Ecologix Krew: un monde sans Bhauvin est possible

Messagepar krouw2 » 10 Avr 2018, 18:50

les cathos, les chasseurs, bientôt les anti ivg:

Emmanuel Macron s'apprête à faire un joli cadeau financier aux chasseurs
CONFIDENTIELS RTL - L'Élysée tente de séduire les chasseurs. Selon nos informations, le permis de chasse national devrait voir son montant réduit de

Décidément entre Emmanuel Macron et les quelque 6 millions de chasseurs, c'est du sérieux. Il y a d'abord eu les photos souvenir à côté de sangliers abattus (c'était pendant le fameux week-end présidentiel au château de Chambord). Le chef de l'État s'est aussi prononcé en faveur de la chasse à courre.

Et voici maintenant le petit coup de pouce financier. D'après nos informations, le permis de chasse national (celui qui permet de chasser partout sur le territoire, et pas seulement dans son département) passera de 400 à 200 euros. Cinquante pour cent de réduction, les soldes avant l'heure !
ta mère c'est Tony Chapron
Avatar de l’utilisateur

krouw2
 
Retour

Messagepar John Holmes » 10 Avr 2018, 18:52

Nickel
"Une pute qui prend la place d'un fils de pute, quel concentré de putes dans le stades du roi des putes."
Matcheu - Novembre 2015 tjrs la phrase juste
Avatar de l’utilisateur

John Holmes
 
Retour

Messagepar krouw2 » 10 Avr 2018, 19:01

rtl toujours la radio de vieux beauf just, il y a en réalité 900 000 chasseurs réguliers, un mec qui tire un coup une fois par an c'est pas un chasseur, demandez à Manu
ta mère c'est Tony Chapron
Avatar de l’utilisateur

krouw2
 
Retour

Messagepar fernando » 18 Avr 2018, 20:39

Cet truc de dingue, on se croirait en Ukraine O_O

Despé : "Y a des limites au rugueux"
Avatar de l’utilisateur

fernando
 
Retour

Messagepar guinness » 19 Avr 2018, 20:08

deja quand tu te balades sur nos belles routes de France tu as l'impression d'être dans un pays de l'est, au vue de l'entretien
Avatar de l’utilisateur

guinness
 
Retour

Messagepar krouw2 » 21 Avr 2018, 10:58

après la suppression des vidéos dans les abbatoirs en scred , allez hop encore une pipe aux industriels de la viande

Lors de l'examen du projet de loi sur l'agriculture et l'alimentation en commission, les députés ont adopté jeudi un amendement contre l'usage des termes faisant référence à la viande pour présenter des produits alimentaires d'origine végétale.

Les «steaks de soja» et le «fromage vegan» devront bientôt changer de nom. C'est en effet ce qu'a décidé la commission des Affaires économiques lors d'une séance d'examen du projet de loi agriculture et alimentation. Les députés ont adopté jeudi un amendement établissant que «les dénominations associées aux produits d'origine animale ne peuvent pas être utilisées pour commercialiser des produits alimentaires contenant une part significative de matières d'origine végétale».

Concrètement, les termes tels que «saucisse», «filet» ou encore «steak» ne pourront plus être employés pour commercialiser les produits composés de protéines végétales, parmi lesquelles le soja est la plus répandue. Cette mesure concerne également les produits laitiers, fromage et lait, même s'ils faisaient déjà l'objet d'une décision de 2017 de la Cour de justice l'Union européenne. Un arrêté du ministère fixera la liste des dénominations «protégées» ainsi que cette part significative de matières végétales. De même, un sort particulier devrait être réservé au «lait de coco» qui pourra garder sa dénomination.

Une meilleure information pour le consommateur

Au sein du projet de loi sur l'agriculture et l'alimentation, cet amendement doit permettre de mettre fin à «certaines pratiques commerciales trompeuses». Quand les produits à base de protéines végétales sont de plus en plus nombreux, la distinction avec leurs voisins, eux aussi appelés «steak», «lait» ou «fromage» sur les rayons des grandes surfaces peut s'avérer complexe. «Aujourd'hui, avec le véganisme, il y a une nouvelle segmentation du marché. Mais il n'y a aucune raison de se servir d'appellations qui sont typiquement associées à la viande pour ces produits, alors que le véganisme rejette justement ce type d'alimentation carnée», explique Jean-Baptiste Moreau, député LaRem de la Creuse et éleveur bovin de profession.

Cette mesure devrait ainsi favoriser une meilleure information à destination des consommateurs en interdisant, par exemple, des entreprises d'appeler «steaks» des produits composés pour partie de protéines végétales comme le soja, et pour partie de protéine animale. Des présentations marketing qui peuvent parfois donner l'illusion au consommateur de ne manger que de la viande alors que ce n'est pas le cas. «Ils sont vendus au même prix que des steaks de viande alors que le coût de production est bien inférieur», précise le député qui est aussi rapporteur de ce projet de loi.


L'association de défense de droits des animaux PETA a réagi à l'adoption de l'amendement en commission, dénonçant une «lutte contre le secteur en plein essor des steaks végétaux». «Ceux-ci sont de plus en plus populaires car en plus d'épargner d'innombrables vies animales, ils sont bien plus sains que les steaks de chair animale. (...) Quelle que soit leur appellation, les produits vegan sont un marché en plein essor», a fait savoir l'association dans une déclaration. De son côté, le député de la Creuse défend que cette proposition soit «une lutte contre le véganisme», reconnaissant l'importance de faire place à de nouveaux modes d'alimentation. «Il y a une évolution de la consommation de viande où les gens veulent manger moins et mieux. Mais la filière française produit de la viande de qualité et de manière respectueuse», poursuit Jean-Baptiste Moreau.
Le projet de loi sur l'alimentation et l'agriculture à l'Assemblée le 22 mai

Toutefois, cette nouvelle interdiction n'est pas encore définitive: l'amendement doit encore passer la lecture en séance plénière puis être validé par les deux chambres. Mais le député de la Creuse a bon espoir et entend faire tout son possible pour cela. Présenté en Conseil des ministres le 31 janvier dernier par Stéphane Travert, le ministre de l'Agriculture, le projet de loi pour l'Équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine et durable doit arriver en séance publique le 22 mai prochain. Élaboré à la suite des États généraux de l'alimentation en décembre dernier, le texte doit notamment permettre de mettre fin à la guerre des prix et aux promotions abusives ainsi que permettre une meilleure rémunération des agriculteurs.
ta mère c'est Tony Chapron
Avatar de l’utilisateur

krouw2
 
Retour

Messagepar fernando » 21 Avr 2018, 14:26

N'importe quoi...
Despé : "Y a des limites au rugueux"
Avatar de l’utilisateur

fernando
 
Retour

Messagepar krouw2 » 21 Avr 2018, 15:11

ici
ta mère c'est Tony Chapron
Avatar de l’utilisateur

krouw2
 
Retour

Précédent

Retour vers Forum



Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 5 invité(s)