Droits TV

Messagepar Giallo » 10 Fév 2021, 11:13

Flash info
A la demande du Groupe CANAL+, le Conseil d’Administration de la LFP a décidé d’aménager la programmation des journées de Ligue 1 Uber Eats à partir de la 26ème journée et jusqu’à la fin de la saison.
Initialement programmée le samedi à 21h00, l’affiche du samedi soir sera avancée désormais à 13h00 à partir de la 26ème journée de Ligue 1 Uber Eats.
ce message ne vient pas de moi
Avatar de l’utilisateur

Giallo
 
Retour

Messagepar gblosc » 10 Fév 2021, 12:27

Ca aurait été plus sympa à 9h comême
Avatar de l’utilisateur

gblosc
 
Retour

Messagepar Giallo » 10 Fév 2021, 12:43

pas con, avec William Leymergie aux commentaires
ce message ne vient pas de moi
Avatar de l’utilisateur

Giallo
 
Retour

Messagepar fernando » 17 Fév 2021, 12:39

Sans recettes de matchs, lâché par Mediapro, le football français demande davantage à l’Etat

Après le désengagement de leur diffuseur principal, le président de la Ligue, Vincent Labrune, et quatre présidents de clubs ont exposé, mardi, leurs craintes au gouvernement.



Comme tant d’autres entreprises privées en difficulté, la Ligue de football professionnel (LFP) et ses clubs en appellent à l’Etat. Se plaignant d’aides « insuffisantes ou inadaptées pour poursuivre l’activité de la filière », le secteur réclame un « plan de soutien d’urgence » pour sortir de la crise. Celle causée par le Covid-19, qui contraint les équipes à jouer à huis clos, après l’arrêt prématuré de la saison précédente. Mais aussi celle due à la défaillance du diffuseur sino-espagnol Mediapro, incapable de verser les sommes promises, et finalement remplacé au rabais par Canal +, début février.

Une semaine après la publication d’un communiqué alarmiste, la Ligue a obtenu une réunion par visioconférence avec le gouvernement, représenté par trois ministres, mardi 16 février en fin de matinée : Jean-Michel Blanquer (qui avait reproché aux clubs une forme de « cupidité » et d’« irréalisme » dans le dossier Mediapro, en novembre sur RTL) et Roxana Maracineanu pour les sports, Alain Griset pour les petites et moyennes entreprises.

A l’issue de ce rendez-vous, le ministère chargé des sports a annoncé la constitution sous peu d’un groupe de travail pour réunir dirigeants de clubs et représentants du gouvernement. Sans pour autant, pour le moment, officialiser de mesures.

Ne pas avoir à rembourser les prêts garantis par l’Etat

La discussion de mardi a donné la parole dans un premier temps à quatre présidents – et propriétaires – de club : le Lyonnais Jean-Michel Aulas, le Montpelliérain Laurent Nicollin, le Lorientais Loïc Féry, et Pierre-Olivier Murat, en Ligue 2, pour Rodez ; ainsi qu’à Vincent Labrune, patron de la Ligue.

Sous couvert d’anonymat, l’un de ces présidents résume l’argumentaire pour justifier leur démarche : un club professionnel de football, insiste-t-il, « c’est plus que du sport ». Soit des dizaines, voire des centaines de salariés administratifs, ainsi que de l’emploi indirect. Sans oublier les cotisations sociales, alors que les rémunérations des joueurs représentent le principal poste de dépenses en Ligue 1 – le salaire médian d’un joueur s’élève à environ 43 000 euros brut par mois cette saison, selon nos informations.

En novembre 2020, l’Etat indiquait avoir débloqué près de 4 milliards d’euros d’aides à l’ensemble du monde sportif depuis la pandémie. Dont une part considérable au football professionnel.

Les clubs et la Ligue ont ainsi contracté des prêts garantis par l’Etat (PGE). Soit 600 millions d’euros. Comme promis en novembre, les premiers remboursements de ces prêts spéciaux devront intervenir au plus tôt en 2022, et non en 2021.


Mardi, au cours de la réunion, la Ligue a adressé une demande : d’après nos informations, elle aimerait transformer en subvention publique le PGE de 224 millions d’euros auquel elle a souscrit en mai 2020… et donc ne plus avoir à le rembourser. Réponse négative des ministres, pour le moment.
Le non-paiement de la taxe Buffet à l’étude

D’après une source gouvernementale, les clubs souhaitent également échapper au paiement de la taxe dite Buffet, qui doit redistribuer au sport amateur 5 % des recettes télévisées du sport professionnel − et donc en majorité du football. Cette saison, ils proposent que l’Etat assume le versement (moins de 40 millions d’euros) à leur place. Les ministres promettent d’étudier cette possibilité, « sans déborder d’enthousiasme » et sans encore donner leur accord, par crainte de « mettre en péril le financement » du sport amateur, assure la même source.

Outre les PGE, les dirigeants de Ligue 1 et de Ligue 2 bénéficient d’un autre dispositif de droit commun : le recours au chômage partiel. Même les joueurs ont bénéficié de la mesure lorsque le premier confinement a précipité la fin du championnat – dans la limite, très vite atteinte, des plafonds autorisés. Le ministère chargé des sports n’a pas livré au Monde l’estimation de la somme déjà allouée dans ce cadre. Pour l’heure, ces exonérations ne doivent pas excéder 800 000 euros par entreprise. Le gouvernement prévoit de doubler ce montant cette année, sous réserve de l’accord de la Commisssion européenne.

Selon le décompte ministériel, le football professionnel a aussi perçu 75 millions d’euros d’aides spécifiques. La somme comprend les exonérations de cotisations sociales opérées au dernier trimestre de 2020, ainsi que le fonds d’environ 45 millions d’euros pour compenser en partie les pertes de billetterie entre juillet et décembre 2020. Les débats de mardi ont évoqué la possibilité de reconduire un tel fonds pour l’année en cours.
Lire aussi Les réformes qui attendent le foot français : salaires, transferts, formation, format des compétitions

Dans les mois à venir, les dirigeants de club entendent aussi avoir accès aux mêmes aides que celles d’autres secteurs sinistrés comme le tourisme ou la culture. Ils souhaitent devenir éligibles au fonds de solidarité censé prendre en charge « les coûts fixes » des entreprises − possiblement les salaires. Avec l’espoir de rehausser le plafond, fixé à 3 millions d’euros par société.

Entre le Covid-19 et les promesses vite envolées de Mediapro, les formations du championnat de France s’attendent à des pertes cumulées de 1,3 milliard d’euros au terme de la saison, en juin. Pour éviter les faillites, et sans même avoir besoin de l’Etat, ils peuvent toujours s’inspirer du Stade de Reims. Le 8 février, le club annonçait avoir trouvé un accord avec ses joueurs pour « une baisse significative » de leurs rémunérations.
"L'alcool tue lentement. On s'en fout, on a le temps."
Avatar de l’utilisateur

fernando
 
Retour

Messagepar Giallo » 15 Mars 2021, 11:04

Avis aux abonnés Freebox fans de football brésilien mais pas que, la chaîne sportive PFC est remplacée par SporTV sur Freebox TV. Au programme, le championnat national, les JO et la Série A.

Proposée dans le Pack Globosat et à la carte au prix exorbitant de 19,90€/mois, la chaîne Première Futebol Club (PFC), idéale pour suivre les plus grands matchs du championnat de foot brésilien, cède sa place à SportTV sur le canal 175 des Freebox. Et bonne nouvelle, la chaîne est pour le moment accessible en clair sur Freebox TV. Lancée en 1991, celle-ci est l’une des premières chaînes du réseau Globosat, le plus grand diffuseur de télévision par abonnement d’Amérique latine.

SporTV retransmet près de 2 000 événements sportifs par an y compris les jeux olympiques, les différents championnats du Brésil de football, ainsi que les matchs de l’équipe nationale, mais aussi le football européen avec la Série A (Italie).
ce message ne vient pas de moi
Avatar de l’utilisateur

Giallo
 
Retour

Messagepar fernando » 15 Mars 2021, 14:11

« De quoi le piratage des contenus sportifs est-il le symptôme ? »
Chronique

Jérôme Latta

Un surcroît de répression n’éliminera pas les causes de la fraude : un modèle qui sacrifie la popularité à la rentabilité.


La guerre est déclarée et cette guerre se livre avec des chiffres. La consommation illicite de contenus audiovisuels et sportifs par près de 12 millions d’internautes français coûte un milliard d’euros de manque à gagner pour les secteurs concernés, selon une étude publiée en décembre par la Hadopi (Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet).

Le phénomène n’a rien de nouveau pour les industries du cinéma ou de la musique, mais il est désormais jugé endémique pour celle du sport. Elle compte sur les nouveaux outils de répression – contre les émetteurs plus que contre les consommateurs – prévus dans le projet de loi que l’Assemblée examinera ce mercredi 17 mars.

Les chiffres donnent le tournis, un peu parce qu’ils valsent sans être toujours très cohérents. L’étude avance que la moitié des consommateurs illégaux de contenus audiovisuels regardent des compétitions sportives, tandis que Médiamétrie a estimé leur nombre à 1,8 million en 2019, ou encore à 626 000 en moyenne par journée de Ligue 1 en 2020.

La Hadopi évoque un préjudice annuel global de 80 millions d’euros (estimation basse) pour l’ensemble des chaînes payantes qui diffusent du sport. La Ligue de football professionnel parle de 500 millions d’euros pour sa seule discipline…

Le prix de la passion

Le nombre d’internautes pirates apparaît relativement stable depuis plus de dix ans, mais le développement du live streaming et de l’IPTV illégal a grossi la part des fraudeurs qui utilisent ces procédés pour regarder du sport, bien qu’ils ne soient pas si simples d’accès ni dénués de contraintes (aléas de connexion, pollution publicitaire).

Si la nécessité d’une lutte active devient plus pressante, c’est surtout en raison de la rentabilité de plus en plus incertaine des droits sportifs. Vendeurs et acheteurs en font une question morale en invoquant l’opacité de cet écosystème lucratif, le préjudice pour l’ensemble de la filière, mais aussi pour le sport amateur – affecté par la baisse des ressources issues de la taxe Buffet.

Encore faut-il prendre le problème par l’autre bout et se demander de quoi le piratage est le symptôme. Plus l’accès aux compétitions est onéreux et fragmenté, plus la fraude est séduisante. Certains y recourent faute de moyens, ou en font une protestation contre le prix des abonnements nécessaires pour suivre les compétitions majeures.

Pour une grande part, ils sont pourtant abonnés à des offres payantes. Une étude Hadopi-CSA publiée le 9 mars rapporte même que les « profils illicites », chez les amateurs de sport, « possèdent en moyenne 2,1 abonnements, contre 1,8 pour les consommateurs de fiction et de sport aux pratiques exclusivement licites ».

Cette étude confirme aussi que la croissance des droits de diffusion s’est appuyée sur les amateurs ayant les moyens de multiplier les abonnements payants, le prix global ayant peu d’effet sur leurs choix. Le problème est que cette exploitation de la passion sacrifie les passionnés désargentés et les publics moins fervents.

Le spectacle et sa disponibilité

Le développement du piratage interroge ce modèle, en particulier celui du football. En privilégiant l’obtention des montants les plus élevés à l’accessibilité des compétitions, en s’appuyant sur des offres et des publics premium, ses acteurs ont choisi de le rendre invisible pour une large partie de ses publics.

Le fiasco français de Mediapro a illustré les risques encourus : économie insoutenable pour les acquéreurs de droits, coûts croissants pour les téléspectateurs, disparition de la Ligue 1 des écrans, dévaluation du produit, clubs menacés de banqueroute.

La répression et la prévention du piratage, qui apparaît bien plus comme une conséquence que comme une cause de la crise, n’y suffiront pas : à terme, il faudra assurer l’attractivité des offres et la qualité du spectacle, mais aussi sa disponibilité.

Le sport a peut-être besoin d’une révolution de ses modèles de diffusion pour les adapter aux nouveaux usages, à l’image de celle qui a permis à l’industrie musicale de survivre. Mais les appels en faveur d’un Netflix ou d’un Spotify du sport éludent que le premier de ces modèles ne résout pas le problème de la dispersion et du coût des offres, et que le second ferait baisser les revenus.

Quel que soit le modèle, les ligues professionnelles et les spectateurs de leurs compétitions ne seront pas tous gagnants. Il est surtout urgent de se rappeler que le sport doit sa valeur économique à sa popularité, et qu’à vouloir maximaliser l’une, on compromet l’autre.

Jérôme Latta
"L'alcool tue lentement. On s'en fout, on a le temps."
Avatar de l’utilisateur

fernando
 
Retour

Messagepar Giallo » 27 Avr 2021, 08:45

Le feuilleton des droits de diffusion de la Ligue reprend. A la fin de la saison, Canal + ne veut plus diffuser tous les matchs.

Canal + sauveur de la Ligue 1… mais pour quelques mois seulement. Selon L’Equipe, le diffuseur historique ne veut plus tous les lots et compte conserver uniquement les trois meilleures affiches pour la période 2021-2024.

Un coup dur pour la LFP qui comptait sur Canal +. Désormais, la LFP se tourne vers DAZN pour proposer les rencontres les moins demandées.

Mais DAZN aimerait… trouver un accord de distribution avec Canal +, pour que les chaines soient disponibles sur le bouquet de la chaine cryptée. Mais Canal ne serait pas vraiment chaud à l’idée d’aider un concurrent direct à s’implanter en France.
ce message ne vient pas de moi
Avatar de l’utilisateur

Giallo
 
Retour

Messagepar Dageek » 27 Avr 2021, 09:11

ils doivent probablement aussi galérer à s'associer aux FAI pour être dispos sur les box internet.
Avatar de l’utilisateur

Dageek
 
Retour

Messagepar Giallo » 27 Avr 2021, 09:56

dommage parce que ça tourne bien DAZN, j'avais déjà pris un pass pour un combat de boxe
ce message ne vient pas de moi
Avatar de l’utilisateur

Giallo
 
Retour

Messagepar Dageek » 27 Avr 2021, 10:03

Boxix ( Alen)
Avatar de l’utilisateur

Dageek
 
Retour

Messagepar SAV » 27 Avr 2021, 12:39

Et sinon Bein et RMC ils font quoi ?
Brigitte Macron 2027.
Avatar de l’utilisateur

SAV
 
Retour

Messagepar Giallo » 27 Avr 2021, 14:00

Bein n'est pas intéressé apparemment
ce message ne vient pas de moi
Avatar de l’utilisateur

Giallo
 
Retour

Messagepar gblosc » 27 Avr 2021, 14:21

Bein appartient à Bolloré
Avatar de l’utilisateur

gblosc
 
Retour

Messagepar Giallo » 27 Avr 2021, 14:26

gblosc a écrit:Bein appartient à Bolloré

non ça appartient toujours au Qatar, c'est un accord de distribution avec Canal, mais ça doit jouer sans doute
ce message ne vient pas de moi
Avatar de l’utilisateur

Giallo
 
Retour

Messagepar Giallo » 27 Mai 2021, 12:19

Ligue 1 : Canal+ et la LFP dans l’attente pressante de beIN Sports

Le diffuseur qatari est au centre de toutes les attentions pour la future diffusion du championnat français. Sans lui, la LFP devra lancer sa propre chaîne et compter sur moins de revenus.

La prochaine saison approche et les voyants sont loin d’être au vert. Après l’échec de Mediapro, Canal+ a repris temporairement les rennes pour terminer l’année, mais cet accord ne tient que quelques mois. Il est temps pour la LFP de trouver une diffusion globale pour les trois années prochaines, et la tâche est plus ardue qu’il n’y paraît.

Le marché est plutôt frileux à l’idée de se lancer dans l’aventure, il faut dire que seul Canal+ a jusqu’ici réussi à transformer l’essai sans s’y casser les dents, mais ce dernier n’a pas l’intention d’endosser la diffusion de l’intégralité du championnat. Le projet est plutôt de céder à la chaîne cryptée les deux affiches de L1 du samedi après midi et du dimanche soir pour environ 370 millions d’euros/an. A côté, une chaîne 100% ligue 1 serait lancée, éditée par beIN Sports avec le reste des matchs, pour environ 200 millions, co-financée par beIN et Canal.

Seul problème, beIN Sports n’est pas vraiment pressé d’arriver à un deal. La chaîne cryptée et la LFP font pourtant pression, mais beIN explique ne plus vouloir investir dans la Ligue 1. Même l’Etat Français tente d’appuyer les efforts de la LFP pour sortir de l’impasse. Si le groupe qatari ne cède pas aux demandes, deux options sont possibles pour la diffusion du foot français : Canal+ reprend l’ensemble des droits et lance une chaîne dédiée, ou la LFP crée son propre canal. Dans les deux cas, la solution est risquée et bien moins rentable pour le foot français.

De leur côté, les clubs angoissent. La LFP veut boucler la question au plus vite avant de devoir décider de réduire ou non de 20 à 18 le nombre de clubs en ligue 1.

Source : l’Equipe
ce message ne vient pas de moi
Avatar de l’utilisateur

Giallo
 
Retour

Messagepar Giallo » 11 Juin 2021, 13:54

Droits TV
La LFP devrait officialiser dans la journée un accord avec Canal+ et beIN Sports. 600 M€ par an + bonus pour les 3 prochaines saisons

2 matchs (samedi 17h, dimanche 21h) sur C+. Le reste sur une chaîne éditée par beIN et financée à égalité par beIN et C+
ce message ne vient pas de moi
Avatar de l’utilisateur

Giallo
 
Retour

Messagepar Dogue-son » 11 Juin 2021, 14:01

je sens que ça va douiller au niveau tarif
I used to be a fan. Now I'm an air conditioner
Avatar de l’utilisateur

Dogue-son
 
Retour

Messagepar Giallo » 11 Juin 2021, 17:08

Droits TV : Amazon récupère les droits TV pour 8 matchs de Ligue 1. Canal + garde les 2 matchs du samedi 21h et le dimanche 17h.

Pour la Ligue 2, Amazon diffusera 8 matchs et beIN SPORTS diffusera les 2 autres rencontres
ce message ne vient pas de moi
Avatar de l’utilisateur

Giallo
 
Retour

Messagepar Xylophène » 11 Juin 2021, 17:55

Image

Ahah, quelle chierie.
"Si je lance mon chapeau, si je fais l’oiseau, c’est pour ne pas mourir tout de suite, c’est pour me maintenir à la surface. Comme un nénuphar sans talent, mais nénuphar tout de même."

Armand dans "Les Nénuphars" de Michel Soutter
Avatar de l’utilisateur

Xylophène
 
Retour

Messagepar Giallo » 11 Juin 2021, 18:20

Allez c’est bon, que Bezos fasse une rallonge et on en parle plus. Marre des clowns de Canal
ce message ne vient pas de moi
Avatar de l’utilisateur

Giallo
 
Retour

Messagepar Dogue-son » 11 Juin 2021, 18:21

doivent être contents chez Bein, vu que ce sont eux qui ont le contrat avec la LFP
I used to be a fan. Now I'm an air conditioner
Avatar de l’utilisateur

Dogue-son
 
Retour

Messagepar Dogue-son » 11 Juin 2021, 18:26

bien fait de pas m'abonner pour 2 ans moi ^^
I used to be a fan. Now I'm an air conditioner
Avatar de l’utilisateur

Dogue-son
 
Retour

Messagepar Xylophène » 11 Juin 2021, 18:28

N'empêche, à force de jouer au chat et à la souris avec Canal+, le foot français se dirige tout droit vers la faillite.
"Si je lance mon chapeau, si je fais l’oiseau, c’est pour ne pas mourir tout de suite, c’est pour me maintenir à la surface. Comme un nénuphar sans talent, mais nénuphar tout de même."

Armand dans "Les Nénuphars" de Michel Soutter
Avatar de l’utilisateur

Xylophène
 
Retour

Messagepar Dogue-son » 11 Juin 2021, 18:29

Pourquoi ?
I used to be a fan. Now I'm an air conditioner
Avatar de l’utilisateur

Dogue-son
 
Retour

Messagepar Giallo » 11 Juin 2021, 18:34

Canal on tout fait pour dénigrer la ligue 1 et faire baisser le prix. Ils étaient pas intéressés par une ligue à 20, pas intéressés par tous les matchs… au final Amazon a profité de cette attitude pour les niquer en silence. Canal peuvent s’en prendre qu’à eux même. Ils paient leur arrogance
ce message ne vient pas de moi
Avatar de l’utilisateur

Giallo
 
Retour

Messagepar Xylophène » 11 Juin 2021, 18:36

Avec la baisse des droits TV, la baisse des montants des transferts, l'absence de billetterie, beaucoup de clubs n'ont quasiment plus de réserves. Ce sera aux actionnaires de raquer. Le voudront-ils ?
Pour pas mal de clubs, les prochains mois vont être très difficiles.
"Si je lance mon chapeau, si je fais l’oiseau, c’est pour ne pas mourir tout de suite, c’est pour me maintenir à la surface. Comme un nénuphar sans talent, mais nénuphar tout de même."

Armand dans "Les Nénuphars" de Michel Soutter
Avatar de l’utilisateur

Xylophène
 
Retour

Messagepar Dogue-son » 11 Juin 2021, 19:03

Fin ça, c'est comme ça depuis septembre et la défection de Mediapro.
Et d'un autre côté, la lFP ne peut pas laisser C+ faire sa merde sans chercher des parades
I used to be a fan. Now I'm an air conditioner
Avatar de l’utilisateur

Dogue-son
 
Retour

Messagepar Giallo » 11 Juin 2021, 19:14

Image
Comme le disent les cahiers du foot c’est plus un retour à la normale qu’une baisse des droits
ce message ne vient pas de moi
Avatar de l’utilisateur

Giallo
 
Retour

Messagepar fernando » 12 Juin 2021, 14:50

Giallo a écrit:Canal on tout fait pour dénigrer la ligue 1 et faire baisser le prix. Ils étaient pas intéressés par une ligue à 20, pas intéressés par tous les matchs… au final Amazon a profité de cette attitude pour les niquer en silence. Canal peuvent s’en prendre qu’à eux même. Ils paient leur arrogance


Du coup, est-ce que DS va redevenir un supporter du Lox à 100% de 100%?
"L'alcool tue lentement. On s'en fout, on a le temps."
Avatar de l’utilisateur

fernando
 
Retour

Messagepar Giallo » 13 Juin 2021, 09:25

apparemment Amazon a proposé de régler 40% de sa contribution cash, et de reprendre les lots de Canal/Bein si ceux-ci se désistent
ce message ne vient pas de moi
Avatar de l’utilisateur

Giallo
 
Retour

PrécédentSuivant

Retour vers Forum



Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Google [Bot] et 110 invité(s)

cron