Je présente mes respects à...

Messagepar nicobungy » 14 Juin 2020, 03:05

La harpiste du Voulzy.
Avatar de l’utilisateur

nicobungy
 
Retour

Messagepar Xylophène » 10 Juil 2020, 15:02

Mes respects à Buster Keaton. Pour l'ensemble de son oeuvre, bien sûr, mais surtout pour la "scène du rêve" dans Sherlock Jr, qui n'a rien perdu de sa magie et de son génie malgré les ans qui passent (ça date de 1924).

"Il est bien difficile de ne pas se dire qu’il y a, entre soi et le monde, une espèce de vieux malentendu."

Alexandre Vialatte
Avatar de l’utilisateur

Xylophène
 
Retour

Messagepar pepito_banzaï » 10 Juil 2020, 15:14

Stikky à jamais dans nos coeurs !
La vie est une pute qui te veut pas que du bien.
Avatar de l’utilisateur

pepito_banzaï
 
Retour

Messagepar fernando » 10 Juil 2020, 15:46

J'ai jamais rien vu de Buster Keaton. Cette séquence est pleine de poésie, et elle d'une inventivité incroyable pour l'époque. La musique est très chouette aussi.
Despé : "Y a des limites au rugueux"
Avatar de l’utilisateur

fernando
 
Retour

Messagepar fernando » 10 Juil 2020, 15:47

pepito_banzaï a écrit:Stikky à jamais dans nos coeurs !


Effectivement c'était un grand fan.
Despé : "Y a des limites au rugueux"
Avatar de l’utilisateur

fernando
 
Retour

Messagepar guinness » 10 Juil 2020, 15:53

Qu'est ce qu'il devient le mormon ?

il n'est pas kiné maintenant ?
ou il fornique avec Bat ?
Avatar de l’utilisateur

guinness
 
Retour

Messagepar fernando » 10 Juil 2020, 15:56

Kiné en Charentes-maritimes.
Despé : "Y a des limites au rugueux"
Avatar de l’utilisateur

fernando
 
Retour

Messagepar Xylophène » 10 Juil 2020, 16:06

fernando a écrit:J'ai jamais rien vu de Buster Keaton. Cette séquence est pleine de poésie, et elle d'une inventivité incroyable pour l'époque. La musique est très chouette aussi.


Je suis en train de découvrir, ses films sont dispos sur Youtioube et c'est formidable. Je recommande le Mécano de la Général, Sherlock Jr, Cadet d'eau douce. Ce soir, je tente le Caméraman.
"Il est bien difficile de ne pas se dire qu’il y a, entre soi et le monde, une espèce de vieux malentendu."

Alexandre Vialatte
Avatar de l’utilisateur

Xylophène
 
Retour

Messagepar guinness » 10 Juil 2020, 16:16

Kiné en Charentes-maritimes.


cool, s'emmerde pas le mormo

:-D
Avatar de l’utilisateur

guinness
 
Retour

Messagepar pepito_banzaï » 11 Juil 2020, 15:23

fernando a écrit:Kiné en Charentes-maritimes.


Tu sais dans quel coin plus précisément ?
La vie est une pute qui te veut pas que du bien.
Avatar de l’utilisateur

pepito_banzaï
 
Retour

Messagepar fernando » 14 Juil 2020, 21:07

Il habite à Fouras. Tu connais bien le coin?

Et t'habites où ti maintenant? Paris? Brest? Nantes? Toufflers?
Dernière édition par fernando le 22 Juil 2020, 13:12, édité 1 fois.
Despé : "Y a des limites au rugueux"
Avatar de l’utilisateur

fernando
 
Retour

Messagepar pepito_banzaï » 15 Juil 2020, 09:02

Ah ouais il est bien installé là !
Je connais pas super bien, mais on y est allé quelques fois.
J'avais remonté la Charente à vélo de la côte de la Rochelle à Angoulême l'année dernière avec une étape à Rochefort. Si j'avais su je lui aurais payé une visite.
Je suis à Nantes depuis 3 ans et a priori je devrais le rester un moment puisqu'on vient d'y acheter un appart. On récupère les clefs dans 1 semaine exactement.
La vie est une pute qui te veut pas que du bien.
Avatar de l’utilisateur

pepito_banzaï
 
Retour

Messagepar fernando » 15 Juil 2020, 13:21

Effectivement il est dans un coin très sympa.
Despé : "Y a des limites au rugueux"
Avatar de l’utilisateur

fernando
 
Retour

Messagepar guinness » 15 Juil 2020, 18:40

et Bat ?
Avatar de l’utilisateur

guinness
 
Retour

Messagepar rodolfo » 15 Juil 2020, 19:07

L’EDF 86.

Je viens de me refaire sur le tioube Fra - URSS et Fra - Brésil

Putain, qu’est-ce que ça jouait bien au foot !
Avatar de l’utilisateur

rodolfo
 
Retour

Messagepar ursulet » 15 Juil 2020, 19:08

A deux à l'heure, pas de pressing...
Toi qui entre au grand Stade, abandonne tout espoir...
Avatar de l’utilisateur

ursulet
 
Retour

Messagepar rodolfo » 15 Juil 2020, 19:26

ursulet a écrit:A deux à l'heure, pas de pressing...


Dis le mec, 35 ans après, en surpoids dans son canapé...

C’était tout sauf à 2 à l’heure. Je t’invite à revoir les matchs ou changer de fournisseur internet.
Avatar de l’utilisateur

rodolfo
 
Retour

Messagepar ursulet » 15 Juil 2020, 20:00

Détends toi Ciotti, t'as le droit de te vieuxconniser et dire que c'était mieux avant. Et oublie pas de mater les mystères de l'ouest, une toute nouvelle série bien rythmée qui devrait te plaire.
Toi qui entre au grand Stade, abandonne tout espoir...
Avatar de l’utilisateur

ursulet
 
Retour

Messagepar Xylophène » 16 Juil 2020, 10:33

Mes respects à Pierre Jourde pour sa nouvelle chronique sur le site de l'Obs :

https://www.nouvelobs.com/les-chronique ... ourde.html
"Il est bien difficile de ne pas se dire qu’il y a, entre soi et le monde, une espèce de vieux malentendu."

Alexandre Vialatte
Avatar de l’utilisateur

Xylophène
 
Retour

Messagepar Xylophène » 24 Juil 2020, 10:06

Mes hommages à cette charmante demoiselle et à ses talents musicaux qui, à la différence d'Assurancetourix, ne font pas fuir les animaux de la forêt :

"Il est bien difficile de ne pas se dire qu’il y a, entre soi et le monde, une espèce de vieux malentendu."

Alexandre Vialatte
Avatar de l’utilisateur

Xylophène
 
Retour

Messagepar fernando » 14 Août 2020, 00:22

Xylophène a écrit:Mes respects à Pierre Jourde pour sa nouvelle chronique sur le site de l'Obs :

https://www.nouvelobs.com/les-chronique ... ourde.html


Supposons un entretien mené par un journaliste quelconque, tout moite de bienveillance, donnons-lui un nom passe-partout, Alphonsin Braquenard, avec une jeune écrivaine en vogue, appelons-la Olivia Eve, Céline Coulan ou plutôt Océane Mouchardeau.


J'ai lu le dernier livre de Cécile Coulon (une bête au Paradis). Je ne la connaissais pas, je me suis laissé tenter par sa réputation flatteuse, par des commentaires laudateurs, et par le bandeau rouge "prix littéraire du Monde 2019 - Roman préféré des libraires". Et ben j'ai pas aimé, c'est certes bien écrit mais j'ai trouvé cela assez grotesque sur le fond.

En revanche cet été je me suis régalé avec la possibilité d'une île, de Houellebecq.
Despé : "Y a des limites au rugueux"
Avatar de l’utilisateur

fernando
 
Retour

Messagepar laurentlille1 » 14 Août 2020, 09:27

Loul je viens de faire le lien entre Alphonsin Braquenard et Augustin Trapenard.
Avatar de l’utilisateur

laurentlille1
 
Retour

Messagepar fernando » 14 Août 2020, 10:17

bien vu j'avais pas tilté
Despé : "Y a des limites au rugueux"
Avatar de l’utilisateur

fernando
 
Retour

Messagepar fernando » 14 Août 2020, 10:58

fernando a écrit:
Xylophène a écrit:Mes respects à Pierre Jourde pour sa nouvelle chronique sur le site de l'Obs :

https://www.nouvelobs.com/les-chronique ... ourde.html


Supposons un entretien mené par un journaliste quelconque, tout moite de bienveillance, donnons-lui un nom passe-partout, Alphonsin Braquenard, avec une jeune écrivaine en vogue, appelons-la Olivia Eve, Céline Coulan ou plutôt Océane Mouchardeau.


J'ai lu le dernier livre de Cécile Coulon (une bête au Paradis). Je ne la connaissais pas, je me suis laissé tenter par sa réputation flatteuse, par des commentaires laudateurs, et par le bandeau rouge "prix littéraire du Monde 2019 - Roman préféré des libraires". Et ben j'ai pas aimé, c'est certes bien écrit mais j'ai trouvé cela assez grotesque sur le fond.

En revanche cet été je me suis régalé avec la possibilité d'une île, de Houellebecq.


Ce livre s'est fait tailler au Masque et la Plume, je ne suis pas leurs avis pour acheter des bouquins mais là je dois dire que je me reconnais dans les reproches faits à ce livre.

https://www.franceinter.fr/livres/une-bete-au-paradis-de-cecile-coulon-est-il-nul-archaique-stereotype-ou-symbolique
Despé : "Y a des limites au rugueux"
Avatar de l’utilisateur

fernando
 
Retour

Messagepar Xylophène » 14 Août 2020, 21:04

fernando a écrit:J'ai lu le dernier livre de Cécile Coulon (une bête au Paradis). Je ne la connaissais pas, je me suis laissé tenter par sa réputation flatteuse, par des commentaires laudateurs, et par le bandeau rouge "prix littéraire du Monde 2019 - Roman préféré des libraires". Et ben j'ai pas aimé, c'est certes bien écrit mais j'ai trouvé cela assez grotesque sur le fond.


Jamais lu Cécile (brin d')Coulon mais c'est l'une des têtes de turc du gargantuesque blog de Juan Asensio, c'est comme ça que j'en ai entendu parler (en mal, cela va sans dire). Et puis, vu les goûts de chiotte de nombreuses libraires ( je l'ai sciemment mis au féminin), avec un bandeau "Roman préféré des libraires", il fallait bien s'attendre à du gnangnan écrit avec les pieds. Cela m'étonne que tu sois tombé dans ce panneau si fluorescent.

Houellebecq, je n'ai lu que Les particules élémentaires et je n'ai pas trop accroché.
"Il est bien difficile de ne pas se dire qu’il y a, entre soi et le monde, une espèce de vieux malentendu."

Alexandre Vialatte
Avatar de l’utilisateur

Xylophène
 
Retour

Messagepar fernando » 15 Août 2020, 09:40

J'ai un ami avec qui je partage pas mal de goûts de lecture qui m'avait dit du bien de Coulon, me suis laissé tenter, ça m'apprendra, faut savoir se méfier des "phénomènes" littéraires".

Houellebecq c'est désespéré et désespérant, le propos de la possibilité d'une île est dans la même veine que les particules. Il y a dans celui-là un côté SF/anticipation, une partie du livre se déroule dans le futur.
Despé : "Y a des limites au rugueux"
Avatar de l’utilisateur

fernando
 
Retour

Messagepar Xylophène » 17 Août 2020, 21:38

fernando a écrit:J'ai un ami avec qui je partage pas mal de goûts de lecture qui m'avait dit du bien de Coulon, me suis laissé tenter, ça m'apprendra, faut savoir se méfier des "phénomènes" littéraires".


Tradition, propagande, hasard ou conseil choisissent nos lectures. Nous ne choisissons que ce que nous relisons.


Citation de Nicolas Gomez Davila (1913-1994). Et vu que nous sommes sur un forum de plus en plus réactionnaire, peuplé de visiteurs assidus de Puy-du-Fou et d'admirateurs transis du grand Michel Sardou, il est plus que temps de présenter ses respects à ce grand réactionnaire colombien.
Issu de la haute bourgeoisie de Bogota, NGD a vécu l'essentiel de sa vie entouré de sa pléthorique bibliothèque. Il est probablement le sud-américain le plus érudit de sa génération avec Borgès, lecteur frénétique des classiques (Thucydide, Homère, Cervantès, Montaigne, Shakespeare, Dante, etc.). Il aurait très bien pu devenir un brillant diplomate (il parlait 7 ou 8 langues) mais il a préféré consacré son temps à mettre au point toute une mixture d'aphorismes plus piquants les uns que les autres à l'encontre du monde moderne, le matérialisme, le consumérisme, le gauchisme, le libéralisme, le tourisme, l'inculture, etc. Tout est passé à la moulinette avec une férocité et une morgue réjouissante.
J'ai toujours eu une grande tendresse pour ce genre d'hurluberlu qui n'hésite pas à partir à l'assaut des moulins à vent.

Voici quelques uns des aphorismes davilesques que je préfére :

    « Les révolutions se font pour changer la propriété des biens et le nom des rues.
    Le révolutionnaire qui ambitionne de changer la “condition de l’homme” finit fusillé comme contre-révolutionnaire. »


    « Dans le monde moderne, ce ne sont pas des idées antagoniques qui s’affrontent, mais simplement des candidats à la possession des mêmes biens. »


    « On ne prend bien le pouls d’une civilisation que dans son architecture. »


    « L’homme d’aujourd’hui est libre comme le voyageur perdu dans le désert. »


    « Le barbare se contente de détruire ; le touriste profane. »


    « Personne désormais n’ignore que “transformer le monde” signifie bureaucratiser l’homme. »


    « La misère spirituelle est le prix de la prospérité industrielle. »


    « La modernité a conquis pour l’homme le droit de vomir en public. »


    « Le Progrès se réduit finalement à voler à l’homme ce qui l’ennoblit, pour lui vendre au rabais ce qui l’avilit. »


    « Le monde moderne ne sera pas châtié.
    Il est le châtiment. »


    « Ne pas sentir la putréfaction du monde moderne est un indice de contamination. »


    « Ce qui est notoire dans toute entreprise moderne c’est le décalage entre l’immensité, la complexité de l’appareil technique et l’insignifiance du produit final. »


    « La charité de l’homme moderne ne consiste pas à aimer son prochain comme soi-même, mais à s’aimer soi-même en son prochain. »


    « La vulgarité typique de ce siècle, c’est la prétention d’être différents de nos congénères, alors que nous sommes identiques. »


    « Toute droite d’aujourd’hui n’est autre chose qu’une gauche d’hier désireuse de digérer en paix. »


    « La sagesse, en ce siècle, consiste avant tout à savoir supporter la vulgarité sans se mettre en rage. »


    « Les musées sont l’invention d’une humanité qui n’a pas de place pour les œuvres d’art, ni dans ses maisons, ni dans sa vie. »


    « L’artiste contemporain se rebelle contre la bourgeoisie pour lui vendre plus cher ses œuvres. »


    « La prolifération des parasites est appelée croissance du secteur tertiaire de l’économie. »


    « La liberté est un rêve d’esclaves.
    L’homme libre sait qu’il a besoin de soutien, d’aide, de protection. »


    « Les opinions révolutionnaires ouvrent la seule carrière, dans la société actuelle, qui assure une position sociale respectable, lucrative, et paisible. »
Big up aux anciens trotskistes nouveaux bourgeois Mélenchon, Jospin, Edwy Plenel, Henri Weber, etc.



    « Dans les utopies d’une époque naissent les tueries de la suivante. »



    « La vénération de l’humanité est répugnante, comme tout culte de soi-même. »


    « Le raciste s’exaspère, parce qu’il soupçonne en secret que les races sont égales ; l’anti-raciste aussi, parce qu’en secret il soupçonne qu’elles ne le sont pas. »


    « L’État paternaliste est abominable ; la société paternaliste est admirable. »


    « Tolérer ne doit pas consister à oublier que ce qu’on tolère ne mérite que de la tolérance. »


    « Les sociétés mourantes accumulent les lois comme les hommes mourants accumulent les remèdes. »


    « Dans les époques aristocratiques, ce qui a de la valeur n’a pas de prix. Dans les époques démocratiques, ce qui n’a pas de prix n’a pas de valeur. »


    « En ce siècle de foules transhumantes qui profanent tout lieu illustre, le seul hommage qu’un pèlerin respectueux puisse rendre à un sanctuaire vénérable est de ne pas le visiter. »


    « La civilisation agonise, quand l’agriculture renonce à être un mode de vie pour devenir industrie. »


    « Les catastrophes naturelles dévastent une région moins efficacement que l’alliance de la convoitise et de la technique. »


    « Si l’on aspire seulement à doter d’un nombre croissant de biens un nombre croissant d’êtres, sans se soucier de la qualité des êtres ni de celle des biens, alors le capitalisme est la solution parfaite. »


    « Rien ne guérit le progressiste. Pas même les fréquentes paniques que lui flanque le progrès. »

    « Le mot tolérance désigne parfois la compassion du fort, plus souvent la couardise du lâche. »


    « Apprendre que les biens les plus précieux sont les moins rares demande un long apprentissage. »


    "Cela fait deux siècles que le peuple a non seulement sur le dos ceux qui l'exploitent, mais aussi ses libérateurs."


    "L'université est l'endroit où les jeunes devraient apprendre à se taire."


    "Qui ne tourne pas le dos au monde actuel se déshonore."


    "L'église a pu évangéliser la société médiévale parce que c'était une société de pécheurs, mais son avenir n'est pas prometteur dans la société moderne où tous se croient innocents."
"Il est bien difficile de ne pas se dire qu’il y a, entre soi et le monde, une espèce de vieux malentendu."

Alexandre Vialatte
Avatar de l’utilisateur

Xylophène
 
Retour

Précédent

Retour vers Forum



Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Deub, fernando, gblosc, Google [Bot] et 20 invité(s)