Murica..... Fuck yeah....

Messagepar ancien posteur » 16 Jan 2019, 10:41

fernando a écrit:
« Plutôt McDonald’s ou Wendy’s ? », a tenté de le relancer un journaliste. « Je les aime tous », a répondu Donald Trump. « Que des bonnes choses, de la super-nourriture américaine ».


La classe à l'état pur ce mec.

Donald > Georges Abitbol


Sous les yeux de Abraham Lincoln. Quel combo.
ancien posteur
 
Retour

Messagepar fernando » 16 Jan 2019, 10:59

Idiocracy.
Despé : "Y a des limites au rugueux"
Avatar de l’utilisateur

fernando
 
Retour

Messagepar despe » 16 Jan 2019, 11:03

Donc ce qui va le plus choqué les gens chez Trump c'est qu'il kiffe les burgers. (alors que c'est certainement le truc le plus normal chez lui)
Avatar de l’utilisateur

despe
 
Retour

Messagepar ancien posteur » 16 Jan 2019, 11:04

fernando a écrit:Idiocracy.


Pas desesperer:

Image
ancien posteur
 
Retour

Messagepar fernando » 12 Juin 2019, 10:08

Image

A flat-earth conspiracy theorist took a spirit level on a plane to “prove” the earth is flat. He also filmed it... Presumably in the name of science?

https://www.indy100.com/article/flat-earth-conspiracy-theorist-spirit-level-plane-prove-curvature-7746121?utm_medium=Social&utm_source=Facebook&fbclid=IwAR0dSx5ojW_GrNSoX4iOEKDlFjFqDMNKWi-EZf9c8kYV3tMzx3rZcxY5mko#Echobox=1560199122
Despé : "Y a des limites au rugueux"
Avatar de l’utilisateur

fernando
 
Retour

Messagepar fernando » 12 Juin 2019, 10:09

Dans le même ordre d'idée : magique.

Image
Despé : "Y a des limites au rugueux"
Avatar de l’utilisateur

fernando
 
Retour

Messagepar Giallo » 12 Juin 2019, 10:44

putain de loul
ce message ne vient pas de moi
Avatar de l’utilisateur

Giallo
 
Retour

Messagepar Dageek » 12 Juin 2019, 10:49

C est vieux ça. Mais bien drôle, je mise sur l ironie
Avatar de l’utilisateur

Dageek
 
Retour

Messagepar fernando » 13 Juin 2019, 12:30

Il lui manque vraiment une case ctilal



Donald Trump n’est pas opposé à une interférence étrangère dans l’élection présidentielle américaine de 2020

Aux yeux du président américain, obtenir des informations compromettantes sur un rival fournies par un gouvernement étranger ne pose pas de problème particulier.

Finalement, Donald Trump n’a rien contre un petit coup de pouce venu de l’étranger, une interférence. Lors d’un entretien à la chaîne ABC News, le président des Etats-Unis a affirmé, mercredi, qu’il ne verrait rien de mal à accepter des informations compromettantes sur l’un de ses rivaux politiques si de telles données venaient à être proposées par un gouvernement étranger à son équipe de campagne électorale.

Interrogé sur ce qu’il ferait si un pays étranger lui proposait de telles informations – les accepter ou avertir le FBI –, le président Trump a répondu : « Peut-être les deux. Je pense que l’on voudrait écouter, il n’y a rien de mal à écouter », déclare Donald Trump, qui lancera officiellement mardi 18 juin sa campagne électorale pour la présidentielle de 2020. « Si quelqu’un appelait d’un pays étranger, la Norvège, en disant “nous avons des informations sur votre rival”, oui, je pense que je voudrais écouter », poursuit-il.

Cet entretien était diffusé le jour de l’audition de Donald Trump Jr., le fils aîné du président, par la commission sénatoriale du renseignement, laquelle mène sa propre enquête sur les liens entre l’équipe de M. Trump et la Russie lors de la campagne présidentielle de 2016.

Donald Trump Jr. a été interrogé lors de cette audition à huis clos sur une rencontre organisée en juin 2016 à la Trump Tower, à New York, avec une avocate russe qui avait proposé des informations compromettantes sur Hillary Clinton, la rivale démocrate de Donald Trump pour l’élection présidentielle de 2016.

Le procureur spécial Robert Mueller, chargé d’enquêter sur l’ingérence de la Russie dans la présidentielle de 2016, a conclu dans son rapport publié en avril qu’il n’y avait pas eu d’entente entre l’équipe de campagne de Donald Trump et la Russie.
Lire aussi Donald Trump suggère que la Russie a influencé son élection… avant de revenir sur ses propos

« Il est temps de destituer Trump »

« Le rapport Mueller l’a dit clairement : un gouvernement étranger a attaqué nos élections de 2016 pour soutenir Trump, Trump a accueilli cette aide », a tweeté mercredi soir la candidate à l’investiture démocrate pour l’élection présidentielle de 2020, Elizabeth Warren. « Maintenant, il a dit qu’il le referait. Il est temps de destituer Trump », a dit la sénatrice, qui appelle au lancement de la procédure de destitution depuis la publication du rapport Mueller.

Dans l’entretien accordé à ABC News, Donald Trump a affiché son désaccord avec le directeur du FBI, Christopher Wray, lequel a déclaré le mois dernier au Congrès que les équipes de campagne devaient contacter les agences fédérales en cas de communications suspectes de la part d’un gouvernement étranger.

« Le directeur du FBI a tort », dit le président américain. « J’ai vu plein de choses au cours de ma vie. Je ne crois pas avoir jamais appelé le FBI de toute ma vie. De toute ma vie. Vous n’appelez pas le FBI. Vous mettez une personne dehors, vous faites ce que vous faites. »
Despé : "Y a des limites au rugueux"
Avatar de l’utilisateur

fernando
 
Retour

Messagepar Dageek » 13 Juin 2019, 13:10

En roue libre le gars.
Avatar de l’utilisateur

Dageek
 
Retour

Messagepar John Holmes » 13 Juin 2019, 15:33

Sheitan
"Une pute qui prend la place d'un fils de pute, quel concentré de putes dans le stades du roi des putes."
Matcheu - Novembre 2015 tjrs la phrase juste
Avatar de l’utilisateur

John Holmes
 
Retour

Messagepar fernando » 05 Août 2019, 16:19

Bien dit bouffi!



Donald Trump : « Les maladies mentales et la haine » causent les tueries, « pas les armes »

Le président américain s’exprimait lundi depuis la Maison Blanche, après un week-end endeuillé par deux fusillades ayant causé la mort de 29 personnes.




Après des tweets sibyllins, le président des Etats-Unis a pris la parole, lundi 5 août, dans une allocution, plus solennelle qu’à l’accoutumée et dont le ton se voulait rassembleur, aux deux fusillades qui ont endeuillé le pays au cours du week-end. Dénonçant des « crimes contre l’humanité », le chef d’Etat américain a condamné le suprémacisme blanc, idéologie à laquelle adhérait le tueur de la fusillade qui a fait vingt morts samedi à El-Paso. « Notre nation doit condamner d’une seule voix le racisme, le sectarisme, et le suprémacisme blanc », a-t-il déclaré.

M. Trump a ensuite pointé du doigt de manière très large « Internet », qui aurait radicalisé des « esprits perturbés », réclamant de nouveaux « outils » permettant de « détecter » les tueurs avant qu’ils « ne frappent ».

De manière plus inattendue, le président américain a dénoncé, « l’idéalisation de la violence » qui serait selon lui un trait distinctif de la société américaine et se manifesterait en particulier dans des jeux vidéos jugés « atroces et sinistres ».
Pas d’annonces sur le contrôle des armes

M. Trump n’a toutefois pas changé de discours concernant le contrôle des armes à feu dont il n’est pas partisan : selon lui, ce ne sont pas les armes qui sont à mettre en cause dans les fusillades récurrentes, mais les « maladies mentales et la haine ».

Autre signal à son électorat conservateur, le président américain a réitéré son soutien à une application plus stricte de la peine de mort qui, dans le cas des tueries de masse devrait selon lui être exécutée de manière plus rapide.

Enfin, M. Trump, qui lisait manifestement un prompteur, s’est référé de manière erronée à l’une des deux villes frappées ce week-end, parlant de « Toledo » au lieu d’El Paso (au Texas) ou Dayton (dans l’Ohio).

Contrairement à ce que ses premiers tweets de la journée laissaient entendre, le président américain n’a toutefois pas explicité ses déclarations antérieures sur le contrôle des armes à feu. Dans une série de messages publiés par le biais de son moyen de communication de prédilection, Donald Trump avait en effet proposé d’encadrer davantage les ventes d’armes dans le pays, suggérant de lier cette mesure à une réforme migratoire dans un effort transpartisan. Il n’avait pas précisé l’articulation entre ces deux chantiers.

« Les républicains et les démocrates doivent se rassembler et obtenir des vérifications d’antécédents robustes, peut-être en couplant cette loi à une réforme migratoire désespérément nécessaire », avait ainsi tweeté le président des Etats-Unis, sans donner plus de détails. « Quelque chose de bon, sinon de GRAND, doit résulter de ces deux événements tragiques », a-t-il poursuivi. « Nous ne pouvons pas laisser ceux qui sont morts à El Paso, au Texas, et à Dayton, dans l’Ohio, mourir en vain, avait-t-il encore écrit. De même pour ceux ayant été sérieusement blessés. Nous ne pourrons jamais les oublier, ainsi que les nombreux autres avant eux. »

Les médias sont « responsables »

Samedi matin à El Paso, ville à majorité hispanique près de la frontière mexicaine, un homme blanc de 21 ans a ouvert le feu avec un fusil d’assaut dans un centre commercial bondé, faisant 20 morts et 26 blessés avant de se rendre. Treize heures plus tard, à Dayton (Ohio), un homme blanc de 24 ans a abattu neuf personnes et fait 27 blessés, dont sa propre sœur, avant d’être tué par des policiers moins d’une minute après avoir ouvert le feu.

Dans le cas de la tuerie d’El Paso, les autorités fédérales parlent de « terrorisme intérieur » : son auteur est soupçonné d’avoir rédigé, avant de passer à l’acte, un manifeste anti-hispanique. Sept des 20 personnes tuées à El Paso sont des Mexicains.


Dans un autre Tweet, M. Trump a accusé lundi les médias de contribuer à « la colère et la rage » des Américains :

« Les médias ont une grande responsabilité quant aux vies et à la sécurité dans notre pays. Les fake news ont grandement contribué à la colère et la rage qui se sont développées durant de nombreuses années. La couverture des informations doit commencer à être équitable, nuancée et non partisane, sinon ces terribles problèmes ne feront que s’aggraver ! »

Après les événements tragiques du week-end, Donald Trump a été accusé par ses adversaires démocrates de favoriser la montée de l’intolérance avec ses fréquentes déclarations au vitriol. Certains ont rappelé que la Chambre des représentants, à majorité démocrate, avait adopté il y a plusieurs mois un projet de loi allant dans le sens d’une meilleure régulation des ventes d’armes à feu.


« Combien de personnes doivent encore mourir avant que le leader de la majorité (républicaine) du Sénat Mitch McConnell mette de côté les intérêts de la NRA et programme un vote sur ce projet de loi ? », avait demandé dimanche Elizabeth Warren, candidate à la primaire démocrate pour la présidentielle de 2020.
Despé : "Y a des limites au rugueux"
Avatar de l’utilisateur

fernando
 
Retour

Messagepar Dageek » 05 Août 2019, 18:47

M. Trump a accusé lundi les médias de contribuer à « la colère et la rage » des Américains


Hospital/Charity
Avatar de l’utilisateur

Dageek
 
Retour


Messagepar Giallo » 08 Août 2019, 13:48

Image
ce message ne vient pas de moi
Avatar de l’utilisateur

Giallo
 
Retour

Précédent

Retour vers Forum



Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Baratte, Bing [Bot], celentano, John Holmes et 10 invité(s)