King Kong ce topic est pour toi!

Messagepar manulosc » 21 Jan 2016, 12:26

tu a un soucis avec lui non
Avatar de l’utilisateur

manulosc
 
Retour

Messagepar Dageek » 21 Jan 2016, 14:02

il est goyophobe.
Avatar de l’utilisateur

Dageek
 
Retour

Messagepar King Kong » 21 Jan 2016, 15:22

Pour Moshe Ya’alon, il vaut mieux que la Syrie tombe aux mains de Daech que de l’Iran


Lors d’une conférence à l’Institute for National Security Studies (INSS) à Tel Aviv le 19 janvier 2016, le ministre de la Défense israélien, Mosche Ya’alon, a fait une déclaration osée : s’il devait choisir entre l’Iran et l’État islamique, a-t-il dit, il « choisirait Daech ».

Ya’alon a expliqué que l’Iran possède des capacités supérieures à celles de l’État islamique et reste la plus grande menace pour Israël. Il a argué que si la Syrie devait tomber dans les mains d’une de ces puissances, il préférerait qu’elle revienne à l’Etat islamique plutôt qu’à l’Iran ou à des groupes soutenus par l’Iran. « Nous pensons que Daech sera vaincu de toute façon après les pertes qu’il a encaissées et grâce aux attaques contre ses réserves pétrolières », a-t-il déclaré lors de la conférence, selon Ynetnews.

Ya’alon a affirmé que les problèmes actuels au Proche-Orient montrent que la région est à un « point culminant du choc des civilisations ». Il a ajouté qu’Israël partage des intérêts communs avec les puissances sunnites régionales, qui seraient également menacées par l’Iran chiite.

Quelques jours seulement après que les Etats-Unis ont commencé à lever certaines sanctions contre l’Iran – une partie de l’accord que le premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, et Ya’alon avaient rejetée – les déclarations du ministre belliciste ont été largement interprétées comme la preuve d’une différence de priorités entre Israël et les États-Unis. Sur les réseaux sociaux, un certain nombre d’observateurs ont critiqué ses propos, quand d’autres ont expliqué qu’ils relèvent simplement d’un regard rationnel sur la situation du point de vue israélien.

La déclaration de Ya’alon semble mettre en lumière une croyance largement répandue dans les cercles israéliens de la Défense, celle selon laquelle Daech n’est pas vraiment un problème pour Israël et que l’Iran et les groupes qu’il soutient, comme le Hezbollah, en sont un bien plus important. Cette croyance a été soutenue par la politique : Israël a évité toute implication dans le combat contre l’Etat islamique, mais a frappé le Hezbollah à l’intérieur même de la Syrie.

Ya’alon a répété maintes fois son opposition à l’accord nucléaire avec l’Iran, soutenu par les États-Unis, arguant qu’il rendait la guerre avec l’Iran encore plus probable. Il a aussi contesté l’idée que l’État islamique constituerait une menace directe contre Israël. « Daech est un phénomène nouveau, issu d’Al-Qaïda. Ce n’est pas une menace pour nous », a-t-il déclaré à Lally Waymouth du Washington Post en 2014. « J’espère que la coalition menée par les États-Unis permettra de contenir Daech. »

Les déclarations de Ya’alon mardi contrastent avec celles du président israélien, Reuven Rivlin, qui a expliqué que l’idéologie extrémiste de l’Etat islamique est une réelle menace pour Israël. « Beaucoup d’Israéliens ne comprennent pas la force du courant qui rafle les jeunes Arabes à la sortie de l’école et les fait choisir presque inévitablement l’État islamique. »
"Je pars avec le sentiment d'avoir bien fait mon travail" françois rebsamen
King Kong
 
Retour

Messagepar fernando » 21 Jan 2016, 17:50

putain, c'est la 1ère fois que je lis un post de KK en entier
Despé : "Y a des limites au rugueux"
Avatar de l’utilisateur

fernando
 
Retour

Messagepar ruitos » 21 Jan 2016, 20:13

bizarre car l'Iran s'est pacifié depuis quelques années....ce qui est aussi bizarre est que Daesh ne s'attaque au juifs qu'en Europe, pour ne pas dire qu'en France (sauf erreurde ma part)...
Avatar de l’utilisateur

ruitos
 
Retour

Messagepar krouw2 » 21 Jan 2016, 20:28

source fiable Egalite et Réconciliation‎ - Il y a 8 heures
Balkany 2022
Avatar de l’utilisateur

krouw2
 
Retour

Messagepar manulosc » 21 Jan 2016, 20:30

sur a 95 % alors
Avatar de l’utilisateur

manulosc
 
Retour

Messagepar krouw2 » 21 Jan 2016, 23:40

99,9 % sauf offre exceptionnellement refusable
Balkany 2022
Avatar de l’utilisateur

krouw2
 
Retour

Messagepar King Kong » 22 Jan 2016, 07:57

la source c est le washington post.. ca va c'est assez enjuivé comme source non?^^
"Je pars avec le sentiment d'avoir bien fait mon travail" françois rebsamen
King Kong
 
Retour

Messagepar King Kong » 22 Jan 2016, 07:58

ruitos a écrit:bizarre car l'Iran s'est pacifié depuis quelques années....ce qui est aussi bizarre est que Daesh ne s'attaque au juifs qu'en Europe, pour ne pas dire qu'en France (sauf erreurde ma part)...

Tu parles de l'hypercasher? c'est alqaida!
"Je pars avec le sentiment d'avoir bien fait mon travail" françois rebsamen
King Kong
 
Retour

Messagepar krouw2 » 22 Jan 2016, 13:51

bravo KK d'avoir traduit l'article du WP à l'identique
Balkany 2022
Avatar de l’utilisateur

krouw2
 
Retour

Messagepar fernando » 25 Fév 2016, 14:36

Agression à Marseille : un enseignant juif jugé pour « dénonciation mensongère »

Le Monde.fr avec AFP | 25.02.2016 à 12h12 • Mis à jour le 25.02.2016 à 12h50

L’enseignant juif soupçonné d’avoir inventé son agression en novembre à Marseille sera jugé en avril pour « dénonciation mensongère d’un délit imaginaire », a annoncé jeudi 25 février le parquet. Le professeur « a maintenu ses déclarations dans les moindres détails » et « est vraiment désolé qu’on ne le croie pas », a précisé son avocate Me Karine Sabbah, jointe après la décision du parquet.

« A l’issue d’une enquête particulièrement approfondie, il est apparu que les déclarations de la prétendue victime d’une tentative de meurtre n’étaient corroborées ni par les premières constatations des pompiers intervenants, ni par l’expertise médico-légale, ni par la dernière expertise médico-technique », a détaillé de son côté le procureur de Marseille Brice Robin dans un communiqué. « D’un point de vue cutanéo-vestimentaire, médico-légal ou criminalistique, l’hypothèse la plus probable est celle d’une automutilation » de l’enseignant, a précisé M. Robin.

Au terme d’une garde à vue qui a commencé mercredi, le parquet a convoqué le professeur « à comparaître devant le tribunal correctionnel à l’audience du 13 avril ». Il risque six mois d’emprisonnement et 7 500 euros d’amende. En novembre, quelques jours après les attentats de Paris et de Saint-Denis, l’enseignant avait expliqué avoir été agressé au couteau par trois hommes se revendiquant de l’organisation Etat islamique (EI) alors qu’il rentrait chez lui.

Aucun doute ne plane en revanche sur l’agression d’un autre professeur juif, survenue à Marseille le 11 janvier, et revendiquée au nom de l’EI par un adolescent turc qui a ensuite été mis en examen.
Despé : "Y a des limites au rugueux"
Avatar de l’utilisateur

fernando
 
Retour

Messagepar King Kong » 25 Fév 2016, 14:52

Le Top 10 des fausses agressions antisémites

Chronique d’une mythomanie ordinaire
http://www.egaliteetreconciliation.fr/L ... 31321.html
"Je pars avec le sentiment d'avoir bien fait mon travail" françois rebsamen
King Kong
 
Retour

Messagepar Giallo » 25 Fév 2016, 15:07

à quand un top 10 de tes liens où on a pas cliqué ?
ce message ne vient pas de moi
Avatar de l’utilisateur

Giallo
 
Retour

Messagepar Ramzy » 25 Fév 2016, 22:40

King Kong le org est rouvert Casim t'attend.
Je suis venu en France sans y être invité, et à vos frais.
Ramzy
 
Retour

Messagepar King Kong » 06 Mars 2016, 19:15

Le dîner du Crif: avec Hollande, Valls, Vallaud-Belkacem, Sarkozy, Juppé, Cazeneuve, Macron, Hidalgo, Fillon, Le Maire, et bien plus…

Vous les mettez à peu près tous dans le même panier, vous secouez bien fort, et qu’est-ce qu’il en ressort ? Le fait qu’ils bouffent tous au même râtelier, surtout si celui-ci appartient à un pays que nous n’avons pas le droit de critiquer, car même si c’est totalement justifié, nous vivons dans un pays qui interdit la critique, il vaut mieux jouer les hypocrites

C’est donc toute la clique qui va se retrouver Lundi soir au diner du CRIF : Hollande, Valls, Vallaud-Belkacem, Sarkozy, Juppé, et j’en passe… En tout 800 personnalités, Qui n’étaient pas invités, l’extrême-gauche, l’extrême-droite, et les antisionistes (avérés ou non) qui ne sont pas pour autant antisémites. Vive la France…

Quant aux thèmes abordés, toujours les mêmes, il y a trop d’antisémitisme en France, et dans le mot antisémitisme, il faut compter ceux qui réellement haïssent les juifs (et qui ne sont probablement pas très nombreux au final), et ceux qui sont contre la politique ultra-nationaliste d’Israël (et là il y a plus de monde…), un amalgame très entretenu en France, et renforcé par les États-Unis eux-même.

Il faut néanmoins rappeler une chose de très importante, c’est que pendant que le chômage explose, que le nombre de pauvres augmente de manière exponentielle, que nos agriculteurs travaillent pour moins que le RSA, que les entrepreneurs « crèvent la gueule ouverte » étouffés par certaines charges, que les SDF sont négligés voire oubliés, et que les migrants se multiplient, nos politiques se permettent un repas sponsorisé (et lobbyisé) à... 900 euros !!!

Pour 800 participants, cela fait un total de 720 000 euros rien que pour participer et manger !!! Du moins, en se basant sur le prix annoncé pour l’année 2015. Et comme le monde est bien fait, sur ces 900 euros, 800 euros sont déductibles d’impôts. Elle est pas belle la vie ?

Pour participer au dîner annuel du Conseil représentatif des institutions juives (Crif), il vous en coûtera 900 euros, comme en atteste le carton d’invitation qui circule sur les réseaux sociaux. Mais 800 euros sont déductibles d’impôt. Pour Daniel Schneidermann, ce sont donc les contribuables qui ont financé l’événement à hauteur de 528 euros par personne!!!!!
"Je pars avec le sentiment d'avoir bien fait mon travail" françois rebsamen
King Kong
 
Retour

Messagepar krouw2 » 06 Mars 2016, 19:44

j'y étais , objectivement c'est meilleur chez tati Anouchka
Balkany 2022
Avatar de l’utilisateur

krouw2
 
Retour

Messagepar rhazelle » 06 Mars 2016, 20:02

pour le coup le 900 boules dont 800 déductibles des impôts.. c'est honteux. Le reste c'est de la littérature.
Qu'est ce qui justifie cet avantage ? Si j'organise un repas au nom du CRIL, (conseil représentatif des institutions loscistes...avec notamment le CVT, les DU, eljano et la bande à casim), je peux demander une déduction des impôts ? ça permet de faire un peu de caillasse en ces temps difficiles.
Et la photo de ta collection de godes que John Holmes a posté l'autre jour , ça vient du Journal de Mickey ?
rhazelle
 
Retour

Messagepar King Kong » 18 Avr 2016, 12:08

bon pour Fernando qui veut du complotisme...
Si nous devions choisir entre Daech et Assad, nous prendrions le premier" : les priorités d’Israël

ISIS « est autoproclamé génocidaire par son idéologie, et ses actes » – Secrétaire d’État, John Kerry

« Si nous devions choisir entre ISIS et Assad, nous prendrions le premier » – Ancien ambassadeur d’Israël aux États-Unis, Michael Oren, maintenant membre de la Knesset



L’International Association of Genocide Scholars [Association internationale des chercheurs sur les génocides] a accusé Daech de génocide contre les musulmans chiites, ainsi que contre les Yazidis et les Kurdes au Moyen-Orient. Les Knights of Columbus [Chevaliers de Colomb] ont exprimé leur inquiétude concernant les tentatives de l’organisation militante sunnite d’éliminer les chrétiens de son califat en Syrie et en Irak. Le secrétaire d’État John Kerry a dénoncé Daech pour sa nature génocidaire, qui s’est exprimée, comme il dit, « par ses proclamations, son idéologie, et ses actes ». Toutefois, si on donnait à l’État d’Israël (qui pour justifier son existence invoque abondamment le génocide antijuif nazi) le choix entre Daech et Assad, il préférerait le premier. Tout au moins, c’est ce que disait l’ancien ambassadeur israélien et membre de la Knesset, Michael Oren, et son point de vue semble être partagé par le courant principal de la pensée stratégique israélienne. Shimon Peres, quand il était président d’Israël, avait anticipé Oren en disant qu’il espérait que les rebelles syriens — dominés par al-Qaïda et leurs progénitures — gagneraient.

La branche officielle d’al-Qaïda en Syrie, Jabhat al-Nusra, en coordination avec les militaires israéliens, contrôlent le plateau de Golan et le territoire situé le long de la frontière syrienne avec l’Israël. Les forces militaires israéliennes disent être arrivées « à une entente » avec ce groupe, que Washington et ses alliés officiellement condamnent comme terroriste, et a une « familiarité » avec les forces d’al-Qaïda « sur le terrain ». À en croire les déclarations d’officiels militaires israéliens, l’alliance Israël-al-Qaïda serait « extrêmement tactique ». Cela n’a pas échappé à l’attention du gouvernement de Damas. Le président syrien Bachar al-Assad a déclaré aux Affaires étrangères [Nous présumons du Canada – NdT] que les Israéliens « soutiennent les rebelles en Syrie ».

« C’est très clair, parce que chaque fois que nous faisons des avancées, ils lancent une attaque pour affaiblir l’armée. C’est évident et c’est pourquoi certains en Syrie plaisantent en disant "comment pouvez-vous dire qu’al-Qaïda n’a pas d’armée de l’air ? Ils ont l’armée de l’air israélienne" ».

« Des éléments sunnites… contrôlent entre deux-tiers et 90 % de la frontière située sur le plateau de Golan, mais n’attaquent pas Israël » dit Amos Yadlin, ancien directeur du renseignement militaire israélien, notant que les militants d’al-Qaïda « comprennent qui est leur véritable ennemi » et « ce n’est pas Israël ».

Des paramédicaux israéliens « patrouillent le long de la frontière et soignent les blessés qu’ils rencontrent. Une fois leurs blessures examinées, certains sont cousus et traités sur place, d’autres transportés à un hôpital de campagne pour une chirurgie de base et leur rétablissement, ou s’ils ont besoin de chirurgie importante, ils sont envoyés au Centre médical Ziv, dans la ville israélienne de Tsflat, à une heure de là environ ». De 2013 à 2015, 1 500 militants sunnites ont traversé la frontière d’Israël pour bénéficier de traitements médicaux. Certains, sinon l’essentiel d’entre-eux, étaient de la branche syrienne d’al-Qaïda.

Ainsi, si l’Israël n’est pas le vrai ennemi d’al-Qaïda, comme dit Yadlin, qui le serait alors ? Et pourquoi ?



L’axe de la résistance

« Il n’y a aucun doute que le Hezbollah et l’Iran sont les menaces principales contre Israël, beaucoup plus que les islamistes sunnites radicaux… » – Amos Yadlin.

Le philosophe Thomas Kapitan maintien que la question du conflit israélo-palestinien peut être posée en termes occidentalo-arabes, puisque Israël a été créé et soutenu au Moyen-Orient par l’intervention occidentale. En même temps, il peut être posé en termes de conflit occidentalo-islamique, puisqu’il comporte l’implantation d’un État juif étranger au cœur du monde islamique.

J’argumenterais que l’Iran ressent le conflit comme occidentalo-islamique, la Syrie comme occidentalo-arabe et le Hezbollah les deux. Les perspectives de ces trois protagonistes qui composent « l’axe de la résistance », sont anti-impérialistes, anticolonialistes, et antisionistes, bien qu’ils soient arrivés à ces positions depuis trois points de départ différents. Le fil conducteur qui lie cette alliance est politique, pas religieuse. Comme Anne Barnard du New York Times l’explique, « alors que le Président Bachar al-Assad et beaucoup de chefs des organes de sécurité appartiennent à la secte alawite, liée au chiisme, ils se considèrent comme des alliés de l’Iran et du Hezbollah, pour des raisons stratégiques et politiques, de manière laïque et non pas religieuse »

Le fil politique conducteur qui lie l’alliance est l’opposition au sionisme, c’est à dire, l’hostilité à l’idée qu’un État juif s’implante sur un territoire volé aux Palestiniens — en grande partie musulmans — qui ont été expulsés de chez eux. Le soutien à l’autodétermination palestinienne est le thème politique central de l’Axe de la résistance.

La constitution syrienne stipule son hostilité à un État juif exclusiviste construit sur le territoire palestinien volé, et cela dans le contexte de référence à l’intervention coloniale de l’Occident dans le monde arabe. Le préambule de la constitution déclare que la Syrie est « le cœur battant de l’arabisme, la ligne de front dans la confrontation avec l’ennemi sioniste et le socle de la résistance contre l’hégémonie coloniale envers le monde arabe et ses capacités d’épanouissement ».

L’opposition iranienne au sionisme n’est pas moins déterminée, mais est mal interprétée à l’Ouest comme une menace militaire enracinée dans la xénophobie anti-juive. Mais comme Glen Kessler du Washington Post l’explique, le guide suprême Ali Khamenei d’Iran « a été cohérent, énonçant à plusieurs reprises que le but n’est pas la destruction militaire de l’État juif, mais la défaite de l’idéologie sioniste et la dissolution d’Israël par un référendum populaire »

Selon Khamenei :

« La proposition de la République islamique en vue de résoudre le problème palestinien et guérir cette vieille blessure, est une initiative claire et logique basée sur des concepts politiques admis par l’opinion publique mondiale… Nous ne proposons pas de lancer une guerre classique avec les armées des pays musulmans, où les juifs immigrés seraient jetés à la mer… Nous proposons la tenue d’un référendum par la nation palestinienne. La nation palestinienne, comme n’importe quelle autre nation, a le droit de déterminer sa propre identité et d’élire son système de gouvernance ».

Le Hezbollah a été crée en 1982 pour repousser l’invasion israélienne du Sud du Liban, récupérer le territoire libanais non encore rendu par Israël (les fermes de Shebaa) et préserver le pays de futures agressions israéliennes ; il est également engagé à promouvoir l’autodétermination palestinienne. Son but, expliqué par son secrétaire-général Sayyed Hassan Nasrallah : « est de renverser le projet sioniste », c’est à dire le démantèlement de l’appareil État sioniste établi sur le territoire volé et fondé sur le déni de l’autodétermination palestinienne. Atteindre ce but, selon le Hezbollah, signifie le retour aux propriétaires légitimes palestiniens de « toute la Palestine… de la mer (Méditerranée) au fleuve (Jourdain) ».

Le Front populaire pour la libération de la Palestine (PFLP), une organisation palestinienne de résistance, joue un rôle petit mais important dans l’Axe de la résistance. Il considère que le conflit arabo-sioniste ne peut être résolu ou mené à bout par une solution à deux États, mais seulement par la mise en place d’une démocratie laïque sur tout le territoire de la Palestine historique, où tous les citoyens seront égaux. Le but historique du FPLP est de promouvoir un seul État démocratique en Palestine. Ahmed Saadat, le secrétaire-général du FPLP emprisonné, dit que le conflit au Moyen-Orient ne peut être résolu que par la création d’un État commun des Palestiniens et des juifs. De manière significative, le FPLP, une organisation laïque et marxiste, est en grande partie financée par l’Iran, démentant la fiction que l’Axe de la résistance est fondé sur des liens religieux, plutôt que politiques antisionistes, voire anticolonialistes.

Le projet de démantèlement de l’appareil d’État sioniste en Palestine est analogue à la lutte contre l’apartheid en Afrique du Sud. Ce projet antisioniste n’est pas plus antijuif, ni ne préconise la destruction des juifs, que la lutte anti-apartheid contre les blancs ne visait la destruction de la communauté d’origine coloniale européenne en Afrique du Sud. Au cœur des deux réside le combat anticolonial et pour l’autodétermination des peuples autochtones.

Lire la suite de l’article sur lesakerfrancophone.f
"Je pars avec le sentiment d'avoir bien fait mon travail" françois rebsamen
King Kong
 
Retour

Messagepar fernando » 21 Avr 2016, 09:49

KK, tu peux nous en dire plus?



Des milliers de documents d’une loge maçonnique publiés sur le Web après un piratage

LE MONDE | 20.04.2016 à 18h23 • Mis à jour le 20.04.2016 à 19h45 | Par Martin Untersinger

La Grande Loge de France, une des principales loges de francs-maçons français, a déposé vendredi 15 avril une plainte auprès du parquet de Paris à la suite de la fuite sur le Web de plusieurs milliers de documents internes. La plainte a été déposée notamment pour des chefs d’accusation de piratage informatique, d’extraction de données et de divulgation de données à caractère personnel.

Le dépôt de la plainte, révélé par L’Express, a été confirmé au Monde par une source proche du dossier. L’Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’information et de la communication (OCLCTIC), le service de police spécialisé dans la cybercriminalité, a été saisi par le parquet de Paris. Sollicitée, la Grande Loge de France n’a pas souhaité s’exprimer à ce sujet.

Mode opératoire flou

Les documents ont fait surface le 10 avril sur un site Web sous l’intitulé « Franc-maçonnerie papers ». Le site affirme qu’il s’agit de la « plus grosse divulgation de l’histoire de France concernant » la franc-maçonnerie et promet de « vraies révélations sur le gouvernement occulte qui prône le nouvel ordre mondial ».

Comment ces documents ont-ils été obtenus ? Le mode opératoire reste flou à ce stade de l’enquête, mais un logiciel espion, qui a servi à la sortie des documents vers un espace de stockage en ligne, a été retrouvé dans le système informatique de la Grande Loge de France.

« Pour la sécurité des personnes impliquées dans cette fuite, je ne peux évidemment pas vous dire comment nous nous sommes procuré ces documents », se contente d’écrire le tenancier du site sur lequel ils apparaissent. Ce dernier n’a pas répondu à une demande d’entretien.

La fuite représente plus de 6 gigaoctets, soit plus de 6 000 documents, que Le Monde a pu consulter. Il s’agit de comptes rendus de réunions – notamment ceux du conseil fédéral –, de correspondances internes, de documents comptables, de magazines édités par la Grande Loge de France ou encore de demandes d’adhésion à des loges – avec CV détaillés, lettres de motivation, extraits de casiers judiciaires et copies de cartes d’identité.

Si la liste de ses plus de 30 000 membres ne semble pas figurer dans la fuite, des noms sont évoqués au gré des documents. Certains fichiers datent d’avril 2016, ce qui suggère un piratage récent.
Despé : "Y a des limites au rugueux"
Avatar de l’utilisateur

fernando
 
Retour

Messagepar Xylophène » 29 Avr 2016, 16:42

Le président d'honneur exclu du FN raconte avec moult détails qu'il était nu au soleil, à Cannes, le lendemain de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl. Il aurait immédiatement senti que quelque chose clochait, assure-t-il dans son journal de bord.

Le nuage de Tchernobyl ne s'est pas arrêté à la frontière française, en avril 1986. N'en déplaise au bulletin météo de l'époque, qui plaquait un panneau "STOP" sur les Alpes, semblant lui interdire. Non, l'anticyclone des Açores n'était pas "suffisamment puissant" pour "bloquer toutes les perturbations venant de l'Est"... Mais Jean-Marie Le Pen, lui, l'a su avant tout le monde. Peut-être même avant même que le nuage n'atteigne le ciel français.

Car, nu au soleil à Cannes, le lendemain de l'explosion, il a senti le nuage contaminé de Tchernobyl au-dessus de sa tête, assure-t-il dans son journal de bord mis en ligne ce jeudi, repéré par le journaliste de l'AFP en charge du suivi du FN.
La vie en pull jacquard.
Avatar de l’utilisateur

Xylophène
 
Retour

Messagepar Giallo » 10 Mai 2016, 20:17

Image
ce message ne vient pas de moi
Avatar de l’utilisateur

Giallo
 
Retour

Messagepar krouw2 » 10 Mai 2016, 21:23

tin loul, ce message ne vient pas de lui peut être?
Balkany 2022
Avatar de l’utilisateur

krouw2
 
Retour

Messagepar fernando » 11 Mai 2016, 09:19

Don Quichotte de la Jaquetta, loul!

sacré Jean-Marie, tjs aussi con
Despé : "Y a des limites au rugueux"
Avatar de l’utilisateur

fernando
 
Retour

Messagepar Dageek » 11 Mai 2016, 09:22

Twitter, un vré progrès pour l humanité
Avatar de l’utilisateur

Dageek
 
Retour

Messagepar fernando » 06 Juil 2016, 12:52

les liens de Netanyahou avec la "mafia du CO2"...




L'argent occulte de l'affaire Mimran continue d'empoisonner Netanyahou


La retranscription du premier interrogatoire d’Arnaud Mimran dans le dossier du “casse du siècle” contredit les déclarations du premier ministre israélien, selon lesquelles il n’aurait touché de l’affairiste français qu’une unique donation de 40 000 dollars en 2001.


La retranscription du premier interrogatoire d’Arnaud Mimran dans le dossier du “casse du siècle” – la fraude aux quotas carbone – contredit les déclarations du premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, selon lesquelles il n’aurait touché de l’affairiste français qu’une unique donation de 40 000 dollars en 2001.

Une enquête menée conjointement par Mediapart et le quotidien israélien Haaretz a permis de découvrir que Mimran, considéré comme l’un des cerveaux de cette escroquerie, la plus importante que la France ait jamais connue, a mentionné le nom de Netanyahou dans une réponse à une question des enquêteurs au sujet de l’un des acteurs et témoins clés du dossier, Jérémy Grinholz, aujourd’hui réfugié en Israël sous l’identité d’Eithan Liron.

Selon la retranscription de l’audition menée par la douane judiciaire, dont le contenu est rendu public pour la première fois, Mimran a assuré qu’il ne connaissait pas le rôle précis joué par Grinholz dans la fraude et il a ajouté : « Je l'ai vu la première fois début 2009 [en Israël]. J'y allais souvent à l'époque, comme Marco [un associé dans la fraude – ndlr] y était et, à cette époque, c'était les élections. Je suis proche de Netanyahou dont j'ai financé [la campagne] à hauteur de 200 000 dollars. »

En d’autres mots, dans sa réponse, Mimran laisse clairement sous-entendre que son versement de 200 000 dollars est lié à la campagne électorale de 2009, qui a permis à Netanyahou d’accéder à la tête du gouvernement israélien. Si cette affirmation devait être vérifiée par la justice israélienne, elle serait très embarrassante pour Netanyahou, un tel versement étant illégal au regard des règles de financement de campagne en Israël.

Un porte-parole de Netanyahou affirme : « C’est un total non-sens. Les faits sont clairs : la seule donation de Mimran est de 40 000 dollars, elle a été faite en 2001 pour une fondation, comme la loi le prévoit, à une époque où M. Netanyahou était un citoyen privé. » Netanyahou, qui fut premier ministre jusqu’en 1999 puis de nouveau ministre à partir de 2002, avait créé la fondation en question pour financer ses activités publiques, principalement des actions de diplomatie menées pour le compte de l’État d’Israël. « Les attaques répétées sur l’affaire Mimran, qui sont simplement destinées à occulter les grandes réalisations du premier ministre faites au nom d’Israël, ne seront d’aucune utilité, qu’il s’agisse de l’attaque précédente, lancée lors de sa visite historique en Russie, ou de celle-ci, en pleine visite historique en Afrique », poursuit le bureau de Netanyahou.

Certaines sources, en plus de Mimran lui-même, assurent que “l’escroc du siècle” présumé a par ailleurs célébré l’élection de Netanyahou en 2009 en petit comité avec le chef du gouvernement d’Israël, dans un hôtel de Tel Aviv. L’étude des allers-retours de Mimran en Israël à cette même période, qui correspond aux moments forts de la fraude aux quotas carbone, est de nature à le confirmer.

Selon les listes d’entrées et de sorties du territoire israélien obtenues par les enquêteurs français auprès des autorités aéroportuaires d’Israël et de l’aéroport du Bourget, près de Paris, Mimran s’est rendu en Israël à bord de son jet privé dans la matinée du 2 février 2009, est revenu en France dans l’après-midi du 5 février, est retourné en Israël dans la matinée du 10 puis est rentré en France dans la soirée du 12. L’élection israélienne, qui a porté Netanyahou à la tête de son pays, a eu lieu, elle, le 10 février.


Durant son interrogatoire par les enquêteurs français, qui date du 20 janvier 2015, Mimran a par ailleurs établi une distinction entre son versement de 200 000 dollars à Netanyahou et sa rencontre avec l’homme politique. « Je connais Netanyahou depuis 2000 parce que je lui ai prêté mon appartement à Paris », avait-il assuré sur procès-verbal, durant sa garde à vue, juste après son arrestation dans l’affaire du CO2.

Le frère d’Arnaud Mimran, Benjamin, avait été convoqué par les douaniers quelques jours plus tard, le 3 février, pour être interrogé à son tour sur son éventuelle implication dans la fraude aux quotas carbone. Après avoir démenti tout rôle dans l’escroquerie, il a été interrogé sur d’éventuels déplacements en Israël en compagnie de son frère et d’un autre escroc présumé, Mardoché “Marco” Mouly.

Analysant la plupart de ses déplacements, il a assuré ne pas se souvenir de l’objet précis de ses visites en Israël. Mais pour son voyage du 10 février 2009, il a affirmé : « Ça ne me dit rien, mais c’est peut-être bien pendant l’élection de Netanyahou. »

Durant le procès du CO2, dont le jugement sera connu jeudi 7 juillet, Arnaud Mimran avait lui-même rendu publique l’histoire de ses dons à Netanyahou, et évoqué des versements totalisant un million d’euros. Ce témoignage ne contredit pas nécessairement sa déclaration en garde à vue au sujet des 200 000 dollars, dans la mesure où les libéralités de Mimran en faveur de Netanyahou comportent, au-delà des versements d’argent, de nombreuses dépenses effectuées durant des années.

Le mystère des comptes de New York

Comme Mediapart et Haaretz l’ont déjà rapporté, Mimran a payé au couple Netanyahou de coûteuses vacances à Courchevel, dans les Alpes, ou à Monaco en 2003, comme en témoigne une photo prise à l’époque. Mimran a aussi laissé Netanyahou utiliser gracieusement à sa guise son appartement parisien de la rue Victor-Hugo pendant ses séjours parisiens, et ce à plusieurs reprises selon des proches de Mimran. Depuis les premières révélations de Mediapart et Haaretz, le premier ministre d’Israël a changé de version au moins trois fois sur la nature exacte de ses relations, amicales ou financières, avec Mimran.


La chaîne de télévision israélienne Channel 2 a en outre rapporté, lundi 4 juillet, que la police avait ouvert une enquête sur « une nouvelle affaire » visant Netanyahou. Celle-ci porte sur l’argent qu’il aurait reçu de plusieurs hommes d’affaires étrangers après son arrivée à la tête du gouvernement en 2009. La question est aujourd’hui de savoir si ce « nouveau » cas ne serait pas en réalité lié, directement ou non, à l’affaire Mimran et ne pourrait pas offrir de nouveaux développements au dossier à la lumière des nombreux paiements effectués par Mimran en 2009 et 2010 au profit de comptes bancaires domiciliés en Israël ou ailleurs dans le monde.

Selon les documents réunis par Mediapart et Haaretz, l’essentiel des transferts de fonds réalisés par Mimran au profit de ses partenaires israéliens et d’autres connaissances israéliennes ont été opérés depuis deux comptes logés aux États-Unis, comme cela ressort du dossier d’instruction.

Le premier, utilisé pour réaliser de nombreux paiements en Israël en lien avec la fraude aux quotas carbone, est un compte personnel ouvert au nom d’Arnaud Mimran à la Safra National Bank de New York, sous le numéro 6104355. Depuis ce compte, le 23 février 2010, Mimran a par exemple autorisé un virement bancaire de 180 000 euros vers un compte à la banque Leumi ouvert au nom d’un office notarial de Jérusalem nommé Bénichou-Bernstein.

Le transfert est accompagné de la mention « avance sur l’achat d’une propriété », mais Mimran a affirmé aux enquêteurs ne pas se souvenir à qui devait être affectée cette propriété. Le notaire Bénichou-Bernstein a refusé de répondre aux questions de Mediapart et Haaretz.

Moins d’un mois plus tard, alors qu’il séjournait en Israël, Mimran a aussi transféré un million d’euros depuis son compte à la Safra Bank au profit de celui d’un certain David Cohen à la Israel Discount Bank, dans la ville d’Eilat. Mimran a assuré cette fois aux enquêteurs que David Cohen était un agent immobilier et qu’il avait donné l’argent en vue de l’achat d’une propriété pour quelqu’un dont il ne se souvenait plus le nom… Mediapart et Haaretz ont localisé deux agents immobiliers nommés David Cohen, mais ceux-ci démentent catégoriquement tout lien avec Mimran et les transferts en question.


Un autre homme d’affaires a aussi été embarqué dans l’enquête sur les mystérieux paiements de Mimran en Israël. Les enquêteurs – juges et douaniers – ont en effet découvert que Mimran utilisait fréquemment le compte en banque d’un ami de la famille, un Argentin répondant au nom de Leandro Liberman. Un homme de paille, d’après la justice. Selon les propres déclarations de Mimran, Liberman l’a autorisé à utiliser son compte pour contourner d’éventuelles restrictions légales américaines.

Mimran a notamment utilisé le compte de Liberman, ouvert lui aussi à la Safra Bank de New York, sous le numéro 6109292, pour verser 400 000 euros à une société baptisée Isramart pour « l’achat d’un diamant comme cadeau ». Mimran, une fois de plus, a dit aux enquêteurs ne plus se souvenir quel était vraiment l’objet du paiement et à qui était destiné le prétendu diamant. Le paiement avait été validé par un simple fax envoyé depuis le centre d’affaires du David Intercontinental Hotel de Tel Aviv.

Durant l’instruction, les juges avaient commencé à confisquer les biens de Mimran et d’autres prévenus du “casse du siècle” et, à cette fin, ils avaient demandé aux autorités israéliennes d’identifier tous les comptes en banque et le patrimoine liés directement ou indirectement à l’argent de la fraude au CO2.

Dans le même temps, les juges ont essayé de cartographier tous les transferts vers Israël liés à d’autres accusés du CO2. C’est le cas, par exemple, de l’agent immobilier Eddie Abittan. Durant son interrogatoire, Abittan a affirmé qu’il avait reçu 2 millions d’euros de Mimran sous forme de prêt, qu’il lui a remboursés par la suite. Mais Mimran a juré aux enquêteurs qu’il ne connaissait pas Abittan et qu’il avait transféré les 2 millions vers son compte à la demande de son associé présumé dans la fraude au CO2, Samy Souied, qui sera assassiné à Paris en septembre 2010.

Le nom de Mimran est cité dans ce dossier comme possible commanditaire du meurtre, bien qu’aucune mise en examen n’ait été prononcée à ce jour dans cette affaire faute de charges, comme c’est aussi le cas dans d’autres affaires criminelles sur lesquelles plane l’ombre fuyante du même Mimran. Ce dernier dément la moindre implication dans les meurtres reliés à la fraude au CO2.

Dans le volet purement financier de l’affaire, dont le jugement sera rendu ce jeudi au tribunal de Paris, le procureur de la République avait requis dix ans de prison ferme contre Mimran, les menottes à l’énoncé du jugement et la confiscation de son patrimoine. En un mot : la fin de la liberté et la ruine. Celles-ci précipiteront-elles la chute de Netanyahou dans leur sillage ?
Despé : "Y a des limites au rugueux"
Avatar de l’utilisateur

fernando
 
Retour

Messagepar Dageek » 06 Juil 2016, 13:14

Un homme intègre , te voir le dénigrer me chagrine
Avatar de l’utilisateur

Dageek
 
Retour

Messagepar fernando » 06 Juil 2016, 13:57

Sa nomination au Nobel de la Paix semble désormais compromise.
Despé : "Y a des limites au rugueux"
Avatar de l’utilisateur

fernando
 
Retour

Messagepar King Kong » 06 Juil 2016, 13:58

lol la théorie du complot!

Y'en a chez qui ça devient psychiatrique, faut forcément faire le lien entre chaque sujet d'actualité et Israël
"Je pars avec le sentiment d'avoir bien fait mon travail" françois rebsamen
King Kong
 
Retour

Messagepar bijams » 06 Juil 2016, 21:04

Ce sont les reptiliens qui tirent les ficelles.
Nous ne sommes pas dupes.
DubbyDumb a écrit:
Ce midi au Casino Barrière, un mec connu dont j'ai jamais réussi à remettre qui c'était. Je l'ai vu, il a vu que je l'avais vu, j'lai regardé, il m'a regardé, j'lai regardé, il m'a regardé, j'lai snobé! Et ouais, batèèèère!
Avatar de l’utilisateur

bijams
 
Retour

PrécédentSuivant

Retour vers Forum



Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 18 invité(s)

cron