cherry, de l'Oasis aux individus qui venait de commettre les pires attentats perpetrés en France", martèle-t-il dans sa lettre.

Jawad Bendaoud, connu pour ses trafics de stupéfiants, promet enfin de ne plus rien faire "d'illégal dans [sa] vie", quitte à "manger des conserves au Resto du coeur (sic)".
- Ici la boue est faite de nos fleurs.
-... bleues, je le sais.
Avatar de l’utilisateur

Nougets
 
Retour

Messagepar Giallo » 16 Jan 2017, 14:11

Jawad > Le Gorafi
ce message ne vient pas de moi
Avatar de l’utilisateur

Giallo
 
Retour

Messagepar fernando » 17 Jan 2017, 09:22

Y'en d'n'a marre des socialisses qui ruinent le Fransse, vivement le retour des gens compétents au pouvoir pour sauver le pays de la faillite


Les bonnes nouvelles ne sont pas si fréquentes en matière budgétaire, Bercy n’allait pas se priver de s’en faire l’écho. En 2016, le déficit budgétaire de l’Etat s’est établi à 69 milliards d’euros, soit un recul de 1,5 milliard par rapport à celui de 2015, ont annoncé mardi 17 janvier le ministre de l’économie et des finances, Michel Sapin, et le secrétaire d’Etat au budget, Christian Eckert. Il atteint ainsi son niveau le plus bas depuis 2008. Au total, entre 2012 et 2016, le déficit de l’Etat a été ramené de 87,2 milliards à 69,9 milliards d’euros, soit une diminution de 17,3 milliards, après avoir atteint un pic de 148,8 milliards d’euros en 2010.
Despé : "Y a des limites au rugueux"
Avatar de l’utilisateur

fernando
 
Retour

Messagepar pfff... » 17 Jan 2017, 09:52

fernando a écrit:Y'en d'n'a marre des socialisses qui ruinent le Fransse, vivement le retour des gens compétents au pouvoir pour sauver le pays de la faillite


Les bonnes nouvelles ne sont pas si fréquentes en matière budgétaire, Bercy n’allait pas se priver de s’en faire l’écho. En 2016, le déficit budgétaire de l’Etat s’est établi à 69 milliards d’euros, soit un recul de 1,5 milliard par rapport à celui de 2015, ont annoncé mardi 17 janvier le ministre de l’économie et des finances, Michel Sapin, et le secrétaire d’Etat au budget, Christian Eckert. Il atteint ainsi son niveau le plus bas depuis 2008. Au total, entre 2012 et 2016, le déficit de l’Etat a été ramené de 87,2 milliards à 69,9 milliards d’euros, soit une diminution de 17,3 milliards, après avoir atteint un pic de 148,8 milliards d’euros en 2010.


Mais putain, cette annonce est honteuse. On se réjouit d'un déficit??? Les 69 milliards de dette vont se cumuler à la dette déjà faramineuse. C'est 69 milliards de dette en plus. Franchement pas de quoi se réjouir. "Mr le banquier, vous allez être content, mon déficit cette année sera de 69 euros au lieu des 70 de l'an passé. Champagne? C'est moi qui offre...."
"Ce sont souvent de grands enfants un peu timides, qui ont juste besoin de quelqu'un pour leur enfoncer un gros gode dans le fondement de temps en temps."
Avatar de l’utilisateur

pfff...
 
Retour

Messagepar Dageek » 17 Jan 2017, 10:01

oui mais l' important c est la tendance, surtout si elle se maintient a long terme. Si tu le diminue sur plusieurs années ou décennies, ça rassure les marchés / investisseurs même si ta dette ne fait qu' augmenter... ces dettes existeront toujours, c'est pratiquement que du vent
Avatar de l’utilisateur

Dageek
 
Retour

Messagepar fernando » 17 Jan 2017, 10:09

Bah vu d'où on part, c'est impossible de revenir à l'équilibre en 5 ans.

C'e qui est important c'est la trajectoire, -20% de déficit en 5 ans tu peux dire que c'est pas assez, mais c'est déjà mieux que rien ou que +20%.
La tendance en la matière a rarement été à la baisse je pense.
Despé : "Y a des limites au rugueux"
Avatar de l’utilisateur

fernando
 
Retour

Messagepar pfff... » 17 Jan 2017, 12:53

fernando a écrit:Bah vu d'où on part, c'est impossible de revenir à l'équilibre en 5 ans.

C'e qui est important c'est la trajectoire, -20% de déficit en 5 ans tu peux dire que c'est pas assez, mais c'est déjà mieux que rien ou que +20%.
La tendance en la matière a rarement été à la baisse je pense.


Mais 1 milliard sur 2000 milliard de budget.... c'est 0.05% du budget annuel.
"Ce sont souvent de grands enfants un peu timides, qui ont juste besoin de quelqu'un pour leur enfoncer un gros gode dans le fondement de temps en temps."
Avatar de l’utilisateur

pfff...
 
Retour

Messagepar pfff... » 17 Jan 2017, 12:59

Dageek a écrit:oui mais l' important c est la tendance, surtout si elle se maintient a long terme. Si tu le diminue sur plusieurs années ou décennies, ça rassure les marchés / investisseurs même si ta dette ne fait qu' augmenter... ces dettes existeront toujours, c'est pratiquement que du vent


Pour les US, qui impriment le dollar, la monnaie de reference, je veux bien le croire. Mais pour la France?
L'argentine a un moment refuse d'honorer ses doléances; les fonds de pension la poursuivent encore. Et pas sur qu elle puisse emprunter sur les marches financiers. Les dettes sont autant de faiblesses que les autres pays peuvent utiliser contre toi. La Chine et la Russie peuvent être tenter de faire du chantage économique. Voit les US avec la Grande Bretagne en 1956. Le deal propose par les américains aux anglais était le suivant: vous dégagez ou on vous démolit économiquement. Plus de pétrole américain et on massacre la livre sterling. Les anglais ont ravale leur fierté.
"Ce sont souvent de grands enfants un peu timides, qui ont juste besoin de quelqu'un pour leur enfoncer un gros gode dans le fondement de temps en temps."
Avatar de l’utilisateur

pfff...
 
Retour

Messagepar krouw2 » 17 Jan 2017, 14:30

La France en panne d’investissements publics...

http://www.alternatives-economiques.fr/ ... s/00076435
Macron est libéral et social, quand il t'encule les points de suture sont remboursés par la sécu
Avatar de l’utilisateur

krouw2
 
Retour

Messagepar fernando » 18 Jan 2017, 13:55

putain ça donne presque envie de voter Mélenchon



Huit milliardaires égalent la moitié des habitants de la planète

17 janvier 2017| Par martine orange


Chaque année, le rapport d’Oxfam dresse un constat toujours plus accablant sur l’accumulation sans précédent des richesses entre quelques mains : la fortune de huit milliardaires correspond aujourd’hui à celle de la moitié des habitants de la planète. « Il est temps de mettre l’économie au service des 99 % », dit l’ONG.


Ils sont huit. Et à eux seuls, ces huit milliardaires cumulent une fortune de 426 milliards de dollars, l’équivalent des richesses détenues par la moitié la plus pauvre des habitants de la planète. Chaque année, le rapport de l’ONG Oxfam sur les inégalités, publié au moment du sommet de Davos, est accablant. Mais celui de 2017 3 l’est encore plus que les autres. « Au-delà du grotesque », dit Oxfam. Au-delà du supportable. Quel système économique peut justifier une telle concentration de richesses entre si peu de mains ? Qui peut prétendre que 8 riches égalent 3, 6 milliards de personnes ?

« Il ne peut y avoir de stabilité dans un monde où 1 % de l’humanité détient autant de richesses que le reste de la population », avertissait le président Barack Obama, dans son discours devant l’assemblée générale de l’ONU, en septembre 2016. Avant lui, des dizaines d’économistes ont tiré le signal d’alarme depuis des années sur les dangers contenus par l’accroissement des inégalités dans le monde. Depuis le Brexit et la victoire de Donald Trump, même les experts les plus classiques en sont venus à admettre que l’accentuation des inégalités alimentait le malaise des classes moyennes et représentait un risque pour la démocratie et l’économie. Pour les participants au sommet de Davos, les inégalités constituent un des plus grands périls de 2017.


Et pourtant, la machine à exclure et à appauvrir d’un côté, à organiser la captation des richesses de l’autre, n’a jamais fonctionné à aussi haut régime. L’an dernier, il fallait encore additionner les richesses des 62 personnes les plus riches pour parvenir à l’équivalent du patrimoine de la moitié de l’humanité. Oxfam a affiné ses calculs, en s’appuyant sur l’étude sur les grandes fortunes et les patrimoines réalisée par le Crédit Suisse. L’ONG s’est rendu compte qu’une partie de la population de la Chine et de l’Inde était beaucoup plus pauvre que ce qui était affirmé auparavant, accentuant encore le fossé entre les plus pauvres et les plus riches.


À l’autre bout, le 1 % des plus fortunés n’a cessé de prospérer, quelles que soient les circonstances. « En 2009, on dénombrait 793 milliardaires possédant ensemble 2 400 milliards de dollars. En 2016, la fortune cumulée des 793 individus les plus riches atteignait 5 000 milliards de dollars, soit une augmentation de 11 % par an de la richesse de ce groupe de fortunés », rappelle le rapport d’Oxfam. Un enrichissement qui n’a rien à voir avec le mérite mais qui s’auto-alimente grâce à la financiarisation extrême de l’économie, et la gestion au service des grandes fortunes.

Bill Gates, le fondateur de Microsoft, qui arrive en tête du classement des huit milliardaires les plus riches, a ainsi vu ainsi sa fortune augmenter de 50 % entre 2006, année où il a quitté la présidence du groupe informatique, et 2016. Celle-ci atteint désormais 75 milliards de dollars. Derrière lui, on retrouve l’Espagnol Amancio Ortega, fondateur de la chaîne de mode Zara, le financier américain Warren Buffet, le milliardaire mexicain Carlos Slim, propriétaire d’un groupe pesant plus de 2 % du PIB du pays, Jeff Bezos, le fondateur d’Amazon, Mark Zuckerberg, le créateur de Facebook, Larry Ellison, président de la firme de technologies Oracle, et Michaël Bloomberg, propriétaire de l’agence d’information financière Bloomberg et ancien maire de New York.

Ce n’est pas un hasard si ces huit « maîtres du monde » sont souvent à la tête de firmes classées parmi les « intaxables ». L’évasion fiscale à échelle mondialisée, l’évitement de toute imposition sont les piliers de ce système d’accumulation sans précédent. Toute taxe leur semble insupportable. Apple en arrive ainsi à payer 0,0005 % sur ses bénéfices réalisés en Europe en 2014.

7 600 milliards de dollars sont cachés dans les paradis fiscaux, selon les estimations de l’économiste Gabriel Zucman. Cette évasion fiscale est payée par tous les autres, obligeant les populations, à commencer par les plus pauvres, à financer des services que ces firmes ne souhaitent pas payer mais veulent bien utiliser. « À elle seule, l’Afrique subit un manque à gagner fiscal de 14 milliards de dollars, en raison de l’utilisation des paradis fiscaux par les plus fortunés. D’après les calculs d’Oxfam, cela suffirait pour financer des soins de santé qui pourraient sauver la vie de quatre millions d’enfants et pour employer assez d’enseignants pour scolariser tous les enfants africains », insiste l’ONG dans son rapport. Les fondations et autres entreprises de charité mises en avant par les plus riches pour justifier leur fortune et leur situation ne sauraient suffire à compenser cette évasion fiscale généralisée.

Les États sont les premiers complices de ce détournement qui a atteint des proportions inégalées. Les pays se livrent à une surenchère féroce pour abaisser encore les impôts sur les sociétés. Il y a toujours un politique ou un expert pou réclamer un nouvel abattement, comme le souligne le rapport d’Oxfam. Un « capitalisme de connivence » s’est institué, dénonce l’ONG, où les plus riches, les plus grandes entreprises utilisent leur pouvoir d’influence pour écrire les lois et les réglementations à leur seul profit, au détriment de l’intérêt général, au préjudice de tous les autres : des entreprises qui n’appartiennent pas aux puissances comme des citoyens ordinaires.


En quatre jours, l'équivalent d'un Smic annuel

Depuis trente ans, tous les responsables politiques ont accepté sans discuter les lois, censées être universelles, d’un capitalisme totalement dérégulé et mondialisé. La rentabilité pour les actionnaires ne se discute pas, la maximisation des profits à court terme non plus. « Au Royaume-Uni, la part des bénéfices revenant aux actionnaires était de 10 % dans les années 1970 ; elle est désormais de 70 % », note Oxfam. L’an dernier, les entreprises du Cac 40 ont versé 55,7 milliards d’euros sous forme de dividendes et de rachat d’actions, selon Les Échos. 3 Ces sommes versées – deux fois supérieures à la totalité de l’impôt sur les sociétés en France – représentent un taux de distribution de 57 % des bénéfices contre 51 % auparavant.

Contrairement à l’idée entretenue, ces redistributions ne sont faites qu’au profit d’un tout petit nombre. « Il y a trente ans, les fonds de pension [bras armé des régimes de retraite par capitalisation, au nom desquels le capitalisme actionnarial a été justifié – ndlr] détenaient 30 % des actions au Royaume-Uni, contre seulement 3 % actuellement. » Tout, désormais, est orienté vers les hedge funds, les fonds spéculatifs, la finance de l’ombre dont les plus riches sont les seuls et uniques bénéficiaires. Un système appelé à se renforcer et à se perpétuer au fur et à mesure que ces « maîtres du monde » cèdent la place à leurs héritiers.

Les dirigeants d’entreprise, à travers un système de rémunération de plus en plus sophistiqué où s’additionnent salaire, bonus, actions gratuites, retraite chapeau, réussissent à accumuler des fortunes en un clin d’œil. En deux jours et demi début janvier, 3 les présidents des firmes britanniques figurant au FTSE 100 avaient déjà gagné plus que le salaire moyen (28 000 livres, soit 31 790 euros) en Grande-Bretagne sur un an. Les P.-D.G. du Cac 40 ont atteint en quatre jours, début janvier, l’équivalent d’un Smic brut annuel.

Dans le même temps, les pressions sur les 99 % autres n’ont cessé de s’accentuer. Le PIB mondial a beau avoir plus que doublé en trente ans, l’immense majorité de la population mondiale n’a en quasiment rien vu. « Les revenus des 10 % les plus pauvres ont augmenté de moins de 65 dollars (soit trois dollars par an en moyenne) entre 1988 et 2011, tandis que l’augmentation des revenus des 1 % les plus riches était de 182 fois supérieure (11 800 dollars) », relève Oxfam. Cette avidité sans bornes conduit les plus riches à vouloir augmenter encore et toujours les profits, à justifier les pillages écologiques, les grandes stagnations des salariés dans les pays développés, les situations de quasi-esclavage dans les pays en développement. Selon l’Organisation internationale du travail, 21 millions de personnes sont victimes de travail forcé dans le monde. Ces esclaves rapporteraient près de 150 milliards de dollars de bénéfices chaque année.


« Il est temps de mettre l’économie au service des 99 % », tonne Oxfam à l’adresse des responsables politiques. Estimant que les inégalités ont atteint un niveau insupportable, l’ONG juge qu’il faut en finir avec les vieilles lunes qui ont servi à justifier l’injustifiable. « Le FMI a identifié le néolibéralisme comme une cause déterminante des inégalités croissantes. À moins de réfuter ces idées reçues, nous serons incapables de changer la donne », dit-elle. Parmi ces idées reçues figure celle du « marché qui a toujours raison », de « l’État qui doit être le plus faible possible », « des inégalités qui sont sans conséquence sur le système économique », des « ressources illimitées de la planète ».

Les responsables et les élites affirment aujourd’hui qu’ils ont entendu le message. À Davos, les premiers s’apprêtent à disserter sur le malaise des classes moyennes, la montée du populisme, les remèdes à apporter à un système économique qui ne fonctionne plus. Tous se disent inquiets. « Les piètres perspectives d’emploi et les bas salaires ont posé les fondations pour la montée des populismes. Les responsables politiques ont-ils ignoré ces tendances ou fait trop peu pour y remédier ? Que peut-il être fait pour restaurer la croissance pour les classes moyennes et leur confiance dans le futur » est-il résumé doctement pour présenter une des conférences sur le populisme.

« Il y a un consensus sur le fait que quelque chose d’énorme est en marche, quelque chose de mondial et par de nombreux aspects sans précédent. Mais nous ne savons quelles en sont les causes et comment les traiter », dit un responsable d’un think tank, Carnegie Endowment for International Peace, invité à Davos. Ils ne savent pas quelles sont les causes… Jusqu’au bout, les « maîtres du monde » semblent décidés à défendre un système qui a tourné à leur seul profit.
Despé : "Y a des limites au rugueux"
Avatar de l’utilisateur

fernando
 
Retour

Messagepar laurentlille1 » 18 Jan 2017, 14:20

Image
Avatar de l’utilisateur

laurentlille1
 
Retour

Messagepar fernando » 18 Jan 2017, 15:00

:-)

Au secours Jean-Luc Kénobi, vous êtes notre seul espoir.. tsccchhhh
Au secours Jean-Luc Kénobi, vous êtes notre seul espoir.. tsccchhhh
Au secours Jean-Luc Kénobi, vous êtes notre seul espoir.. tsccchhhh
Au secours Jean-Luc Kénobi, vous êtes notre seul espoir.. tsccchhhh
Despé : "Y a des limites au rugueux"
Avatar de l’utilisateur

fernando
 
Retour

Messagepar krouw2 » 18 Jan 2017, 20:16

Image
Macron est libéral et social, quand il t'encule les points de suture sont remboursés par la sécu
Avatar de l’utilisateur

krouw2
 
Retour

Messagepar rodolfo » 18 Jan 2017, 21:01

Mais lol, la caricature "Laurent".

Le mec bosse pas, mais cherche une place en crèche.

Il n'a pas de thune mais fait 6 gosses.

S'il est en galère, c'est pas sa faute mais au système.

lolilol, mais que la vie est dure dans ce pays.

C'est un vaste fake, là quand même, nan?
Avatar de l’utilisateur

rodolfo
 
Retour

Messagepar SAV » 18 Jan 2017, 21:13

1500 euros de RSA et d'APL ?
c est pas moi sur les photo
Avatar de l’utilisateur

SAV
 
Retour

Messagepar rodolfo » 18 Jan 2017, 21:32

6 gosses = allocs

C'est un plan de carrière chez certains.
Avatar de l’utilisateur

rodolfo
 
Retour

Messagepar krouw2 » 18 Jan 2017, 21:39

tu sais Rodolfo, un fdp d 'employeur m'a déclaré démissionnaire aux assedics, j'ai touché le RSA 3 mois (après j'ai retrouvé un job car j'ai eu du bol), perdre son taf c'est pas toujours un projet de vie
Macron est libéral et social, quand il t'encule les points de suture sont remboursés par la sécu
Avatar de l’utilisateur

krouw2
 
Retour

Messagepar pfff... » 18 Jan 2017, 21:53

rodolfo a écrit:Mais lol, la caricature "Laurent".

Le mec bosse pas, mais cherche une place en crèche.

Il n'a pas de thune mais fait 6 gosses.

S'il est en galère, c'est pas sa faute mais au système.

lolilol, mais que la vie est dure dans ce pays.

C'est un vaste fake, là quand même, nan?


La voiture qui tombe en panne ou volée, c est par contre une galere pour tout le monde. La même que pour un smicard en fait. Qui touchera moins d aides à cause de son revenu. La critique de Fillon se justifie largement.
"Ce sont souvent de grands enfants un peu timides, qui ont juste besoin de quelqu'un pour leur enfoncer un gros gode dans le fondement de temps en temps."
Avatar de l’utilisateur

pfff...
 
Retour

PrécédentSuivant

Retour vers Forum



Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invité(s)

cron