[O1T] FOOT ETRANGER!

Messagepar rodolfo » 07 Avr 2020, 22:45

Ça va pouvoir retricher tranquille.

Naples, champions d’Italie !
Avatar de l’utilisateur

rodolfo
 
Retour

Messagepar Giallo » 09 Avr 2020, 11:52

Aux grands maux les grands remèdes.

Officiellement arrêtée depuis un mois, la Serie A fait l'objet de vifs débats quant à une éventuelle reprise des matchs. Ce lundi, le président de la Fédération italienne envisageait même de pousser le calendrier jusqu'en octobre si cela était nécessaire. Mais pour éviter d'avoir recours à un report aussi lointain des matchs, La Repubblica révèle qu'une autre solution, tout aussi extrême, commence à émerger.

Selon le quotidien italien, la Fédération pourrait aussi proposer un regroupement de l'intégralité des équipes pendant 45 jours à Rome avec un dispositif exceptionnel. L'ensemble des rencontres restantes seraient disputées dans les stades de la capitale, sans supporters ni journalistes, tandis que des tests de dépistage et des masques seraient mis à disposition de toutes les personnes présentent dans l'enceinte. Pendant l'intégralité de ce laps de temps, chaque équipe pourrait s'entraîner et se préparer à huis clos au sein d'infrastructures réquisitionnées et qui seraient en nombre suffisant.

Seul problème : pour mettre en œuvre une telle solution, l'accord de l'ensemble des vingt clubs italiens sera indispensable.
ce message ne vient pas de moi
Avatar de l’utilisateur

Giallo
 
Retour

Messagepar manulosc » 17 Avr 2020, 12:17

Mouscron a pas eu sa licence ils leurs manquerait 3,2 millions d euro le club penserait pourquoi pas à une fusion avé courtrai
Avatar de l’utilisateur

manulosc
 
Retour

Messagepar manulosc » 25 Avr 2020, 09:43

Le championnat des pays bas a était arrêté l Ajax va en ligue des champions
Avatar de l’utilisateur

manulosc
 
Retour

Messagepar Giallo » 25 Avr 2020, 09:45

et au Portugal Manu ? t'as pris une décision ?
ce message ne vient pas de moi
Avatar de l’utilisateur

Giallo
 
Retour

Messagepar manulosc » 25 Avr 2020, 09:59

C est pas moi qui décide ou pas d arrête les championat
Avatar de l’utilisateur

manulosc
 
Retour

Messagepar manulosc » 02 Mai 2020, 10:54

Le championnat portugais reprendra fin mai à huis clos
Avatar de l’utilisateur

manulosc
 
Retour

Messagepar gblosc » 02 Mai 2020, 11:00

En même temps, c'est normal, l'Afrique a été peu touché par le Covid ...
Avatar de l’utilisateur

gblosc
 
Retour

Messagepar manulosc » 02 Mai 2020, 11:28

Le Portugal est en Europe hein
Avatar de l’utilisateur

manulosc
 
Retour

Messagepar krouw2 » 02 Mai 2020, 22:51

tu bluffes
Balkany 2022
Avatar de l’utilisateur

krouw2
 
Retour

Messagepar manulosc » 03 Mai 2020, 11:04

Non pas du tout
Avatar de l’utilisateur

manulosc
 
Retour

Messagepar fernando » 16 Mai 2020, 10:13

L’Allemagne, pays-test pour le football européen

La Bundesliga est le premier championnat à reprendre en Europe. Si un cadre sanitaire très strict a été établi, cette reprise est contestée.

Par Thomas Wieder Publié hier à 16h47, mis à jour à 05h36


Chaque pays a ses terrains de controverse à l’heure du déconfinement. Au moment où la France débat avec passion de la réouverture des parcs, jardins et plages, c’est sur les stades de football que se cristallise la polémique, en Allemagne, à l’occasion de la reprise, samedi 16 mai, de la Bundesliga. Une première dans une Europe où la France et les Pays-Bas ont annoncé qu’elles interrompaient leur saison, alors que d’autres se préparent à un redémarrage, comme l’Espagne, l’Angleterre, l’Italie ou la Russie qui, vendredi 15 mai, a fait savoir qu’elle reprendrait les matchs le 21 juin.

Dans un pays où un quart de la population déclare « s’intéresser particulièrement » au football, selon l’enquête AWA, qui brosse, chaque année, un tableau des pratiques culturelles et des habitudes de consommation des Allemands, le redémarrage du championnat aurait pu être plébiscité. Il est, au contraire, contesté. D’après la dernière vague du baromètre ARD/Deutschlandtrend, publié vendredi 15 mai, 56 % des personnes interrogées sont opposées à la reprise de la saison, seulement 31 % y étant favorables. Un mois plus tôt, c’était l’inverse : 52 % pour, 30 % contre.
Article réservé à nos abonnés Lire aussi En France, les clubs de football n’ont aucun poids politique

Pour obtenir le feu vert des autorités et le soutien de l’opinion, la Ligue allemande de football (DFL), soucieuse de toucher les droits télévisuels restant dus, n’a pourtant pas ménagé sa peine. En témoigne le plan présenté par son président, Christian Seifert, le 23 avril. Long de 41 pages, ce document liste l’ensemble des règles supposées permettre une reprise des matchs dans des conditions sanitaires optimales.

Des règles drastiques

Celles-ci concernent d’abord les stades, où la présence est limitée à 300 personnes, réparties en trois zones entre lesquelles tout contact est interdit : le « stade intérieur », réservé aux équipes, arbitres, secouristes et à trois photographes ; les « tribunes », limitées à 115 spectateurs, dont dix journalistes ; et enfin la « zone extérieure », pour cinquante agents de sécurité et autant de membres des équipes techniques des chaînes de télévision.

Sur le terrain, les règles sont drastiques : pas d’« escort kids » tenant les mains des joueurs à leur entrée sur la pelouse, pas de mascotte, pas de poignée de main ni de photo de groupe avant le coup d’envoi, port du masque obligatoire sur le banc de touche, où seul un siège sur deux peut être occupé… Et, pendant les matchs, pas d’embrassades pour fêter un but. A la place, les joueurs sont encouragés à « privilégier les contacts du coude et du pied ».

Afin de limiter au maximum les risques de contamination, la DFL a également décidé de faire tester les joueurs et leur encadrement deux fois par semaine au minimum ainsi qu’à la veille de chaque match. Enfin, un protocole draconien régit la vie dans les hôtels accueillant les équipes avant les matchs : aucune sortie sauf pour les entraînements, aucun contact avec le personnel de l’hôtel, et même interdiction d’ouvrir une porte ou d’appeler l’ascenseur à main nue.


Jugé suffisamment sérieux par le gouvernement, qui a finalement dit oui, le 6 mai, à une reprise de la saison, ce plan n’a pas pour autant convaincu les sceptiques, loin de là. C’est d’abord le cas de ceux qui, depuis le début, estiment qu’il est impossible à respecter en pratique. Ces derniers se sont sentis confortés par une vidéo postée par Salomon Kalou, le 4 mai, sur Facebook. On y voit l’attaquant du Hertha Berlin enfreindre les règles de distanciation physique en serrant la main de ses coéquipiers dans les vestiaires. Quelques heures après la diffusion de ces images qualifiées d’« inacceptables » par la DFL, le joueur a été suspendu, mais le mal était fait : « Salomon Kalou rend un très mauvais service à la Bundesliga », titrait dans la foulée le Berliner Morgenpost.

Traitement de faveur

D’autres critiques sont venues des clubs eux-mêmes. Moins contre le principe d’un redémarrage que sur le calendrier. En apprenant que la 26e journée serait programmée dès le 16 mai, dix jours après l’annonce de la reprise, une poignée de clubs ont protesté, en particulier ceux qui avaient totalement arrêté les entraînements. « Pour que la compétition soit équitable, nous aurions souhaité redémarrer un peu plus tard », a regretté le directeur sportif du Werder Brême, Frank Baumann, le 7 mai. A ses yeux, une reprise le 23 mai aurait été plus raisonnable « afin de se réhabituer à la compétition après deux mois de pause et pour limiter les risques de blessures chez les joueurs ».

A l’approche de la reprise, le mouvement de contestation a gagné les supporteurs. Dans un texte publié mercredi 13 mai et intitulé « Pas de football sans supporteurs », 350 groupes ultras de différents pays européens, dont une vingtaine basés en Allemagne, ont protesté contre la reprise à huis clos, se disant « convaincus que retourner au stade sert exclusivement les intérêts économiques ». Dans ce texte, les signataires demandent à l’UEFA et aux ligues nationales de « continuer de suspendre les compétitions footballistiques tant qu’aller au stade ne sera pas redevenu une habitude sans risque pour la santé publique ».

Ces derniers jours, plusieurs personnalités respectées en Allemagne se sont également indignées de ce qu’elles considèrent être un traitement de faveur indûment réservé la Bundesliga. « On ne peut pas permettre au football professionnel de faire ce qui est interdit à d’autres, par exemple au handball amateur, simplement parce que le foot a plus d’argent et qu’il a davantage les moyens de mettre en œuvre des mesures de sécurité », s’est indigné l’ancien juge constitutionnel Udo Di Fabio, sur RTL, le 7 mai.

Dans un contexte aussi tendu, la reprise des matchs constitue un double pari. Sanitaire, d’abord, s’il s’avère que, malgré les précautions prises – jusqu’à la désinfection du ballon plusieurs fois pendant les rencontres – des cas de contamination au Covid-19 sont enregistrés. Le risque concerne aussi les supporteurs, que la fermeture des stades pourrait conduire à se regrouper ailleurs. « Les clubs auraient dû tenir compte que les fans allaient se retrouver devant leur télé et qu’ils seraient en contact direct les uns avec les autres », s’est inquiété le directeur de l’institut de virologie de l’université de Leipzig, Uwe Liebert.

Le pari, enfin, est organisationnel. Samedi 9 mai, à la suite de l’annonce de deux nouveaux cas de Covid-19 parmi ses joueurs, l’équipe du Dynamo Dresde, dont un autre joueur avait été testé positif quelques jours plus tôt, a été placée en quarantaine pour deux semaines, obligeant le club, qui évolue en deuxième division, à déclarer forfait pour deux matchs.

« Je n’interprète pas cela comme un revers. Nous avons annoncé depuis le début que nous devions nous y préparer. Actuellement, cela ne modifie pas notre calendrier », a assuré Christian Seifert, le président de la DFL. A une semaine de la reprise du championnat, cette affaire est venue rappeler le casse-tête que représenterait une multiplication des reports de matchs dans les prochaines semaines.

Face à une telle possibilité, les responsables du football allemand ont tranché. Réunis en assemblée générale virtuelle, jeudi, les 36 clubs de Bundesliga ont décidé que la saison pourrait se prolonger en juillet si elle ne pouvait être terminée le 27 juin, date prévue de la 34e journée.

Lors de cette réunion, les clubs se sont aussi mis d’accord pour que cinq changements puissent être effectués pendant les matchs lors des neufs journées restantes, au lieu des trois autorisés d’habitude, les entraîneurs redoutant que les joueurs ne soient pas dans des conditions optimales après deux mois d’interruption. Une mesure de plus rappelant que cette reprise n’a décidément rien d’un retour à la normale.
Despé : "Y a des limites au rugueux"
Avatar de l’utilisateur

fernando
 
Retour

Messagepar rodolfo » 16 Mai 2020, 19:11

Ça fait quand même plus d’1 allemand sur 3 qui est pour alors qu’on a qu’un allemand sur 4 qui dit s’intéresser au foot....

Comme quoi on fait dire ce que l’on veut aux chiffres. On apprend aussi dans cet article que les clubs allemands sont pour la reprise, mais le style du journaliste reste très négatif quand même.

Un article du monde rédigé par la ministre des sports, j’imagine ? :)

J’espère que Manu a arreté d’appeler ses homologues quand même pour ce sujet qui en façade doit être communiqué comme ‘futile’.
Avatar de l’utilisateur

rodolfo
 
Retour

Messagepar manulosc » 16 Mai 2020, 19:16

Je jamais passer de coup de file la bas
Avatar de l’utilisateur

manulosc
 
Retour

Messagepar krouw2 » 16 Mai 2020, 21:27

tant mieux
Balkany 2022
Avatar de l’utilisateur

krouw2
 
Retour

Messagepar fernando » 25 Mai 2020, 13:17

A Strasbourg, un match de foot « sauvage » rassemble plus de 300 personnes

Lancée sur les réseaux sociaux, la rencontre sportive interdite entre deux quartiers de la capitale alsacienne indigne les élus et le personnel soignant.

En dépit de toutes les précautions sanitaires, entre trois cents et quatre cents amateurs de ballon rond ont assisté à un match de football « sauvage », à Strasbourg, dimanche 24 mai dans l’après-midi, révèlent lundi les Dernières Nouvelles d’Alsace.

« Une équipe de joueurs de foot du Neuhof a rencontré une équipe de Hautepierre [deux quartiers sensibles de Strasbourg] sur un terrain dans un autre quartier », a expliqué à l’Agence France-Presse l’adjoint aux sports de la ville, Serge Oehler. « On ne sait pas s’il s’agit d’équipes officielles ou de quartier » et le match avait été annoncé vendredi sur un réseau social, a-t-il ajouté.

Mais selon l’élu, pas de doute, « quelqu’un devait avoir les clés » pour ouvrir le stade Paco-Matéo où a eu lieu la rencontre interdite. La police municipale est intervenue pour constater le rassemblement et « tout le monde s’est dispersé en fin d’après-midi », selon un responsable de la Ville.

« Une minibombe virale »

Indignation du côté du personnel soignant. « C’est franchement déraisonnable. Le virus est toujours présent et ce genre de réunion peut constituer une minibombe virale. Restons prudents et mobilisés », a écrit sur Twitter le professeur Gilbert Deray, chef du service de néphrologie à la Pitié-Salpêtrière, à Paris.

L’adjoint aux sports de Strasbourg promet « des sanctions très sévères » si « des éducateurs ou licenciés de football » sont identifiés sur les images des caméras de vidéosurveillance installées dans le quartier. Des clubs de foot ont d’ailleurs été rappelés à l’ordre, ces derniers jours, pour avoir organisé des entraînements, et toutes les serrures des stades vont être changées, a-t-il annoncé.
Despé : "Y a des limites au rugueux"
Avatar de l’utilisateur

fernando
 
Retour

Messagepar rodolfo » 25 Mai 2020, 21:46

Il y avait un peu plus de spectateurs que lors d’un de nos foutresalles.
Avatar de l’utilisateur

rodolfo
 
Retour

Précédent

Retour vers Forum



Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : despe, Deub, fernando, Majestic-12 [Bot], Nougets, vieuxsage, Xylophène et 47 invité(s)